Examen du nourrisson dans les 8 jours qui suivent sa naissance

Le nouveau-né est examiné à la naissance. Puis un examen approfondi de votre nourrisson est réalisé dans les 8 jours qui suivent sa naissance et des tests de dépistage sont réalisés.

L’examen du nourrisson de moins de 8 jours

Votre enfant a été examiné à la naissance.

Un examen approfondi est ensuite réalisé par un médecin dans les 8 jours qui suivent sa naissance (dépistage néonatal et suivi de l'enfant et de la mère après l'accouchement). Cette consultation est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie sans avance de frais (hors dépassements d’honoraires éventuels).

Il comprend notamment un examen clinique et des dépistages.

L'examen clinique du nourrisson

Il comporte diverses mesures (poids, taille, périmètre crânien, fréquences cardiaque et respiratoire…), un examen complet du corps.

Un dépistage de la de la hanche fait partie de cet examen. Le dépistage consiste en une simple manœuvre de manipulation des hanches, éventuellement associée en cas de doute, à une échographie de la hanche.

Des tests biologiques de dépistage

Une série de tests est effectuée grâce à un simple prélèvement de quelques gouttes de sang, le plus souvent au talon. Le but de ce dépistage est de pouvoir mettre en œuvre rapidement un traitement spécifique ou une prise en charge adaptée en cas de besoin.

Tous les nouveau-nés en bénéficient pour dépister des maladies, le plus souvent d’origine génétique :

  • la  : maladie héréditaire due au déficit d'une enzyme qui transforme la phénylalanine présente dans l'alimentation. Un régime alimentaire pauvre en phénylalanine empêche la survenue d'un retard intellectuel et de troubles neurologiques dus à la maladie ;
  • l’hypothyroïdie congénitale ;
  • l’ : maladie endocrinienne héréditaire due au déficit d'une enzyme qui participe à la fabrication des glucocorticoïdes. Elle s'accompagne d'un développement excessif des deux (situées au sommet des reins), qui produisent trop d'hormones mâles. Le traitement est hormonal ;
  • la mucoviscidose ;
  • le déficit en MCAD (Medium-Chain-Acyl-CoA-Déshydrogénase) : maladie génétique qui entraîne une difficulté de l’organisme à utiliser les graisses comme source d’énergie. Le traitement est diététique et consiste à éviter rigoureusement le jeûne. En son absence, la maladie provoque des hypoglycémies, des vomissements et des épisodes de baisse de la conscience, voire des comas pouvant aller jusqu’au décès de l’enfant ;
  • et éventuellement la , si votre enfant est considéré "à risque" du fait de son origine ethnique. Cette maladie de l'hémoglobine est responsable d'une anémie.

Le prélèvement pour réaliser ces tests doit être fait dans les deux à trois jours (72 heures) suivant la naissance. Il a lieu le plus souvent à la maternité et parfois au domicile par une sage-femme.

Un dépistage de la surdité néonatale (déficience auditive)

Il est proposé également aux nouveau-nés à la maternité. La surdité congénitale concerne de 0,5 à 1,3 pour mille nouveau-nés. Son dépistage permet une prise en charge rééducative précoce. Il comprend :

  • un examen de repérage des troubles de l'audition, proposé avant la sortie de l'enfant de la maternité. Ce repérage doit permettre de savoir s'il est nécessaire de réaliser des examens plus poussés ;
  • des examens réalisés avant la fin du 3e mois de l'enfant, quand l'examen de repérage n'a pas pu avoir lieu ou n'a pas permis d'apprécier les capacités auditives de l'enfant.

L’ensemble des résultats de l’examen du 8e jour sont inscrits dans le carnet de santé de l’enfant. À cette occasion, le médecin remplit un premier certificat de santé. Ce document est adressé à la protection maternelle et infantile (PMI). Les données de ces certificats sont anonymisées et destinées à des études statistiques portant sur l’état de santé des enfants en France.

Le carnet de santé de l'enfant

À la naissance de votre enfant, un carnet de santé vous a été remis pour lui : il contient des conseils utiles pour mieux comprendre son développement. Pour garder une trace du suivi médical de votre enfant et de ses vaccinations, pensez à le présenter à chaque consultation et à le conserver précieusement.

 

Votre échange avec le médecin lors de la consultation pour votre nourrisson

La consultation médicale permet le dialogue entre le médecin et les parents.

Avant la consultation

Préparez votre consultation. Vous pouvez noter les questions que vous souhaitez aborder avec votre médecin : alimentation de votre bébé, sommeil, pleurs…

Pendant la consultation et l'examen de votre nourrisson

N’hésitez pas à signaler à votre médecin les maladies ou problèmes de santé présents dans votre famille et qui peuvent avoir une influence sur la santé future de votre enfant (surpoids et obésité, hypertension artérielle, diabète, etc.).

Certaines maladies (mucoviscidose, drépanocytose, hémophilie, etc.) se transmettent de façon héréditaire.
Certaines malformations ( de hanche, etc.), ainsi que certaines maladies ou allergies sont plus fréquentes dans certaines familles. Par exemple, si l’un de vous deux ou l’un de vos enfants est allergique, votre nouveau-né présente un risque plus important d’allergie.

La consultation est l’occasion d’aborder les sujets en lien avec le bien-être et le développement de votre bébé :

En dehors de cette consultation

Consultez votre médecin rapidement si votre bébé :

  • a des selles décolorées ou garde un teint jaune (ictère) après deux semaines de vie ;
  • a la diarrhée (selles brutalement plus liquides et plus fréquentes) car il peut se déshydrater rapidement, surtout s’il vomit ;
  • a de la fièvre ;
  • est gêné pour respirer ;
  • a un comportement inhabituel.

Ne donnez pas de médicaments à votre enfant sans avis médical.

Pour limiter la transmission des infections à votre bébé

Lavez vous bien les mains avant de vous occuper de votre bébé, et après.

Évitez qu’on l’embrasse sur le visage et les mains, surtout si la personne est malade ou enrhumée.

Évitez, si possible, les lieux publics très fréquentés (centres commerciaux, transports en commun, etc.), particulièrement en période d’épidémie de bronchiolite ou de gastro-entérite.

Choisissez un médecin traitant pour votre enfant

Depuis janvier 2016, les parents d’enfants de moins de 16 ans sont invités à leur choisir un médecin traitant. Ce médecin traitant de l’enfant peut être un généraliste ou un pédiatre, ou tout autre spécialiste qui suit l’enfant. Il peut exercer aussi bien en ville qu’à l’hôpital.

Pour déclarer un médecin traitant pour l’enfant, le médecin choisi par les parents remplit la déclaration en ligne sur présentation de leur carte Vitale. Le médecin traitant de l’enfant peut être le médecin traitant des parents s’ils le souhaitent, mais cela n’est pas une obligation.

  • Loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019. Modification du calendrier des examens de santé obligatoires des enfants de moins de 18 ans. Site internet : Légifrance. Paris ; 2018 [consulté le 12 avril 2022]
  • Ministère des Solidarités et de la santé. Nouveau carnet de santé. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2018 [consulté le 12 avril 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires