Comprendre la stérilité

10 novembre 2017
On parle de stérilité, ou plutôt d’infertilité d’un couple en l'absence de grossesse après 12 à 24 mois de rapports sexuels complets, réguliers (deux à trois fois par semaine) et sans contraception. Certaines causes, plus nombreuses et mieux connues chez la femme que l'homme, expliquent la stérilité.

Qu’est-ce que la stérilité ?

Pour un couple fertile âgé de 25 ans, la probabilité mensuelle d'obtenir naturellement une grossesse est de 25 %. Il est donc tout à fait normal que quelques mois soient nécessaires pour obtenir spontanément une grossesse. 10 % des couples devront même attendre 18 mois.

La fertilité baisse avec l’âge :

  • Chez la femme : le risque de ne pas parvenir à avoir un enfant (sans aide médicale) augmente au fur et à mesure que s’élève son âge. À 25 ans, il est de l’ordre de 5 %. Il atteint 10 % à 30 ans, 20 % à 35 ans et 50 % à 40 ans.
  • L’âge paternel est également associé à une diminution de la fertilité spontanée, mais il n’y pas cependant de seuil précis concernant l’âge du père.

La stérilité est globalement due à un problème féminin dans 35 % des cas et à un problème masculin également dans 35 % des cas. Il arrive aussi que l’homme et la femme ne soient pas stériles individuellement, mais qu’ensemble, la procréation ne soit pas possible. On parle alors de stérilité de couple (20 % des cas). Dans 10 % des cas environ, la stérilité reste de cause inconnue.

Un couple sur sept consulte au cours de sa vie pour un problème d'infertilité, et un couple sur dix suit un traitement pour remédier à son infertilité.

L'infertilité masculine

Pour assurer une bonne fertilité, l'homme doit avoir :

  • au moins un testicule normal sur les deux. Il ne doit pas avoir des anomalies de l' , des ou éjaculateurs ;
  • un sperme de bonne qualité, un bon fonctionnement de la prostate et des vésicules séminales ;
  • un de diamètre suffisant ;
  • une sécrétion suffisante de et de FSH (hormone sécrétée par l' ).

L'appareil génital masculin

Schéma : appareil génital et urinaire masculin

Tous les facteurs d'infertilité masculine ne sont pas encore connus.
Deux mécanismes principaux sont en cause.

Elle représente l'une des causes les plus fréquentes d'infécondité masculine.

L'oligospermie est une diminution du nombre et de la mobilité des spermatozoïdes. Elle est associée à une fréquence élevée de formes anormales de spermatozoïdes. On parle d’oligo–asthéno–tératospermie (OATS).

On connaît mal les causes de l'oligospermie, mais on sait que certains facteurs sont impliqués : l'âge (au–delà de 50 ans), le tabac, la chaleur, certains produits de l'environnement (pesticides...), des anomalies minimes du Y, un dysfonctionnement de l' .

L'azoospermie est l'absence de spermatozoïdes dans le sperme.
Elle peut être due :

  • Soit à une absence de production de spermatozoïdes par les testicules : cela peut être dû à une anomalie chromosomique, à des séquelles de chimiothérapie, à un dysfonctionnement de l' qui commande le fonctionnement des testicules...
  • Soit à une anomalie de l'évacuation des spermatozoïdes par les voies excrétrices ( , canaux déférents…) : les canaux ont pu être endommagés par une malformation congénitale, une infection sexuellement transmissible, une intervention chirurgicale ou un traumatisme...

L'infertilité féminine

Pour assurer une bonne fertilité, la femme doit avoir :

  • une régulière et d'une qualité correcte ;
  • des trompes perméables ;
  • une de bonne qualité ;
  • un appareil génital qui permet des rapports sexuels complets et un contact entre la et les spermatozoïdes ;
  • une utérine qui permet à l'ovocyte fécondé de se fixer dans l'utérus (la ).

L'appareil génital féminin

Schéma : appareil génital féminin (3)

Les causes de l'infertilité féminine sont mieux connues. Elles sont nombreuses et les traitements sont souvent plus faciles que ceux de l'infertilité masculine.
Deux causes essentielles sont à l'origine de l'infertilité féminine.

Il s'agit :

  • soit d'une absence d' , c'est–à–dire d'une absence totale d'ovocytes ;
  • soit d'une mauvaise qualité de l' , qui représente 20 % des cas d'infertilité dans le couple.

Les troubles de l' sont d'origines multiples : ménopause précoce, anomalie chromosomique, dérèglement hormonal, polykystiques, séquelles de chimiothérapie.

Qu’est–ce que le syndrome des polykystiques ?

Il s’agit d’un trouble hormonal touchant plus de 5 % des femmes en âge de procréer, et causant différents symptômes :

  • kystes ovariens multiples (plus de 12 follicules de 2 à 9 mm de diamètre, sur au moins un ovaire), visibles à l'échographie ;
  • et règles rares ou absentes ( ), voire infertilité (dans 20 à 74 % des cas) ;
  • pilosité excessive liée à un taux élevé de certains androgènes (hormones mâles).

 

    L'obstruction des

    Cette obstruction totale ou partielle, également appelée "obstruction tubaire", fait le plus souvent suite à des salpingites, conséquence d'infections sexuellement transmissibles. Il s'agit d'une cause majeure d'infertilité féminine.

    Elle est également souvent due à une endométriose, à des séquelles chirurgicales.

    Les obstacles mécaniques au niveau de l'utérus

    Divers obstacles mécaniques peuvent être à l’origine d’une infertilité chez la femme :

    • malformations congénitales (utérus cloisonné par exemple),
    • fibrome utérin,
    • polypes utérins,
    • ,
    • séquelles de chirurgie....

    D’autres causes peuvent être à l’origine d’une infertilité féminine :

    • Anomalies de la et du col utérin (séquelles après conisation pour cancer du col utérin).
    • Incompatibilité entre la et les spermatozoïdes.

    © Blausen Medical

    Sources
    • Agence de la biomédecine. L'infertilité. Site internet : Assistance médicale à la procréation. Saint–Denis (France) ; 2015 [consulté le 6 janvier 2016]
    • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Infertilité du couple : conduite de la première consultation. Site internet : campus d'endocrinologie de l'université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 6 janvier 2016]
    • Institut national d'études démographiques (Ined). À quel âge devient–on stérile ? Site internet : Ined. Paris ; 2010 [consulté le 6 janvier 2016]
    • Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Recommandations pour la pratique clinique. La prise en charge du couple infertile ; 2010
    • Bilan actualisé de l’infertilité en 2011. Ph. Merviel, E. Lourdel, R. Cabry, M. Brzakowski, V. Boulard, F. Brasseur, A. Devaux, H. Copin Centre d’AMP, Pôle Femme–Mère–Enfant, CHU Amiens Site les JTA. Paris
    • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Les troubles de la fertilité. Site internet : INSERM. Paris ; 2012 [consulté le 14 janvier 2016]