La prise en charge de l'infertilité

05 septembre 2018
Le bilan d'infertilité (ou stérilité) permet à l'équipe médicale de définir les modalités d'une prise en charge adaptée au couple : traitement médical, traitement chirurgical ou assistance médicale à la procréation.

Le traitement de l'infertilité

Le bilan d'infertilité du couple est essentiel. Il est analysé par une équipe de médecins. Il permet d'évaluer le délai souhaitable pour une prise en charge, les chances de conception naturelle et propose une prise en charge adaptée au couple.

Conseils donnés au couple en cas d'infertilité

En l'absence d'anomalies constatées lors du bilan, le but est de rassurer le couple et de dédramatiser la situation.

En cas d'anomalies du bilan de stérilité et quel que soit le projet thérapeutique, le médecin propose, si nécessaire, une meilleure hygiène de vie :

  • Le sevrage tabagique de la femme est souhaitable car le tabac diminue la fertilité naturelle et a un effet négatif en cas de FIV (fécondation in vitro). De même le tabagique est recommandé chez l’homme avant toute AMP (aide médicale à la procréation).
  • La perte de poids en cas d’obésité : l’obésité diminue les chances de grosses par fécondation in vitro et augmente le risque de complications lors de la grossesse.
  • Le retour à un poids normal en cas de maigreur excessive chez la femme.
  • L'arrêt de prise de drogues : cannabis, héroïne, cocaïne, hallucinogènes.
  • La fréquence des rapports sexuels : une fréquence de un jour sur deux pendant la période de fertilité assure les meilleures chances de . Des rapports sexuels quotidiens n’augmentent pas les chances de conception.
  • Conseils hygiéno–diététiques :
    • Alimentation :
      • Il est proposé à la femme de diminuer sa consommation de café (ou équivalent en caféine apporté par d’autres boissons) si la consommation est supérieure à 5–6 tasses par jour (surtout si elle est associée à la consommation de tabac).
      • Il lui est conseillé d’adopter un régime alimentaire équilibré.
    • Activité physique :
      • La femme doit éviter les exercices physiques intenses et réguliers.
      • Pour l’homme : il est recommandé d’éviter de porter des pantalons trop serrés qui compriment les testicules provoquant une augmentation de la température testiculaire nuisible à la production des spermatozoïdes. Il est recommandé d’éviter l’exposition aux pesticides et polluants organo-chlorés.

Le traitement médical des troubles de l' : l'induction ovarienne

Il s'agit de la stimulation ovarienne, utilisée en cas de troubles de l'. Elle consiste à provoquer l' avec des médicaments. En pratique, la prise d'un médicament, comme le citrate de clomifène, stimule et déclenche une .

Les risques de grossesses multiples et de prématurité sont augmentés après stimulation ovarienne.

Le traitement chirurgical en cas de stérilité

Il est envisagé lorsqu'il existe une cause "opérable" à la stérilité :

L'assistance médicale à la procréation

L'assistance médicale à la procréation (AMP) est conduite par une équipe médicale, dans des centres agréés.

L'AMP consiste en pratiqes cliniques et biologiques permettant :

  • la conception in vitro,
  • la conservation des gamètes ( et spermatozoïdes), des tissus germinaux (fragments de tissus ovariens ou testiculaires) et des embryons,
  • le transfert d'embryons,
  • l'insémination artificielle.

Trois techniques différentes, selon les résultats des examens complémentaires et l'origine de la stérilité, masculine, féminine ou du couple sont utilisées pour otenir une grossesse.

La technique de l'insémination artificielle

Proposée en première intention, l'insémination artificielle consiste à mettre en rapport un ou deux obtenus par stimulation ovarienne et des spermatozoïdes introduits directement dans l'utérus.

Les spermatozoïdes sont déposés à l'intérieur de l'utérus à l'aide d'une pipette. Les spermatozoïdes mobiles remontent naturellement vers les trompes à la rencontre de l’ovocyte. La fécondation peut alors avoir lieu selon le processus naturel.

Le sperme est recueilli par masturbation ou, parfois, par biopsie des testicules ou prélèvement dans l'.

En cas de stérilité d’origine masculine, on a recours au sperme de donneur.

L'insémination artificielle ne nécessite pas d'hospitalisation.

Les indications de l'insémination artificielle

Les médecins proposent cette technique :

  • en cas de dysfonctionnement de la car L'insémination permet d'éviter le contact avec la , au niveau du col,
  • lorsque le sperme est pauvre en spermatozoïdes, ou encore quand leur mobilité est diminuée. Si les anomalies spermatiques sont importantes, l'insémination peut être effectuée grâce à du sperme de donneur,
  • en cas d'infertilité inexpliquée.

Pour pouvoir faire appel à l'insémination artificielle, les trompes utérines de la femme doivent être en bon état.

La technique de la fécondation in vitro ou FIV

Elle consiste à féconder un ovocyte avec un "in vitro", c'est–à–dire en dehors du corps de la femme, puis à implanter l'œuf fécondé dans l'utérus.

Comme pour l'insémination, la FIV nécessite une stimulation ovarienne hormonale pour permettre la croissance et la maturation de plusieurs follicules ovariens. Ce traitement est surveillé par des échographies et des dosages sanguins hormaonaux.

Puis l' est déclenchée et la folliculaire a lieu. Cette est effectuée par voie vaginale, sous contrôle échographique, sous anesthésie locale ou générale.

Les gamètes sont préparés en laboratoire :

  • les recueillis dans les follicules,
  • les spermatozoïdes. Le sperme est recueilli le jour même de la folliculaire ou obtenu par décongélation de paillettes de sperme.

Les et spermatozoïdes sont mis dans une boîte de culture. Puis, les spermatozoïdes mobiles viennent spontanément, sans aide extérieure, au contact de l'ovocyte : c'est le processus naturel de la fécondation mais celle–ci se fait in vitro.

Dès le lendemain, les fécondés sont identifiés. Puis les embryons se développent.

Deux à trois jours après, un ou deux embryons sont introduits dans l'utérus par voie vaginale, à l'aide d'un cathéter fin, lors d'une consultation et parfois sous contrôle échographique. L' se développe et s'implante dans la de l'utérus.

Les indications de la FIV

Les médecins proposent la FIV lorsqu'il existe une obstruction ou une absence de trompes, une endométriose, des anomalies constatées au spermogramme ou lorsque la stérilité est inexpliquée.

Les effets indésirables et complication de la FIV

Lors du traitement, des effets indésirables transitoires sont fréquents : bouffées de chaleur, douleurs abdominales, saignement vaginal, prise de poids.
Si la stimulation hormonale ovarienne est trop forte, des symptômes plus graves apparaissent : gonflement et douleurs abdominales violentes, prise de poids brutale, troubles digestifs...Une consultation médicale urgente est nécessaire.
Les complications liées à la sont exceptionnelles : hémorragie, infection abdominale...

La technique de fécondation in vitro par micro-injection (ICSI)

Également appelé ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection), la fécondation in vitro par micro–injection consiste à introduire un seul dans chaque ovocyte, à l'aide d'un microscope et d'une pipette.
L'ICSI impose une préparation très particulière des et des spermatozoïdes.
Les fécondés sont placés dans une boite de culture. Puis les embryons se développent.

Deux à trois jours après, un ou deux embryons sont introduits dans l'utérus par voie vaginale, à l'aide d'un cathéter fin, lors d'une consultation et parfois sous contrôle échographique. L' se développe et s'implante dans la de l'utérus.

Cette technique est de plus en plus souvent utilisée er représente 67 % des FIV.

Les indications de la fécondation in vitro avec ICSI

Cette technique est indiquée lorsqu'il existe des anomalies sévères des spermatozoïdes, en cas d'auto-immunisation (anticorps dirigés contre les spermatozoïdes) ou d'échec de la FIV classique.

Les effets indésirables et complication de la FIV avec ICSI

Lors du traitement, des effets indésirables transitoires sont fréquents : bouffées de chaleur, douleurs abdominales, saignement vaginal, prise de poids.
Si la stimulation hormonale ovarienne est trop forte, des symptômes plus graves apparaissent : gonflement et douleurs abdominales violentes, prise de poids brutale, troubles digestifs...Une consultation médicale urgente est nécessaire.
Les complications liées à la sont exceptionnelles : hémorragie, infection abdominale...

Prélèvement chirurgical des spermatozoïdes

Si le sperme est dépourvu de spermatozoïdes alors que les testicules en produisent, des spermatozoïdes peuvent être prélevés au niveau des voies génitales ou des testicules. Ce prélèvement chirurgical a lieu le même jour que la FIV par ICSI. S'il doit avoir lieu avant, le spermatozoïdes sont congelés.

 

En 2015 en France : 24 839 enfants sont nés grâce à l’Assistance Médicale à la Procréation après 145 000 tentatives. Les chances de réussite de l'AMP varient de 10 à 20 % selon la technique utilisée et le profil de la patiente.

L'assistance médicale à la procréation est multiple :

  • Dans 95 % des cas, il s'agit d'une AMP intra–conjugale : les et les spermatozoïdes sont ceux du couple.
  • Dans les autres cas, du fait d’un défaut de qualité ou du nombre des gamètes, ou du risque de transmission d’une maladie génétique, les tentatives font appel à des spermatozoïdes ou des , issus d’un don.
  • Beaucoup plus rarement, et lorsque les deux membres du couple présentent une infertilité, l'accueil d'embryons congelés d'un couple donneur qui n'a plus de projet parental et qui consent à l'accueil peut être proposé à ce couple.
    Pour en savoir plus sur l'accueil et le don d'embryons, consultez le site de l'Agence de la biomédecine.
Prise en charge des actes de procréation médicalement assistés

Les bilans et les soins pour stérilité peuvent être pris en charge à 100 %, demandez conseil à votre médecin traitant. Les actes de procréation médicalement assistés sont pris en charge jusqu'au 43e anniversaire de la femme, sous accord préalable.

Sont pris en charge :

  • une seule insémination artificielle par cycle, avec un maximum de six pour obtenir une grossesse ;
  • quatre tentatives de fécondation in vitro pour obtenir une grossesse.
Sources
  • Agence de la biomédecine. L'infertilité. Site internet : Assistance médicale à la procréation. Saint–Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 5 septembre 2018]
  • Société française d'endocrinologie. Infertilité du couple : conduite de la première consultation. Site internet : SFE. Paris ; 2015 [consulté le 5 septembre 2018]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français. L'infertilité. Site internet : CNGOF. Paris ; 2016 [consulté le 5 septembre 2018]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Assistance médicale à la procréation (AMP). Des techniques pour aider les couples infertiles. Site internet : Inserm. Paris ; 2018 [consulté le 5 septembre 2018]