Comprendre la stérilité ou infertilité

09 avril 2021
On parle de stérilité, ou plutôt d’infertilité d’un couple en l'absence de grossesse après 12 à 24 mois de rapports sexuels complets, réguliers (deux à trois fois par semaine) et sans contraception. Certaines causes, plus nombreuses et mieux connues chez la femme que l'homme, expliquent la stérilité.

Qu’est-ce que la stérilité ou infertilité ?

Pour un couple fertile âgé de 25 ans, la probabilité mensuelle d'obtenir naturellement une grossesse est de 25 %. Il est donc tout à fait normal que quelques mois soient nécessaires pour obtenir spontanément une grossesse. Après un an de tentatives sans contraception, 18% à 24% des couples restent sans enfant.

C'est pourquoi, on parle de stérilité, ou plutôt d’infertilité d’un couple lorsqu'une grossesse n'est pas obtenue après 12 à 24 mois de rapports sexuels complets, réguliers (deux à trois fois par semaine) et sans contraception

La stérilité est globalement due à :

  • un problème féminin dans un tiers des cas,
  • un problème masculin également dans un tiers des cas,
  • un problème de fertilité mixte concernant les deux membres du couple.

Il arrive aussi que la stérilité reste inexpliquée (environ 15 % des cas).

Un couple sur sept consulte au cours de sa vie pour un problème d'infertilité, et un couple sur dix suit un traitement pour remédier à son infertilité.

Facteurs en cause dans la diminution de la fertilité

De nombreux facteurs, tels que l'âge et le mode de vie, sont en cause dans la diminution de la fertilité.

On sait que l’âge de la femme, mais aussi de l'homme et globalement celui du couple est un facteur déterminant dans la capacité à avoir un enfant.

Le tabac est susceptible de jouer un rôle négatif à chacune des étapes de la reproduction, chez la femme (insuffisance ovarienne précoce, augmentation du nombre de fausses couches) comme chez l’homme (altération de la qualité du sperme). Les résultats de la procréation médicalement assistée sont moins bons en cas de tabagisme. 

La consommation de drogues et en particulier du cannabis est également en cause dans l'infertilité. 

Le surpoids et l’obésité chez l'homme sont associés à une altération du sperme. Chez la femme, le risque d’infertilité après un an de tentative est augmenté de 27% en cas de surpoids et de 78% en cas d’obésité.

D’autres facteurs environnementaux ont un impact avéré sur la fertilité́ humaine, comme :

  • l’exposition à certains pesticides,
  • l'exposition aux polluants organiques persistants ou encore à certains perturbateurs endocriniens de type phtalates suspectés de perturber la fonction de reproduction.

Lire l'article  "Baisse de la fécondité et de la fertilité : pourquoi ?"

L'infertilité masculine

Pour que sa fertilité soit assurée, l'homme a besoin de :

  • au moins un testicule normal sur les deux. Il ne doit pas avoir d'anomalies de l' , des ou éjaculateurs ;
  • un sperme de bonne qualité, un bon fonctionnement de la prostate et des vésicules séminales ;
  • un de diamètre suffisant ;
  • une sécrétion suffisante de et de FSH (hormone sécrétée par l' ).

L'appareil génital masculin

Schéma anatomique de l’appareil génital et urinaire masculin composé du pénis, des testicules, de l’épididyme, de la prostate, des vésicules séminales, de l’uretère, de la vessie et de l’urètre (cf. description détaillée ci-après)

Chez l’homme, l’appareil génital est étroitement lié à l’appareil urinaire.

L’appareil génital masculin est composé de cinq parties.

  1. Le pénis, organe reproducteur externe sortant du pubis sur 10 à 12 centimètres au repos.
  2. Les testicules, paire d’organes reproducteurs externes, de forme ovales, situés dans le scrotum, sous le pénis.
  3. L’épididyme est un conduit fin accolé à la partie arrière des testicules.
  4. La prostate est une glande ronde, située sous la vessie. Elle est traversée par l’urètre.
  5. Les vésicules séminales sont deux poches de forme allongée, reliées à la prostate, et situées entre la vessie et l’ampoule rectale.

L’appareil urinaire masculin est composé de trois parties.

  1. L’uretère est un long canal, reliant les reins à la vessie.
  2. La vessie est une grosse poche de forme ovale, située juste au-dessus de la prostate, devant l’ampoule rectale.
  3. L’urètre est un long canal, reliant la vessie au pénis. Il s’agit du canal d’évacuation de l’urine.

Tous les facteurs d'infertilité masculine ne sont pas encore connus. Deux mécanismes principaux sont en cause.

L'oligospermie et l'oligo-asthéno-tératospermie sont les causes les plus fréquentes d'infécondité masculine

L'oligospermie est une diminution du nombre et de la mobilité des spermatozoïdes. Elle est associée à une fréquence élevée de formes anormales de spermatozoïdes. On parle d’oligo-asthéno-tératospermie (OATS).

On connaît mal les causes de l'oligospermie, mais on sait que certains facteurs sont impliqués :

  • l'âge,
  • la consommation de tabac,
  • l'exposition à la forte chaleur des testicules (fours, postes de soudure…) pouvant augmenter la température au niveau des testicules,
  • certains produits de l'environnement (pesticides...),
  • une cryptorchidie,
  • des anomalies minimes du Y,
  • un dysfonctionnement de l' . L'insuffisance de sécrétion hormonale par cet axe hypothalamo-hypophysaire peut être génétique, tumorale ou en rapport avec un apport nutritionnel insuffisant aux regards de l'activité physique.

L'azoospermie

L'azoospermie est l'absence de spermatozoïdes dans le sperme. Elle résulte de deux anomalies.

Une absence de production de spermatozoïdes par les testicules

Elle est due à :

  • une anomalie chromosomique ou génétique,
  • des séquelles d'orchite (il s'agit rarement d'une orchite au cours des oreillons après la puberté), de torsion de testicule,
  • des séquelles de chimiothérapie, de radiothérapie et de chirurgie. La chimiothérapie anticancéreuse, mais aussi certains actes de chirurgie portant sur les organes reproducteurs et la radiothérapie peuvent conduire à l'infertilité. Avant leur mise en route, des mesures sont prises pour préserver la fertilité. Elles reposent principalement sur le recueil et la conservation par congélation de cellules reproductrices (sperme) ou de tissus germinaux (tissu testiculaire),
  • un dysfonctionnement de l' qui commande le fonctionnement des testicules...

Une anomalie de l'évacuation des spermatozoïdes par les voies excrétrices ( , canaux déférents…)

Les canaux ont pu être endommagés par :

Une fonction sexuelle perturbée

Il peut s'agir :

L'infertilité féminine

Pour que sa fertilité soit conservée, la femme doit avoir :

  • une régulière et d'une qualité correcte ;
  • des trompes perméables ;
  • une de bonne qualité ;
  • un appareil génital qui permet des rapports sexuels complets et un contact entre la et les spermatozoïdes ;
  • une utérine qui permet à l'ovocyte fécondé de se fixer dans l'utérus (la ).

L'appareil génital féminin

Schéma anatomique de l’appareil génital féminin composé du vagin, du col de l’utérus, de l’utérus, des trompes de Fallope et des ovaires (cf. description détaillée ci-après)

L’appareil génital féminin est composé de cinq organes.

Le vagin, canal musculaire de quelques centimètres qui s’ouvre au niveau du pubis. Le col de l’utérus, couloir étroit qui relie le vagin et l’utérus. L’utérus, en forme de poche triangulaire à laquelle sont attachés des conduits appelés trompes de Fallope. Et les ovaires, deux glandes en forme d’amandes, qui sont situées à l’extrémité des trompes de Fallope.

Les causes de l'infertilité féminine sont mieux connues. Elles sont nombreuses et les traitements sont souvent plus faciles que ceux de l'infertilité masculine.

Deux causes essentielles sont à l'origine de l'infertilité féminine.

Les anomalies de l' : 20 % des cas d'infertilité dans le couple

Il s'agit d'une absence d' , c'est-à-dire d'une absence totale d' ou d'une mauvaise qualité de l' .

Les troubles de l' sont d'origines multiples :

  • insuffisance ovarienne avec diminution du stock de follicules et altération de la qualité des ,
  • insuffisance ovarienne prématurée avec perte folliculaire anormalement importante associée à l’absence de cycle menstruel et ménopause précoce,
  • anomalie chromosomique,
  • dérèglement hormonal et perturbation de l'axe hypothalamo-hypophysaire. L'insuffisance de sécrétion hormonale par cet axe hypothalamo-hypophysaire peut être génétique, tumorale ou en rapport avec des troubles alimentaires (anorexie mentale, apport nutritionnel insuffisant aux regards de l'activité physique).
  • syndrome des ovaires polykystiques,
  • séquelles de chimiothérapie, de radiothérapie ou de chirurgie. La chimiothérapie anticancéreuse, mais aussi certains actes de chirurgie portant sur les organes reproducteurs et la radiothérapie peuvent conduire à l'infertilité. Avant leur mise en route, des mesures sont prises pour préserver la fertilité. Elles reposent principalement sur le recueil et la conservation par congélation de cellules reproductrices ( ) ou de tissus germinaux (tissu ovarien).

Les causes obstructives et mécaniques d'infertilité de la femme

L'obstruction des : une cause majeure d'infertilité féminine

Cette obstruction totale ou partielle, également appelée "obstruction tubaire", fait suite à :

Les obstacles mécaniques au niveau de l'utérus

Divers obstacles mécaniques peuvent être à l’origine d’une infertilité chez la femme :

  • séquelles au niveau du col de l'utérus après conisation pour cancer du col utérin,
  • anomalies de la qualité de la ou incompatibilité entre la et les spermatozoïdes,
  • malformations congénitales (utérus cloisonné ou absent par exemple),
  • fibrome utérin,
  • polypes utérins,

L' est une cause fréquente d'infertilité

L'existence de foyers d’endométriose plus ou moins nombreux souvent localisés au niveau de l’isthme de l'utérus, mais aussi dans le ou les peut être responsable d'infertilité.

Vidéo : L'infertilité et ses causes

[Cette animation 3D explique les causes de la stérilité masculine et féminine, et sa prise en charge médicale. Elle est réalisée par Blausen Medical.]

Les testicules de l'homme adulte produisent environ un demi-milliard de spermatozoïdes chaque jour. Les femmes, quant à elles, ne libèrent généralement qu'un ovule par mois. Pour qu'il y ait fécondation et conception, l'un des spermatozoïdes doit s'unir au seul ovule libéré dans un oviducte, ou « trompes de Fallope » chez la femme.

Il existe de nombreuses causes de stérilité et, très souvent, la raison de l'incapacité d'un couple à concevoir demeure indéterminée. Certaines causes de stérilité masculine connues sont notamment une numération basse des spermatozoïdes ou un dysfonctionnement des spermatozoïdes.

La stérilité féminine peut être provoquée par de nombreux facteurs. Certaines causes connues sont l'absence d'ovulation ou l'obstruction des trompes de Fallope. Une endométriose grave, un trouble dans lequel les parties de la paroi utérine migrent hors de l'utérus et adhèrent aux organes reproducteurs, est également une cause courante de stérilité féminine.

Le diagnostic et la prise en charge médicale de la stérilité permettent de traiter certains couples stériles. En fonction de l'origine de la stérilité, le traitement est, selon les cas, médicamenteux ou chirurgical.

Le médecin peut également présenter les solutions autres que la conception naturelle, telles que le recours à des dons de spermatozoïdes, d'ovocytes, ou l'adoption.

© Blausen Medical

  • Agence de la biomédecine. Assistance médicale à la procréation. Site internet : Agence de la biomédecine. Saint–Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 10 février 2021]
  • Société française d'endocrinologie. Infertilité du couple : conduite de la première consultation. Site internet : SFE. Paris ; 2020 [consulté le 10 février 2021]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français. L'infertilité. Site internet : CNGOF. Paris ; 2016 [consulté le 10 février 2021]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Assistance médicale à la procréation (AMP). Des techniques pour aider les couples infertiles. Site internet : Inserm. Paris ; 2018 [consulté le 10 février 2021]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Infertilité. Site internet : Inserm. Paris ; 2019 [consulté le 10 février 2021]
  • Rossin. B. L’épidémiologie de la fertilité ; les grandes révolutions de ce demi-siècle. Sexologies, 2020;29(1):12-20. Éditions Elsevier Masson