Le traitement de la stéatose hépatique et de la stéatohépatite non alcooliques

21 septembre 2018
Une modification des habitudes alimentaires et physique est essentielle pour guérir la stéatose hépatique non alcoolique ou ou ralentir l’évolution de la stéatohépatite non alcoolique. Un suivi et un accompagnement prolongés sont nécessaires.

Le traitement de la stéatose hépatique et de la stéatohépatite non alcooliques passe par des mesures hygiéno-diététiques

Il n’existe actuellement aucun traitement médicamenteux approuvé et montrant une efficacité certaine pour la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD - Non Alcoholic Fatty Liver Disease) ou la stéatohépatite non alcoolique (NASH - Non Alcoolic Steato Hepatitis).

Les mesures hygiéno-diététiques constituent le seul traitement efficace. Elles englobent la perte de poids et la lutte contre la sédentarité ; un changement dans l’alimentation et la pratique d’exercice physique sont indispensables.
Cette modification du style de vie est cruciale pour obtenir :

  • une disparition de la NAFLD ;
  • un ralentissement de l’évolution de la NASH de façon à ce qu’elle n’évolue pas vers une cirrhose.

La prise en charge du syndrome métabolique fait appel à :

  • un traitement médicamenteux approuvé ;
  • des mesures hygiéno-diététiques toutes aussi importantes.

C’est le cas pour les patients ayant un diabète de type,2, une hypertension artérielle (HTA), des anomalies lipidiques (hypercholestérolémie, etc.).

Stéatose hépatique ou stéatohépatite non alcoolique : perdre du poids est capital

Une perte de poids, même modérée, s’accompagne d’une mobilisation des graisses du foie et d’une amélioration de la qualité du tissu hépatique.

L’objectif est de réduire la masse pondérale de 5 à 10 % en 6 mois, puis d’entrer dans une phase de stabilisation du poids du patient.

Au niveau des habitudes de consommation, il est donc nécessaire :

  • d’adopter un régime alimentaire adapté. Un régime personnalisé est basé sur la mesure des dépenses énergétiques totales et au repos ;
  • de limiter sa consommation d’alcool à un verre de vin par jour.

Le médecin traitant ou le diététicien peut apporter davantage d’explication sur le rôle d’un régime hypocalorique et donner des conseils concernant le type d’aliments à consommer.
Il convient notamment :

  • d’éviter le fructose (sucre) et le saccharose dans les boissons non alcoolisées et les graisses saturées présentes dans les aliments des fast-food et les viandes ;
  • d’augmenter les acides gras polyinsaturés d’origine végétale, source d’acides gras oméga-9 (huile d’olive), oméga -6 et oméga-3 (huile de colza, soja, noix, etc., margarines avec oméga-9, 6 et 3) ;
  • de privilégier les sucres complexes comme l’amidon, surtout sous forme brute que raffinée (céréales complètes, légumineuses).
Le recours à la chirurgie bariatrique en cas d'obésité

En cas d’échec des mesures hygiéno-diététiques, une chirurgie bariatrique devrait être envisagée. Cette opération doit être réalisée avant que le patient ne développe une cirrhose.

Stéatose hépatique ou stéatohépatite non alcoolique : augmenter son activité physique et lutter contre la sédentarité

L’exercice physique permet d’améliorer la sensibilité à l’insuline et améliore l’état du foie. Il est ainsi recommandé de lutter contre la sédentarité et d’augmenter son activité physique et sportive. Une activité plutôt endurante est préférable à une activité intense.

Les personnes sont encouragées à augmenter progressivement leur niveau d’activité, excepté en cas de contre-indication due à une maladie.

Il est recommandé que les adultes pratiquent au choix :

  • un exercice physique régulier (comme la marche rapide), pendant au moins 30 min la plupart des jours de la semaine. Le but étant de cumuler au moins 150 min d’activités d’intensité modérée par semaine ;
  • 75 min d’activités d’intensité élevée par semaine ;
  • une combinaison des 2, par périodes de 10 min ou plus.

Les personnes ayant des problèmes de maladie cardiovasculaire (angine de poitrine, infarctus du myocarde, artérite des membres inférieurs, etc.) doivent consulter leur médecin traitant avant d’en­visager une activité physique intense. Chez les personnes atteintes de maladies coronariennes, l’activité physique est recommandée mais doit être encadrée par une surveillance spécifique (test d’effort, réadaptation cardiovasculaire).

Les mesures hygiéno-diététiques pour toute la famille, en cas de « foie gras » de l’enfant

Les erreurs alimentaires et la sédentarité des parents participent à l’excès pondéral observé chez les enfants. Il est vivement recommandé que toute la famille change ses comportements de façon durable.

Stéatose hépatique et stéatohépatite non alcooliques : un suivi et un accompagnement prolongés

Pour toutes les personnes présentant une stéatose hépatique ou une stéatohépatite non alcoolique, la modification du mode de vie nécessite un accompagnement prolongé qui prend la forme d’un « projet thérapeutique ». Des objectifs sont fixés avec l’aide du médecin traitant et des bilans d’étape permettent au patient de faire le point sur sa progression.

Pour inscrire le projet thérapeutique dans la durée et lever les freins aux changements du comportement, un accompagnement psychologique peut être nécessaire. La permet d’inscrire dans la durée les changements indispensables à l’atteinte des objectifs.

Je retiens

Les mesures hygiéno-diététiques permet de guérir d'une stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD - Non Alcoholic Fatty Liver Disease).

Ces mesures permettent de ralentir la progression de la stéatohépatite non alcoolique (NASH - Non Alcoolic Steato Hepatitis).

Sources
  • National Health service (NHS). Non alcoholic fatty liver. Site internet : NHS. Londres ; 2016 [consulté le 23 août 2018]
  • World Gastroenterology Organisation (WGO). Stéatose hépatique non alcoolique et stéato-hépatite non alcoolique. World Gastroenterology Organisation Global Guidelines. Site internet : WGO. Milwaukee (États-Unis) ; 2012 [consulté le 23 août 2018]
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Une cible thérapeutique dans la surcharge lipidique du foie ? Site internet : CNRS. Paris ; 2018 [consulté le 23 août 2018]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Association française pour l’étude du foie. Conseil de pratique. Diagnostic de NASH. Site internet : SNFGE. Paris ; 2014 [consulté le 23 août 2018]
  • Fédération française de cardiologie. Zoom sur le syndrome métabolique. Site internet : Fédération française de cardiologie. Paris [consulté le 23 août 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Méthodes non invasives de mesure de la fibrose hépatique -
  • Diagnostic de la cirrhose non compliquée. Site internet : HAS ; Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 23 août 2018]
  • Quilliot D, Böhme P, Ziegler O. La stéato-hépatite non alcoolique. Influence de la nutrition, de la physiopathologie au traitement. Post’U(2011)35-46