Définition et causes de la stéatose hépatique et de la stéato-hépatite non alcooliques

12 avril 2019
La stéatose hépatique non alcoolique, ou maladie du foie gras non alcoolique, est une pathologie associée au syndrome métabolique (obésité abdominale, cholestérol, diabète, hypertension, etc.). Elle se caractérise par une une accumulation de graisses dans le foie, qui survient en dehors de toute consommation excessive d'alcool. Elle peut évoluer en stéato-hépatite non alcoolique.

Qu’est-ce que la maladie du foie gras non alcoolique ?

La stéatose est l’accumulation de graisses à l’intérieur de cellules qui, normalement, n’en contiennent pas ou peu. Le foie, qui comporte très peu de graisses lorsqu’il est sain, peut être le siège de cette concentration. On parle alors de stéatose hépatique, stéatose du foie ou encore, en langage courant, de « foie gras ». Ainsi, un foie qui contient trop de graisses (triglycérides) est un foie stéatosique.

Lorsque l’accumulation de graisses dans le foie survient en dehors de toute consommation élevée d’alcool, on parle de maladie du foie gras non alcoolique ou stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD - non alcoholic fatty liver disease).

La stéatose hépatique peut aussi être en rapport avec une consommation élevée d’alcool

Une consommation d’alcool élevée peut également être responsable d’une stéatose, puis d’une du foie qui peut évoluer vers une cirrhose.

Elle est considérée comme élevée lorsqu’une personne boit :

  • 2 verres standards (soit 20 g) ou plus par jour pour les femmes ;
  • 3 verres standards (soit 30 g) ou plus par jour pour les hommes.

La maladie du foie gras non alcoolique évolue en plusieurs phases.

Au début, l’accumulation de triglycérides dans les cellules du foie est responsable d’une stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD - non alcoholic fatty liver disease). Dans cette forme simple, le foie est très riche en graisses et des mesures hygiéno-diététiques permettent la guérison. Le foie retrouve alors son aspect normal.

Si la surcharge en triglycérides se poursuit, le foie devient le siège d’une inflammation appelée hépatite. C’est la stéato-hépatite non alcoolique (NASH - Non Alcoolic Steato Hepatitis). L’inflammation ne disparait pas, elle va au contraire s’aggraver avec le temps. Il est possible qu’elle évolue vers la hépatique. Après plusieurs années, elle peut devenir une cirrhose, avec un risque de cancer hépatique. Le traitement permet de ralentir cette évolution.

Le foie gras humain : un nouveau fléau en perspective dans les pays industrialisés

La maladie du foie gras non alcoolique est une maladie fréquente, en forte augmentation dans les pays industrialisés. Ainsi, aux États-Unis :

  • 30 % de la population aurait une NAFLD (stéatose non alcoolique pure) ;
  • 5 % serait atteint d’une NASH (stéato-hépatite non alcoolique) ;
  • la NASH serait responsable de 80 % des cirrhoses non alcooliques.

En 2019, en France, selon une étude réalisée à partir de la cohorte CONSTANCES :

  • 16,7% de la population incluse présente une stéatose non alcoolique (NAFLD) : 24,6% des hommes et 10,1% des femmes.
  • Le nombre de cas augmente avec l'âge et atteint 36,2% chez les hommes de 68-78 ans.
  • La NAFLD concerne 79,7% des obèses et 63% des diabétiques.

Le syndrome métabolique, facteur de risque de la NAFLD et de la NASH

Qu'est-ce que le syndrome métabolique ?

La surcharge du foie en graisses, ou stéatose hépatique (NAFLD), et plus particulièrement la stéatohépatite non alcoolique (NASH), sont la manifestation hépatique du syndrome métabolique.

Une personne est atteinte de syndrome métabolique lorsqu’elle présente une obésité abdominale (c’est-à-dire un tour de taille > à 94 cm chez les hommes et > à 80 cm chez les femmes) associée à au moins 2 des facteurs suivants :

  • un taux élevé de triglycérides. Il est alors = ou > à 1,7 mmol/L, l’équivalant de 150 mg/dL ;
  • un faible taux de cholestérol HDL, aussi appelé « bon » cholestérol. Il est alors < à 1,03 mmol/L (40 mg/dL) chez un homme et < à 1,29 mmol/L (50 mg/dL) chez une femme ;
  • une hypertension artérielle. La tension artérielle, également appelée « pression » artérielle, est > ou = à 130 mmHg pour la pression artérielle systolique et à 85 mmHg pour la pression artérielle diastolique ;
  • un taux élevé de glycémie veineuse. À jeun, ce taux est alors = ou > à 5,6 mmol/L (100 mg/L). C’est le diabète de type 2.

L’obésité abdominale

Schéma montrant deux adultes en surpoids et un adulte au tour de taille jugé normal

© L’Assurance Maladie 2018

La surcharge en graisses du foie : un processus réactionnel qui s'auto-entretient

Chez les personnes qui présentent un diabète de type 2 (en ) ou en surpoids, l’organisme met en circulation une grande quantité d’insuline afin de diminuer le taux de sucre dans le sang (glycémie). Mais l’organisme devient résistant à l’insuline, ce qui pousse le à en sécréter toujours plus. Cette hyper-insulinémie perturbe le métabolisme des graisses dans le foie et aggrave leur accumulation dans cet organe.

De plus, la stéatose hépatique pure peut elle-même entraîner une résistance à l’insuline, avec une augmentation réactionnelle de sécrétion de l’insuline et la fabrication anormale par le foie d’acides gras. Ceci entraîne un « stress oxydatif » pour le foie, avec une inflammation, une nécrose (destruction des cellules) et une (processus cicatriciel). 

Facteurs de risque les plus fréquents de la NAFLD et de la NASH

Les facteurs les plus fortement associés à la stéatose hépatique et à la stéatohépatite non alcoolique sont :

  • National Health service (NHS). Non alcoholic fatty liver. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 23 août 2018]
  • World Gastroenterology Organisation (WGO). Stéatose hépatique non alcoolique et stéato-hépatite non alcoolique. World Gastroenterology Organisation Global Guidelines. Site internet : WGO. Milwaukee (États-Unis) ; 2012 [consulté le 23 août 2018]
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Une cible thérapeutique dans la surcharge lipidique du foie ? Site internet : CNRS. Paris ; 2018 [consulté le 23 août 2018]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Association française pour l’étude du foie. Conseil de pratique. Diagnostic de NASH. Site internet : SNFGE. Paris ; 2014 [consulté le 23 août 2018]
  • Fédération française de cardiologie. Zoom sur le syndrome métabolique. Site internet : Fédération française de cardiologie. Paris [consulté le 23 août 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Méthodes non invasives de mesure de la fibrose hépatique -
  • Diagnostic de la cirrhose non compliquée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 23 août 2018]
  • Quilliot D, Böhme P, Ziegler O. La stéato-hépatite non alcoolique. Influence de la nutrition, de la physiopathologie au traitement. Post’U(2011)35-46
  • Constances - Cohortes épidémiologiques en population - Hôpital Paul Brousse. Stéatose hépatique non alcoolique. Site internet : Constances ; Villejuif  (France) ; 2019 [consulté le 12 avril 2019]