Les bons réflexes et la consultation en cas de sinusite aiguë

20 avril 2017
En cas de sinusite aiguë, il est important de savoir comment réagir (faut-il consulter ou non ? dans quels délais ?) et quels bons gestes adopter pour être soulagé.

Comment réagir en cas de sinusite ?

icone_schema_line
  • À la suite d’une rhinopharyngite, je ressens des douleurs sinusiennes bilatérales sous les deux yeux dans un contexte de fièvre modérée (38- 38,5 °C) et d’écoulement nasal clair ou purulent.

J’applique les conseils pratiques, je prends si besoin des médicaments en automédication et je surveille mon état.

En cas de doute, je contacte mon médecin traitant.

icone_schema_line
  • J’ai une fièvre inférieure à 38,5 °C et des douleurs modérées qui persistent au-delà de trois jours.
  • Mes symptômes de rhinopharyngite (obstruction nasale, toux, éternuements...) persistent pendant 10 jours et des douleurs des sinus apparaissent.

Je consulte mon médecin traitant dans les jours qui viennent.

icone_schema_line
  • J’ai une douleur qui devient plus intense malgré un pris pendant 48 à 72 heures.
  • J’ai une douleur unilatérale qui irradie vers les arcades dentaires faisant suspecter une infection dentaire simultanée.
  • Ma augmente et devient plus purulente et ne coule que d’une seule narine.
  • J’ai une douleur de sinusite située d'un seul côté, , qui augmente avec la tête penchée en avant, en fin de journée ou durant la nuit.

Je consulte mon médecin traitant dans la journée.

icone_schema_line
  • Dans un contexte de fièvre supérieure à 38,5 °C :
  • je présente une enflure au niveau du visage et particulièrement d’un œil,
  • j’ai des douleurs au niveau d’un œil,
  • ma vue se trouble ou mes yeux m’apparaissent différents (l’un devient plus saillant),
  • j’ai des maux de tête intenses, différents de ceux que j’ai habituellement, des nausées, une gêne à la lumière,
  • mon enfant présente une fièvre élevée (supérieure à 39 °C), une grande fatigue, un écoulement nasal purulent et un gonflement du visage autour d’un œil.

Je contacte sans tarder le service d’aide médicale d’urgence : 15 ou 112 ou je m’adresse aux urgences, une hospitalisation est parfois utile.

Conseils pratiques en cas de sinusite aiguë maxillaire

Essayez de mettre en pratique ces recommandations.

Pour atténuer la gêne et les douleurs :

  • Ne vous exposez pas à la fumée de tabac qui favorise les infections respiratoires.
  • Arrêtez de fumer.
  • Humidifiez l'intérieur de votre nez avec des produits adaptés (sérum physiologique, spray d'eau thermale ou de mer). Attention, n'utilisez pas le même embout pour plusieurs personnes.
  • Dormez la tête surélevée pour améliorer le passage de l'air.
  • Évitez les climatiseurs qui assèchent l'air. La température idéale d'une pièce se situe autour de 18 °C à 20 °C.
  • Buvez régulièrement de l’eau et proposez-en à votre enfant malade.
  • Ne vous couvrez pas trop : la chaleur du corps doit s'évacuer.

Pour épargner vos proches :

  • Lavez-vous les mains régulièrement.
  • Couvrez votre bouche avec un mouchoir en papier lorsque vous toussez.
  • Mouchez-vous aussi souvent que nécessaire avec des mouchoirs jetables puis jetez-les dans une poubelle après utilisation et lavez-vous les mains ensuite.

Médicaments éventuels

Si les symptômes vous gênent malgré l'application des conseils pratiques pour être soulagé, vous pouvez utiliser des médicaments sans ordonnance. Demandez conseil à votre pharmacien.

Les antalgiques

Ils limitent la douleur.
Vous pouvez utiliser l’un des deux types de médicaments suivants :

  • le paracétamol ;
  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou "AINS" (ibuprofène, kétoprofène) ou de l'aspirine. Ces médicaments doivent être utilisés seuls : ne mélangez pas les anti-inflammatoires et l’aspirine.

Pour une meilleure efficacité, prenez un médicament le plus tôt possible, idéalement dès le début de la douleur. Demandez conseil à votre pharmacien.

Les vasoconstricteurs nasaux

Les s nasaux permettent de réduire la sensation de nez bouché et facilitent la respiration en diminuant le gonflement de la .

Mais attention, ces médicaments ne doivent pas être utilisés de façon prolongée et sont contre-indiqués dans les cas suivants :

Avant d'acheter un nasal en vente libre, vous devez demander l'avis de votre pharmacien.

Donnez à votre enfant du paracétamol ou de l'ibuprofène. La dose doit être adaptée à son poids :

  • pour le paracétamol, un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg par kilo toutes les six heures ou 10 mg par kilo toutes les quatre heures ;
  • pour l'ibuprofène, un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en trois ou quatre prises, soit un maximum de 10 mg par kilo toutes les huit heures ou 7,5 mg par kilo toutes les six heures.
    N'utilisez qu'un seul type de médicament pour faire baisser sa fièvre.

Soyez vigilant ! Si votre enfant a moins de 3 mois ou s’il a la varicelle ou s'il présente des signes de déshydratation (diarrhées et vomissements importants), ne lui donnez pas d'ibuprofène.

L'aspirine ne doit pas être administrée chez l'enfant sans avis médical, en raison du risque de survenue d'une mais grave, le .

Si votre enfant a le nez bouché :

  • n’utilisez pas de vasoconstricteurs nasaux car ils sont contre-indiqués chez l'enfant de moins de 15 ans ;
  • apprenez à votre enfant à bien se moucher dans des mouchoirs jetables ;
  • utilisez du sérum physiologique ou des solutés dérivés de l'eau de mer, en dosettes à usage unique.

Chez l’adulte

Si vous entreprenez un traitement médicamenteux sans prescription médicale, appliquez les conseils suivants :

  • Lisez toujours la notice avant de l'utiliser et demandez conseil à votre pharmacien.
  • Ne dépassez pas la dose maximale quotidienne autorisée. De plus, suivez bien la posologie (quantité et fréquence de prise recommandées par la notice) et l’intervalle minimum à respecter entre deux prises. En effet, un surdosage pourrait avoir des effets néfastes sur votre santé (toxicité) et entraîner une accoutumance au produit.
  • Pour les mêmes raisons, sauf avis médical contraire, évitez d'associer ou d'alterner des antalgiques de compositions différentes.
  • N’utilisez pas un médicament si vous présentez l’une des contre-indications précisées dans la notice.

Si l’antalgique n'est pas efficace rapidement et que la douleur persiste, consultez votre médecin traitant. N'oubliez pas de lui préciser le type de traitement pris (médicament, dose, fréquence).

Chez l’enfant

Les présentations pédiatriques (sachets, cuillères mesures, pipettes graduées...) simplifient l'adaptation de la dose du médicament au poids de votre enfant. Consultez la notice du médicament et respectez les contre-indications.

Au moindre doute, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Faut-il faire baisser la fièvre ?

La fièvre est un des moyens de l'organisme de répondre à l'infection.

En pratique, il n'est pas utile de traiter la fièvre si elle est en dessous de 38,5 °C.

Sources
  • Collège français d'ORL et de chirurgie cervico-faciale. Infections naso-sinusiennes de l'enfant et de l'adulte. Site internet : Campus d'ORL de l'Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2014 [consulté le 18 février 2015]
  • Collège français d'ORL. Infections naso-sinusiennes de l'enfant et de l'adulte. Site internet : ORL France. Paris ; 2009 [consulté le 17 février 2015]
  • Société de pathologie infectieuse de langue française, Société française de pédiatrie, Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique. Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l'adulte et de l'enfant. Site internet : Infectiologie.com. Paris ; 2011 [consulté le 17 février 2015]
  • Société française d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie de la face et du cou. Rhinosinusites infectieuses aiguës : recommandations. Site internet : ORL France. Paris ; 2008 [consulté le 17 février 2015]