Comprendre la sclérose en plaques

24 avril 2017
La sclérose en plaques est une maladie auto-immune de l'adulte jeune touchant le système nerveux central. Des facteurs génétiques associés à des facteurs environnementaux prédisposent à la maladie. Son évolution, le plus souvent par des poussées, est source de handicap à long terme.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques est une chronique du système nerveux. Elle ne touche que le système nerveux central qui comporte l'encéphale contenu dans la boîte crânienne (cerveau, cervelet, tronc cérébral et bulbe rachidien) et la moelle épinière située dans le canal rachidien formé par la colonne vertébrale.

Elle se manifeste par des troubles moteurs, sensitifs, de l’équilibre, visuels…pouvant être responsables à long terme d'un handicap.

La sclérose en plaques évolue, le plus souvent, par poussées en nombre variable d'une personne à l'autre. Parfois, elle évolue en continu.

Le système nerveux et ses terminaisons nerveuses

Schéma : neurone entouré de sa gaine de myéline

Quelles sont les lésions de la sclérose en plaques ?

La myéline est une substance qui forme une gaine protectrice autour des axones des nerfs (ou prolongements du nerf qui assure la conduction de l' ).

Dans la sclérose en plaques, les cellules qui fabriquent la myéline sont attaquées par un processus auto-immun (le corps attaque ses propres constituants). La myéline est endommagée et laisse place à des lésions épaisses et dures dispersées dans le système nerveux central. Ces lésions sont dénommées sous le terme de « plaques ».

Selon la localisation et l'importance de ces plaques, les informations qui transitent par le système nerveux sont plus ou moins perturbées. Les symptômes de la sclérose en plaques sont le reflet de ces anomalies.

Neurone entouré de sa gaine de myéline

Schéma : système nerveux et terminaisons nerveuses

Les causes de la sclérose en plaques

Les causes exactes de la sclérose en plaques restent inconnues à ce jour. Différents facteurs sont à l'origine de cette maladie, notamment la prédisposition génétique. La probabilité d'apparition de la sclérose en plaques est plus grande dans les familles déjà concernées par la maladie. Ces facteurs génétiques auraient un rôle sur l' de la personne.

D'autres facteurs, associés à cette prédisposition génétique, pourraient favoriser l'apparition de la maladie :

  • le climat. Le manque d'ensoleillement (surtout pendant les 15 premières années de vie) est un facteur connu. Ainsi, la maladie est d'autant plus fréquente qu'on s'éloigne de l'équateur ;
  • le tabagisme actif ou le tabagisme passif dans l'enfance.

Le rôle des agents infectieux (virus ou bactéries) dans la survenue d'une sclérose en plaques est toujours à l'étude.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

La sclérose en plaques, une maladie du jeune adulte

En France, environ 80 000 personnes sont concernées par la sclérose en plaques et 2 000 à 3 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

Cette maladie touche deux femmes pour un homme. 30 ans est l'âge moyen d'apparition des symptômes.

La sclérose en plaques est la première cause de handicap sévère non traumatique chez les trentenaires.

Vaccins contre le et contre l'hépatite B et sclérose en plaques

Une étude réalisée conjointement par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Assurance Maladie, avait pour objectif d'évaluer l'éventuelle relation entre la vaccination contre certains humains (HPV) et le risque de survenue de 14 maladies auto-immunes. Elle portait sur une cohorte de 2,2 millions de jeunes filles âgées de 13 à 16 ans.

Les résultats 2015 montrent que la vaccination contre les HPV par Gardasil° ou Cervarix° n’entraîne pas d’augmentation du risque global de survenue de maladies auto-immunes (dont la sclérose en plaques). Ceci confirme ainsi les données de la littérature française et internationale.

Les données scientifiques, nombreuses et robustes, constantes au cours du temps (de 1994 à 2012), confirment l’absence de mise en évidence de lien entre la vaccination contre l’hépatite B et la survenue d'une sclérose en plaques.

Sources
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Sclérose en plaques (SEP). Site internet : INSERM. Paris ; 2014 [consulté le 30 juin 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Sclérose en plaques. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2006 [consulté le 30 juin 2016]
  • Institut du Cerveau et de la Moelle épinière. La sclérose en plaques. Site internet : ICM. Paris ; 2015 [consulté le 30 juin 2016]
  • Collège des enseignants de neurologie (CEN). Sclérose en plaques. Site internet : CEN. Paris ; 2012 [consulté le 30 juin 2016]
  • Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM). Vaccins anti-HPV et risque de maladies auto-immunes, étude pharmaco-épidémiologique. Rapport final. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 30 juin 2016]
  • Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM). Bilan de pharmacovigilance et profil de sécurité des vaccins contre l'hépatite B. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 30 juin 2016]