Sacarlatine : que faire ?

26 novembre 2018
À la maison, quelques gestes simples aident à mieux supporter les symptômes de la scarlatine. Toutefois, une consultation médicale est nécessaire et elle est parfois urgente dans certaines situations (fièvre très élevée, pleurs inexplicables chez les enfants, maux de tête, vomissements, etc.)

Scarlatine : quand consulter un médecin ?

Si votre enfant présente les symptômes de la scarlatine, consultez votre médecin traitant ou votre pédiatre.

Vous devez consulter en urgence un médecin dans les cas suivants de scarlatine :

  • votre enfant a une fièvre de 40 °C ou plus ;
  • il somnole ;
  • il pleure de façon inexplicable ;
  • il présente des tâches violacées sur la peau qui ne s'effacent pas lorsque vous appuyez dessus ;
  • son état général se dégrade (refus de boire ou de manger, réveil difficile) ;
  • il souffre de maux de tête importants et/ou d’une raideur de la nuque ;
  • il présente des signes de déshydratation (muqueuses sèches, urines moins fréquentes, etc.) ;
  • il a des vomissements, des maux de ventre et de la diarrhée ;
  • sa respiration devient difficile.

Si votre enfant souffre d'une maladie chronique, vous devez être encore plus vigilant face à ces symptômes.

En cas de forte fièvre, une crise de convulsions fébriles se déclenche parfois chez les jeunes enfants. Elles sont généralement sans danger. Cela peut être très spectaculaire, mais il ne faut pas s'affoler : en général, la crise ne se répète pas et n'a aucune conséquence sur le cerveau.

Que faire en cas de scarlatine ?

Votre enfant a la scarlatine : surveillez son état général et prenez régulièrement sa température.

Pour soulager votre enfant qui a la scarlatine :

  • mettez votre enfant dans une pièce fraîche et aérée (entre 18 et 20 °C) et évitez les pièces surchauffées ;
  • ne le couvrez pas trop ; enlevez-lui des épaisseurs de vêtements pour permettre à la chaleur de s’échapper et abaisser sa température corporelle. Ne le déshabillez pas complètement, car il pourrait alors avoir trop froid et commencer à grelotter ;
  • donnez-lui souvent de l'eau fraîche ou une boisson qu'il aime pour qu'il boive avec plaisir. Ne le limitez pas dans la prise des boissons et pensez à lui proposer souvent à boire même s'il ne vous le demande pas. A fortiori, si votre enfant est trop petit pour manifester sa soif, pensez à lui donner souvent à boire. C'est capital pour éviter la déshydratation.
  • il n'est pas conseillé de lui donner un bain à 2 °C en dessous de sa température, car votre enfant peut se mettre à frissonner et se sentir mal, en raison d'une baisse rapide de sa température. Ce qui va à l'encontre de votre objectif qui est d'améliorer son confort ;
  • utilisez un médicament, pour soulager les maux de gorge et améliorer le confort de votre enfant, dans les cas suivants :
    • la fièvre persiste plus de deux jours ;
    • elle dépasse 38,5 °C ;
    • votre enfant supporte mal la fièvre : il est irritable, il mange moins, il ne fait plus ses activités habituelles... ;
    • les maux de gorge sont très gênants ;
    • votre enfant souffre d'un problème de santé particulier.

Une fois le diagnostic de scarlatine posé, gardez votre enfant à la maison et prévenez son école ou sa crèche. En effet, il ne pourra retourner en collectivité que deux jours après le début du traitement antibiotique.

La fièvre et la douleur chez l'enfant : quels médicaments ?

Si votre enfant a plus de trois mois, donnez-lui du paracétamol ou, en cas de contre-indication (allergie, maladie grave du foie, ) de l'ibuprofène (un anti-inflammatoire non stéroïdien ou AINS). La dose doit être adaptée à son poids :

  • pour le paracétamol, un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures ;
  • pour l'ibuprofène, un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en trois ou quatre prises, soit un maximum de 10 mg/kg toutes les huit heures ou 7,5 mg/kg toutes les six heures.

Si votre enfant a plus de 6 mois, vous pouvez utiliser, à la place de l'ibuprofène, un autre anti-inflammatoire non stéroïdien : le kétoprofène. La dose doit être adaptée à son poids : un maximum de 2 mg par kilo et par jour à répartir en quatre prises, soit un maximum de 0,5 mg par kilo toutes les six heures.

N'utilisez qu'un seul type de médicament pour faire baisser la fièvre.
Soyez vigilant ! Si votre enfant a la varicelle (ou si celle-ci est suspectée), ne lui donnez pas d'ibuprofène ou de kétoprofène car les anti-inflammatoires non stéroïdiens augmentent le risque de complications infectieuses bactériennes de la varicelle. De la même façon, si votre enfant est déshydraté (diarrhées et vomissements importants) ou si l'on suspecte une infection bactérienne (comme une infection urinaire par exemple), les AINS peuvent aggraver son état de santé.

L'aspirine ne doit pas être administrée chez l'enfant sans avis médical, en raison du risque de survenue d'une mais grave, le .

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.

  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Le traitement de la fièvre chez l'enfant. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2005 [consulté le 21 novembre 2017]
  • National Health service (NHS). Scarlet fever. Site internet : NHS. Londres ; 2017 [consulté le 21 novembre 2017]
  • Haut Conseil de santé publique. Survenue de maladies infectieuses en collectivité. Conduites à tenir. Site internet : HCSP. Paris ; 2012 [consulté le 21 novembre 2017]
  • Haute Autorité de santé. Prise en charge de la fièvre chez l'enfant. Fiche mémo. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) : 2016 [consulté le 21 novembre 2017]