Éviter d’avoir et de transmettre la scarlatine

24 avril 2017
Il n’existe pas de vaccin contre la scarlatine. Quelques simples mesures d’hygiène permettent d’éviter la contamination.

Il n’existe pas de vaccin contre la scarlatine. Le suivi des mesures simples d’hygiène permet d’éviter la contamination et la propagation des bactéries responsables de la scarlatine.

L'hygiène des mains et du nez :

  • lavez-vous les mains souvent et soigneusement, avec du savon ou une solution hydro-alcoolique avant et après chaque contact avec votre enfant. Pensez à bien frotter les interstices entre les doigts ;
  • apprenez à votre enfant à se laver correctement et fréquemment les mains ;
  • coupez souvent les ongles de votre enfant pour qu'ils restent propres ;
  • pour qu'il se mouche, donnez à votre enfant des mouchoirs en papier à usage unique qu’il jettera dans une poubelle munie d’un couvercle ;
  • lorsque votre enfant éternue ou tousse, apprenez-lui à se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable ou avec sa manche (au niveau du pli du coude).

Le contact :

  • évitez d'embrasser votre enfant et dissuadez-en ses frères et ses sœurs ;
  • évitez que votre enfant malade ne s'approche trop près des personnes non malades ;
  • si vous êtes enceinte, restez à distance de tout enfant présentant des signes infectieux ou toute éruption suspecte.

Les objets :

  • ne partagez pas les objets de la vie quotidienne de votre enfant avec vous ou avec ses frères et sœurs : verres, couverts… ;
  • rangez sa brosse à dents après usage et veillez à ce que personne ne l’utilise ;
  • nettoyez régulièrement les objets (jouets, téléphone, clavier d’ordinateur, etc.) utilisés par le malade.

La maison, l’air ambiant :

  • n'exposez pas votre enfant à la fumée de tabac. En effet, cela favorise toutes les infections ORL (scarlatine mais aussi otites, rhinopharyngites, etc.) ;
  • aérez votre logement au minimum une fois par jour ;
  • maintenez la température des pièces entre 18 et 20 °C pour éviter les atmosphères trop chaudes et trop sèches.

© Inpes

Sources
  • National Health service (NHS). Scarlet fever. Site internet : NHS choices. Londres ; 2013 [consulté le 30 janvier 2015]
  • Assurance Maladie, Ministère de la Santé et des Solidarités, Société française de pédiatrie. Guide pratique - Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2009 [consulté le 6 février 2015]