Le diagnostic, le traitement et l'évolution de la scarlatine

04 mai 2017
Le diagnostic de scarlatine est fait lors de l’examen médical de l’enfant et il peut être confirmé par le test de diagnostic rapide de l’angine (TDR angine). La scarlatine évolue vers la guérison grâce au traitement antibiotique. Des complications sont rares mais possibles.

La consultation

Lors de la consultation, le médecin examine l'enfant afin de vérifier s’il présente bien les symptômes de la scarlatine. S'il a un doute sur le diagnostic (absence d’éruption cutanée au début de la maladie, formes de scarlatine donnant des symptômes atténués, etc.) il pratique un test de diagnostic rapide de l’angine (TDR angine). Ce test est mis gratuitement à disposition des médecins généralistes, des pédiatres et des ORL par l’Assurance Maladie. Il permet de savoir si l’angine est une angine bactérienne à du groupe A.

Le TDR angine est indolore et simple ; il ne prend que quelques minutes. Le médecin fait un prélèvement au niveau des amygdales avec un écouvillon (sorte de grand coton-tige), qu’il place ensuite dans un tube qui contient un réactif. Une bandelette est immergée dans ce liquide.

Selon la couleur que prend cette bandelette, le médecin sait si l’angine est due ou non à un du groupe A.

Dans quels cas réaliser un test de diagnostic rapide de l'angine ?

Avant l’âge de trois ans, le test est inutile car l’angine bactérienne est très rare. Il est recommandé de le réaliser chez les enfants à partir de 3 ans. Chez l’adulte, le médecin juge de son utilité après avoir examiné son patient.

Le test de diagnostic rapide de l’angine (TDR angine)

Pictogramme : Test de diagnostic rapide de l'angine

Les médicaments prescrits

Une fois le diagnostic de scarlatine confirmé, le médecin prescrit un traitement par antibiotique. Pour une bonne efficacité, respectez scrupuleusement les règles liées à la prise de ces médicaments.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

L'évolution de la scarlatine

La scarlatine guérit en quelques jours. Grâce au traitement, les complications sont rares.

Grâce au traitement antibiotique de la scarlatine, la majorité des patients guérit. Les symptômes généraux (douleurs et fièvre) disparaissent au bout d’une semaine. Il est nécessaire de consulter à nouveau son médecin s’ils persistent au-delà de ce délai, ainsi que dans les cas suivants :

  • la fièvre réapparaît alors qu'elle avait cessé depuis plus de 24 heures ;
  • elle s’accompagne de tout autre symptôme qui vous inquiète.

Parallèlement aux signes généraux, l’éruption cutanée peut durer plus longtemps. Elle évolue vers une , qui survient entre le septième et le quinzième jour après le début de la maladie. La peau recouvrant les paumes des mains et les plantes des pieds se détache en dernier, par larges lambeaux.
L’enduit blanc sur la langue disparaît au bout de six à huit jours, laissant place à une teinte rouge framboisée.

La scarlatine peut entraîner des complications :

  • chez des patients atteints de formes légères de la maladie, et chez qui la scarlatine n’a pas été détectée et donc pas traitée ;
  • chez des personnes fragiles, souffrant déjà de maladies chroniques ou prenant un traitement .

Pour ces malades, il existe plusieurs complications possibles :

  • pathologies infectieuses comme l’adénite cervicale (infection des ganglions lymphatiques du cou), l’otite, la sinusite ou la pneumonie ;
  • atteintes rénales comme la glomérulonéphrite aiguë ;
  • douleurs articulaires sans gravité ou (touchant plusieurs articulations avec un risque d’atteinte cardiaque), survenant environ trois semaines après le début de la maladie.

Divers signes peuvent annoncer ces complications (douleurs de l’oreille, frontales, articulaires, etc.). Si des symptômes apparaissent, il est conseillé de revoir son médecin traitant.

© Assurance Maladie

Sources
  • Collège national des pédiatres universitaires. Éruptions fébriles. Site internet : Campus de pédiatrie de l'Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2014 [consulté le 30 janvier 2015]
  • Collège des enseignants en dermatologie de France. Maladies éruptives de l’enfant. Ann Dermatol. 2008;135(11S) F54-8
  • National Health service (NHS). Scarlet fever. Site internet : NHS choices. Londres ; 2013 [consulté le 30 janvier 2015]
  • Mallory SB, Lorette G. Scarlatine. In : Dermatologie pédiatrique. Paris : Elsevier Masson ; 2007, p.93-94.