Traitement du saturnisme : agir face à une intoxication par le plomb

13 décembre 2018
Une fois diagnostiqué, le saturnisme nécessite une prise en charge et un suivi médical. Simultanément, les sources d'intoxication au plomb doivent être supprimées de l'environnement de la personne contaminée.

Suppression de l'exposition au plomb et médicaments dits de "chélation" du plomb

Le traitement et le suivi médical du saturnisme vont dépendre du taux de plomb dans le sang (plombémie). Mais dans tous les cas, il est primordial d'éliminer toute source d'intoxication potentielle au plomb dans l'environnement de la personne et d'adopter des mesures hygiéno-diététiques.

Pour réduire le niveau de plomb dans le sang, un traitement médicamenteux appelé chélation peut être nécessaire. Il s’agit d’administrer un médicament qui se lie au plomb présent dans l’organisme, pour neutraliser sa toxicité et faciliter son élimination par les reins. Ce traitement est prescrit lorsque la plombémie atteint un seuil élevé et il est commencé en milieu hospitalier.

Les médicaments utilisables sont :

  • l'acide dimercaptosuccinique pris par la bouche en traitement de quelques jours. Ce médicament a des effets secondaires : odeur désagréable des selles, urines et sueur, risque d'éruptions allergiques ;
  • l'EDTA calcicodisodique utilisé par voie intraveineuse en traitement de quelques jours. Des réactions allergiques sont possibles mais rares.

Des examens sanguins de suivi sont prescrits pour vérifier la tolérance du médicament (surveillance des hépatiques) et suivre l'évolution de la plombémie.

Les consultations médicales pour le suivi du saturnisme ainsi que les examens complémentaires comme la plombémie sont pris en charge à 100 % par l'Assurance Maladie pour les enfants de 0 à 18 ans et les femmes enceintes.

Saturnisme au cours de la grossesse

L'administration d'un médicament chélateur du plomb ne peut être décidée que par un service hospitalier spécialisé et n'est envisageable que pour un taux élevé de plombémie. La grossesse est suivie de façon rapprochée. Des apports en calcium et vitamine D sont indispensables car le relargage du plomb stocké dans les os est important en fin de grossesse.

 À l'accouchement, la plombémie de l'enfant est également mesurée.

L'allaitement est en général possible avec surveillance de la plombémie chez la mère et l'enfant.

Prise en charge des troubles liés au saturnisme

En cas de troubles du développement et des apprentissages, l’enfant peut être adressé à des services spécialisés : consultation hospitalière, centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP), centre médico-psychologique (CMP), centre médico-psycho-pédagogique (CMPP). Une prise en charge médicale et éducative est nécessaire.

En cas de troubles importants, des aménagements adaptés de la scolarité peuvent être mis en place  en collaboration avec l'équipe éducative. Des aides plus importantes sont parfois nécessaires.

Dans tous les cas, une enquête de l'environnement de la personne contaminée permet de définir quelles ont été les sources d'intoxication dans le but de les supprimer. Des mesures sont prises pour que la personne (et prioritairement s'il s'agit d'un enfant) soit éloignée de la source de plomb. Malgré cela, le plomb stocké dans l'organisme n'est éliminé qu'au bout de plusieurs années.

Les points clés

Voici l’essentiel de ce qu’il faut retenir sur le saturnisme :

  • Si j’habite un logement construit avant 1949, j’essaie de savoir s’il y a des peintures au plomb chez moi.
  • Je n’achète pas de jouets non marqués « CE ».
  • Je vérifie si j’habite près d’un site industriel qui utilise du plomb, en activité ou non.
  • Si je pense être exposé(e) au plomb et que mon enfant ou moi-même souffrons d’une manière inexpliquée de fatigue, de maux de tête ou de maux de ventre, je n’hésite pas à en parler à mon médecin.
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Intoxication par le plomb de l'enfant et de la femme enceinte - Prévention et prise en charge médico-sociale. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2003 [consulté le 12 décembre 2018]
  • Haut Conseil de la santé publique. Mise à jour du guide pratique de dépistage et de prise en charge des expositions au plomb chez l’enfant mineur et la femme enceinte. Site internet : HCSP. Paris ; 2018 [consulté le 12 décembre 2018]
  • Santé publique France. Diagnostiquer et prévenir le saturnisme avant 18 ans. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2017 [consulté le 12 décembre 2018]
  • Ministère des solidarités et de la santé. Saturnisme. Site internet : Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2016 [consulté le 12 décembre 2018]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Le saturnisme ou intoxication au plomb. Site internet : Inserm. Paris ; 2015 [consulté le 12 décembre 2018]
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Prévenir les expositions professionnelles au plomb. Site internet : Inrs. Paris ; 2014 [consulté le 12 décembre 2018]