Reconnaître le saturnisme

19 avril 2017
L'intoxication au plomb passe longtemps inaperçue, ne donnant que des symptômes généraux (nausées, fatigue, pâleur...) Si la contamination ne cesse pas, des troubles graves s'installent, Le dosage de la plombémie permet le diagnostic. Le saturnisme est une maladie à déclaration obligatoire.

Reconnaître les premiers signes d’une intoxication par le plomb

Les premiers symptômes du saturnisme peuvent passer inaperçus :

Chez l’enfant, si l'intoxication se poursuit, des troubles plus graves apparaissent : des troubles du langage, de la motricité et/ou du comportement comme l’hyperactivité, des difficultés d’apprentissage et une baisse des performances scolaires, un ralentissement de la croissance, une .

Chez la femme enceinte, le plomb passe dans le sang du fœtus à travers le et altère son développement ainsi que le déroulement de la grossesse (risque d'accouchement prématuré). À la naissance, le nourrisson peut être contaminé par le lait maternel.

Chez l’adulte, l’intoxication par le plomb peut être responsable d’atteinte des , notamment ceux du bras et de la main, d’hypertension artérielle, de maladie rénale chronique et de baisse de la fertilité chez l'homme.

Le diagnostic du saturnisme

Si vous avez des doutes sur une éventuelle intoxication par le plomb, faites le point sur les risques d'exposition au plomb de vous-même et de votre famille.

Parlez-en à votre médecin traitant lors d’une consultation. Si nécessaire, il peut vous prescrire un bilan sanguin appelé « plombémie ». Cet examen permet de mesurer la quantité de plomb dans le sang.

La plombémie, ainsi que la consultation au cours de laquelle elle est prescrite, sont prises en charge à 100 % par l'Assurance Maladie pour les enfants de 0 à 18 ans et les femmes enceintes.

Le saturnisme est défini par une concentration de plomb dans le sang (plombémie) de 50 microgrammes par litre.

Si une présence anormale de plomb est détectée, des examens complémentaires sont nécessaires.

En cas de saturnisme, une déclaration aux autorités sanitaires est obligatoire, ainsi qu'une enquête du milieu de vie et de l'environnement de la personne atteinte et la prise de mesures de protection pour faire cesser l'exposition.

Si la plombémie est entre 25 et 50 microgrammes par litre, la recherche de plomb dans l'environnement est nécessaire ainsi qu'une surveillance de la plombémie car même à faible dose, le plomb est nocif surtout pour l'enfant.

Le saturnisme est une maladie à déclaration obligatoire

Suivant les recommandations du Haut Conseil de la santé publique, les autorités sanitaires ont décidé par arrêté en date du 8 juin 2015 d’abaisser de 100 à 50 microgrammes par litre la concentration en plomb dans le sang (plombémie) définissant le saturnisme chez l’enfant. Le nouveau seuil de 50 µg/L est applicable depuis le 17 juin 2015. Si un médecin diagnostique un saturnisme, il doit le déclarer aux autorités sanitaires du département. Celles-ci peuvent ainsi mettre en place une étude de l'environnement de la personne atteinte et prendre des mesures pour faire cesser la contamination. Les familles peuvent être aidées pour effectuer des travaux dans leur habitation ou pour revoir leurs conditions de logement.

Le saturnisme peut être contracté dans le cadre professionnel.

Les professionnels exposés à ce risque font l’objet d’une surveillance médicale particulière par la médecine du travail.

Si les conditions sont remplies, le malade peut bénéficier de la reconnaissance au titre des maladies professionnelles.

Sources
  • Institut de Veille Sanitaire. Saturnisme chez l'enfant. Site internet : INVS. Saint Maurice (France) ; 2016 [consulté le 12 avril 2016]
  • Ministère des affaires sociales et de la santé. Saturnisme. Site internet : sante.gouv. Paris ; 2016 [consulté le 12 avril 2016]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Le saturnisme ou intoxication au plomb. Site internet : INSERM. Paris ; 2015 [consulté le 12 avril 2016]
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Prévenir les expositions professionnelles au plomb. Site internet : INRS. Paris ; 2014 [consulté le 12 avril 2016