Diabète et poids : un équilibre à trouver

09 décembre 2020

L’obésité est-elle un facteur de risque du diabète ?

L’obésité en tant que telle n’est pas le seul facteur de risque du diabète, c’est plutôt l’obésité abdominale, c’est-à-dire la graisse localisée au niveau du ventre. Dans ces cas-là, il peut apparaitre une insulino-résistance : l’insuline a plus de mal à fonctionner et à faire parvenir le sucre dans les cellules.

Lorsque mes patients souffrent d’obésité abdominale, s’ils ne sont pas diabétiques, je renforce mes recommandations en matière d’équilibre alimentaire et j’insiste sur la nécessité d’avoir une activité physique régulière. En appliquant ces conseils simples, il est possible de retarder l’arrivée du diabète. Certains patients vont ainsi continuer à avoir une glycémie à la limite du diabète, sans pour autant le développer. Mais, ces mesures seules peuvent ne pas être suffisantes.

Est-ce que le fait de perdre du poids peut guérir le diabète ?

Il est important de comprendre que même lorsque les patients ont perdu du poids et que les chiffres des glycémies et d’HbA1c (hémoglobine glyquée) sont normalisés, il faut rester attentif. C’est au médecin de prescrire les analyses et d’ajuster le traitement si besoin, mais il ne faut pas l’arrêter sans avis médical.

Après une perte de poids, certains patients peuvent ne plus prendre de médicaments, mais le suivi médical doit se poursuivre et ils doivent continuer à faire leurs examens recommandés régulièrement : bilan rénal, examen des yeux, électrocardiogramme a minima.

Le diabète peut se manifester à nouveau, pas toujours à cause du poids, mais à cause de l’âge, car c’est aussi une maladie du vieillissement.

Quels sont vos conseils diététiques pour équilibrer son poids et son diabète?

L’idée est d’avoir une alimentation la moins grasse et la moins sucrée possible.

Il est important de manger plus de légumes et d’opter pour des glucides que le corps assimile bien comme les féculents complets et les légumineuses. Et, à part les fruits, je conseille toujours à mes patients de limiter tous les aliments à goût sucré comme les gâteaux. Je recommande aussi de limiter la consommation de « mauvais gras ». Si les amandes peuvent être intéressantes, le beurre l’est beaucoup moins…

Pour les diabétiques de type 2 sans traitement par , je précise les quantités de glucides qu’ils peuvent manger. Pour lesfruits ou les féculents, la portion recommandée correspond au volume du poing fermé ou 4 à 5 cuillères à soupe.

2019128_sophiaetvous45-image_portion.png

Comment accompagnez-vous ceux qui ont un long vécu du surpoids et du diabète ?

Dans ces cas, j’avance par petites touches. La première étape consiste à supprimer les aliments ultra-transformés (barre de céréales, gâteau, produit tout prêt …).

Pour améliorer leur connaissance de la qualité et de la valeur nutritionnelle des aliments, je conseille d’utiliser des applications pour décrypter les étiquettes, comme Yuka ou Open Food Facts. C’est très utile pour ceux qui consomment des produits préparés, car il y a souvent des ajouts de glucides.

Ils peuvent aussi consulter le nutriscore sur l’emballage des produits, en privilégiant ceux qui ont un score A ou B.

Et comment surveillez-vous le poids des patients ?

Se peser uniquement au cabinet est insuffisant. L’idéal serait de se peser une fois par semaine et de ne pas s’inquiéter si le poids stagne. En période de perte de poids, le corps a parfois besoin de faire des pauses pour assimiler les changements en cours avant de continuer à maigrir.

Il est normal que le poids varie entre plus ou moins deux kilos. Au-delà il faut faire attention car la prise de poids peut contribuer au déséquilibre du diabète.