Diabète et froid : attention danger !

25 novembre 2019

Sortez couverts

Avant de sortir, pensez à bien vous couvrir. Ce conseil de bon sens peut prêter à sourire, mais il est très important. En effet, pour maintenir une température corporelle normale lorsqu’il fait froid, notre organisme brûle davantage de calories et en particulier des glucides. Cela peut donc provoquer des hypoglycémies.

De plus, la périphérique est une des complications du diabète qui se traduit, entre autres, par une perte de sensibilité au froid. Les nerfs responsables de l’envoi au cerveau d’informations sur la température ne fonctionnent pas bien. Il est alors possible que vos pieds et vos mains soient atteints de gelures, sans que vous ne vous en rendiez compte.

La grippe

Nez qui coule, gorge qui gratte, si certains maux de l’hiver sont bénins, d’autres peuvent avoir des conséquences graves pour les personnes qui souffrent de pathologies chroniques. En plus des précautions vestimentaires, il est conseillé de vous faire vacciner contre la grippe chaque année. Il faut savoir que le diabète induit une sensibilité particulière aux maladies infectieuses  broncho-pulmonaires. Ces infections peuvent être favorisées par un mauvais équilibre du diabète, mais aussi être la cause de ce déséquilibre et provoquer des complications graves comme une pneumopathie.

Lecteurs de glycémie, insuline : eux-aussi sont frileux

Face au froid, votre matériel doit lui aussi être protégé. Exposés à des températures basses (moins de 4°C) pendant des périodes plus ou moins longues, les lecteurs de glycémies, les bandelettes ou les électrodes ainsi que les solutions de contrôle deviennent moins fiables et peuvent afficher de faux résultats.

Par ailleurs, lorsque la température est vraiment trop basse, l’insuline risque de geler. Si des cristaux se forment, elle est alors inutilisable etdevient totalement inefficace. En cas de doute, consultez la notice ou parlez-en à votre pharmacien.

En règle générale, il convient de protéger votre matériel (pompes et stylos à , lecteurs de glycémie, cathéters, etc.) des variations de température et de l’humidité. À l’extérieur, la protection des vêtements est le plus souvent suffisante, mais, en cas de transport (valise, coffre de voiture), des pochettes isothermes peuvent se révéler utiles.