« Avec les progrès médicaux, on a moins de risque de perdre la vue. »

29 décembre 2020

Ses amis l’ont surnommé Capitaine Courage. Et ils ont raison, il est courageux Vincent. Diabétique de type 1 depuis ses 17 ans, ce grand sportif et passionné de photo a mis du temps à équilibrer son diabète. Il y a trois ans, les médecins lui ont diagnostiqué une grave complication au niveau des yeux. Sans un traitement rapide, il aurait pu perdre la vue.

La rétinopathie, une maladie silencieuse

Complication des yeux la plus fréquente chez la personne diabétique, la rétinopathie peut progresser pendant de longues années sans susciter de gêne ou de douleur. « Je n’avais pas de symptômes, raconte Vincent. Je me suis simplement aperçu que je voyais un peu flou lorsque je conduisais et qu’il y avait trop de soleil. Mais, je n’avais pas fait de fond d’œil. » Cet examen est pourtant recommandé au moins une fois tous les deux ans, une fois par an si vous êtes sous .

Poussé par sa famille, Vincent prend conscience de l’importance de se soigner. « C’est ma femme qui a insisté pour que je consulte un diabétologue. Nous venions d’avoir une petite fille et je me suis dit qu’il fallait que je prenne soin de moi. Alors, en 2016, je suis resté trois jours à l’hôpital. J’ai passé plusieurs examens, dont un fond d’œil. Peu de temps après, j’ai reçu un appel pour me dire de revenir en urgence. Les médecins m’ont expliqué que je risquais de perdre la vue. Mes deux yeux étaient atteints. »

Laser et équilibre de la glycémie

Lorsqu’elle est dépistée à temps, la rétinopathie peut être prise en charge et régresser. Le principal traitement consiste à équilibrer progressivement son diabète. À un stade plus tardif, des séances de sont nécessaires. Le détruit les lésions périphériques de la rétine et réduit les risques de perdre la vue.

« Pendant deux ans, tous les deux mois j’ai eu rendez-vous  à l’hôpital pour des examens. En fonction des résultats, on décidait de faire une séance de ou pas. Au total, j’en ai eu six, raconte Vincent. Le mot « » fait peur, mais il ne faut pas s’inquiéter. Ce sont juste des lumières infrarouges qui flashent dans les yeux. Ça ne m’a pas fait mal. Une seule chose : pendant les 20 minutes qui suivent, on a l’impression de voir un peu flou à cause du produit utilisé pour dilater la pupille. »

Des résultats satisfaisants

Grâce à ce traitement, Vincent a pu préserver sa vue. Les consultations sont maintenant espacées. « Mon prochain rendez-vous est prévu dans six mois. Avec les progrès médicaux, on a moins de risque de perdre la vue. Mais, il ne faut pas se laisser aller. Il est important de surveiller son alimentation, de bien prendre son traitement et de passer ses examens régulièrement. »