Difficultés psychologiques chez l'enfant : comment être aidé ?

Outre dans son entourage, un enfant en difficulté psychologique peut trouver de l'aide auprès de professionnels de santé (médecin, psychologue, rééducateurs) en libéral et dans diverses structures d'accueil, mais aussi dans son établissement scolaire. Psychothérapie, rééducation (orthophonique, psychomotrice, etc.) et aides éducatives accompagnent l'enfant.

Enfant en difficulté psychique : les grands axes de la prise en charge

Les soins apportés à un enfant en difficulté psychique sont multiples et impliquent donc la nécessité d’une pratique à plusieurs, d’un travail et d'échanges interprofessionnels, afin de multiplier les regards, les discours et les modalités d’accueil au bénéfice de l’enfant et de sa famille. Un mode de vie sain crée un environnement propice aux soins.

Troubles psychologiques de l'enfant  préserver un mode de vie sain

Les mesures hygiéno-diététiques suivantes sont conseillées :

Lire la fiche pratique Comment gérer l'usage des écrans de mon enfant ?

Souffrance psychique de l'enfant : une prise en charge globale psychologique, éducative et sociale indispensable

En première intention, une prise en charge non médicamenteuse est mise en œuvre pour soulager l'enfant de ses difficultés psychiques.

Elle combine en fonction des besoins de l’enfant :

  • une : thérapie individuelle, de groupe ou familiale ;
  • des rééducations (orthophoniques, motrices, etc.) ;
  • des mesures éducatives en coordination avec le service de santé scolaire ;
  • des interventions sociales pour faciliter la vie au quotidien.

Souffrance psychique de l'enfant : prudence dans la prise de médicaments psychotrope

Ce n'est que dans un deuxième temps, en cas d'efficacité insuffisante de cette prise en charge, que le médecin propose un traitement par des médicaments. Le traitement médicamenteux psychotrope ne guérit pas la souffrance psychique de l’enfant même s’il permet, dans certains cas, d’alléger l’expression des symptômes et de faciliter le travail de soin.

De manière générale, les ne sont recommandés dans le cas des troubles mentaux chez l’enfant qu’en soutien aux pratiques psychothérapeutiques, éducatives et sociales lorsque celles-ci sont insuffisantes.

Consommation de psychotropes par les enfants : des chiffres qui doivent alerter

Entre 2014 et 2021, la consommation de médicaments a progressé  chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans de :

  • 155,5 % pour les hypnotiques (médicaments qui induisent et maintiennent le sommeil) ;
  • 78,1 % pour les psychostimulants (médicaments qui stimulent l'attention et la vigilance) ;
  • 62,6 % pour les antidépresseurs (médicaments qui corrigent l'humeur dépressive) ;
  • 48,5 % pour les antipsychotiques (médicaments qui contrôlent les symptômes psychotiques).

Des personnes ressources : parents, famille, amis

Les parents sont souvent les plus compétents pour détecter et comprendre la différence entre le fonctionnement normal et la souffrance de leur enfant. S'ils se questionnent sur d'éventuelles difficultés psychiques de leur enfant, ils ne doivent pas hésiter à en parler autour d'eux : à l'école, aux collège, aux autres parents, à leur médecin traitant. Les autres membres de la famille peuvent aussi apporter un véritable soutien.

En outre, au cours d'un traitement ou d'une prise en charge de troubles psychiques chez un enfant, les parents sont des partenaires indispensables. Ils sont les moteurs de l'alliance avec les soignants et de l'observance des soins. Ils informent les équipes et accompagnent au quotidien leur enfantt. Sans leur adhésion au projet, l'investissement du jeune est compromis.

Si leur enfant présente un autisme, les parents peuvent trouver des aides et informations à la Maison de l'autisme.

Par ailleurs, les associations peuvent apporter de nombreuses informations aux parents et un soutien par l'écoute et l'échange d'expériences avec d'autres familles confrontées problèmes psychologiques.

 

Des lignes d'écoute pour soutenir les parents

Des lignes d'écoute sont proposées aux familles ou aux parents uniquement.

L'Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) propose un service national d'écoute téléphonique anonyme et gratuit assuré par des psychologues : Ecoute famille Unafam.

Il est destiné aux personnes qui doivent faire face à la maladie psychique d’un proche.

Les psychologues sont joignables du lundi au vendredi, de 9h à 13h et de 14h à 18h (17h le vendredi) au 01 42 63 03 03.

Le service téléphonique Inter service parents est destiné aux parents résidant en région Île-de-France uniquement et qui rencontrent des difficultés avec leur enfant.

Des professionnels les écoutent, les conseillent et les orientent de manière anonyme et confidentielle. Ils sont disponibles du lundi au vendredi (sauf le mercredi), de 10h à 12h et de 14h à 16h au 01 44 93 44 93 au prix d'un appel non surtaxé, depuis un fixe ou un mobile.

Phare Enfants Parents est une association engagée dans la lutte contre le mal-être et la prévention du suicide des jeunes. Des bénévoles sont à l'écoute des jeunes ou des parents confrontés au mal-être et au suicide des jeunes.

Cette association est joignable par :

  • mail à [email protected] ou [email protected] ;
  • téléphone, du lundi au vendredi de 10h à 17h au 01 43 46 00 62 au prix d'un appel non surtaxé, depuis un fixe ou un mobile.
 

Vous vous inquiétez pour votre enfant ? Vous pouvez appeler le 3114, le numéro national de prévention du suicide

Gratuit, accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, depuis tout le territoire national, le 3114 permet d'apporter une réponse à vos inquiétudes et questions face à votre enfant en détresse psychique et à risque suicidaire. 

Au bout du fil, des professionnels de santé, formés, mobilisés, en lien avec des acteurs du soin de chaque territoire, peuvent apporter des réponses adaptées à chaque situation.

Troubles psychiques : des professionnels et des lieux pour aider son enfant

Professionnels de la santé psychique, rééducateurs et structures d'accueil, de conseil ou de soins prennent en charge l'enfant en difficulté psychologique,.

Des professionnels libéraux ou en établissement à l'écoute et engagés dans le soin

L'enfant et ses parents peuvent s'adresser à :

  • l'infirmière scolaire ou l'assistant social de l'établissement scolaire ;
  • leur médecin traitant ou leur pédiatre qui sont souvent en première ligne et peuvent orienter l'enfant vers un psychologue. Le médecin peut également adresser l'enfant en consultation spécialisée à un pédopsychiatre ou à un neuropédiatre ou, en cas de troubles du neurodéveloppement, à une plateforme de coordination et d'orientation (PCO) qui assure la coordination du parcours de soins et la mise en place d’interventions précoces.

Sur prescription médicale, des rééducateurs interviennent dans les soins : orthophonistes, orthoptistes, psychomotricien, kinésithérapeutes, ergothérapeute.

Mon soutien psy : des séances chez le psychologue prises en charge

Si votre enfant de plus de 3 ans ressent un mal-être psychique, il peut bénéficier du dispositif Mon soutien psy, qui permet la prise en charge de l’accompagnement psychologique.

Ce dispositif permet à toute personne (adolescents, adultes et également enfants dès 3 ans) angoissée, déprimée ou en souffrance psychique, de bénéficier de séances d’accompagnement psychologique avec une prise en charge par l’Assurance Maladie.

En fonction de votre état de santé, et avec votre accord, votre médecin peut proposer jusqu’à 8 séances de suivi avec un psychologue conventionné et partenaire du dispositif.

L’accompagnement psychologique comprend :

  • une première séance qui est un entretien d’évaluation ;
  • entre 1 à 7 séances de suivi psychologique. Ce nombre est adapté à vos besoins par le psychologue.

Pour en savoir plus, consulter l'article : Remboursement de séances chez le psychologue : le dispositif Mon soutien psy.

Les structures de soins

Le centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) 

Le Camsp a pour mission le dépistage, le diagnostic, le traitement et la rééducation des jeunes enfants avant leur entrée à l'école primaire.

Consulter l'annuaire des CAMSP

Le Centre médico-psycho-pédagogique (CMPP)

Le CMPP s'adresse aux enfants de plus de 6 ans et adolescents jusqu'à 20 ans.

Il offre des consultations thérapeutiques ainsi qu'un accompagnement dans le milieu de vie et scolaire. L'équipe pluridisciplinaire est placée sous la responsabilité d'un médecin.

Les CMPP existent dans chaque département et sont directement accessibles aux familles.

Comment trouver un CMPP ?

Le centre médico-psychologique (CMP)

Un CMP est un établissement public qui accueille aussi bien des enfants que des adultes. Il regroupe des psychiatres, des psychologues, des infirmières, des assistantes sociales et d'autres professionnels de santé (ergothérapeutes, psychomotriciens, éducateurs spécialisés, etc.). C'est un lieu d'accueil, d'orientation et de prise en charge de personnes en souffrance et de leurs familles.

Le CMP assure des consultations qui sont entièrement prises en charge par l'Assurance Maladie. Ils fonctionnent par zone géographique. Ils sont sectorisés ; il en existe donc plusieurs par département.

Comment trouver un CMP ?

Des aides pour assurer la scolarisation

La scolarisation de l'enfant peut nécessiter des aménagements.
Pour en savoir plus, consulter les fiches pratiques de CléPsy :

  • Santé publique France. Santé mentale. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2023 [consulté le 6 septembre 2023]
  • Haute Autorité de santé. Maturation - Vulnérabilité - Santé mentale - Conduites addictives. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2020 [consulté le 6 septembre 2023]
  • Organisation mondiale de la santé. Santé mentale : renforcer notre action. Site internet : OMS. Genève (Confédération helvétique) ; 2022 [consulté le 6 septembre 2023]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. À garder en tête – C’est quoi la santé mentale ?. Site internet : Inserm. Paris ; 2021 [consulté le 6 septembre 2023]
  • Santé Québec. Maintenir une bonne santé mentale. Site internet : Québec.ca. Québec ; 2021 [consulté le 6 septembre 2023]
  • Société canadienne de pédiatrie. La santé mentale de votre enfant. Site internet : Soins de nos enfants. Ottawa (Ontario) ; 2023 [consulté le 6 septembre 2023]
  • Référentiel de psychiatrie et addictologie. ECN 2021. Psychiatrie de l'adulte. Psychiatrie de l'enfant. 3ème édition Presses universitaires François-Rabelais. 
  • Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA). Rapport du 7 mars 2023 du Conseil de l’enfance et de l’adolescence « Quand les enfants vont mal : comment les aider ? ». Site internet : HCFEA. Paris ; 2023 consulté le 6 septembre 2023]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.