Les bons réflexes et les cas de roséole où il faut consulter

11 mai 2017
La roséole est une maladie bénigne ; cependant, la fièvre est très élevée. Votre enfant peut être soulagé grâce à quelques gestes simples. Soyez vigilant si des symptômes inquiétants apparaissent.

Que faire en cas de roséole ?

La fièvre est une réaction naturelle de l'organisme pour lutter contre les microbes. La fièvre est souvent très élevée dans la roséole et ne cède qu'à la fin du troisième jour, voire du cinquième.

Pour lutter contre l’inconfort lié à la fièvre, prenez quelques mesures pour votre enfant :

  • ne le couvrez pas trop pour que la chaleur s'évacue. Enlevez-lui des épaisseurs de vêtements pour permettre à la chaleur de s’échapper et abaisser sa température corporelle. Ne le déshabillez pas complètement, car il pourrait alors avoir trop froid et commencer à grelotter ;
  • proposez-lui régulièrement et à volonté de l'eau pour qu'il ne se déshydrate pas. Ne le limitez pas dans la prise des boissons et pensez à lui proposer souvent à boire même s'il ne vous le demande pas. A fortiori, si votre enfant est trop petit pour manifester sa soif, pensez à lui donner souvent à boire. C'est capital pour éviter la déshydratation ;
  • aérez sa chambre et maintenez la température à 19 °C ;
  • si votre enfant fréquente une collectivité (crèche, maternelle...), gardez-le à la maison pendant la phase aiguë de la maladie (fièvre et éruption) pour qu'il soit au repos et pour éviter la contagion ;
  • donnez lui un médicament . Le paracétamol est conseillé tant que vous ne connaissez pas l'origine de la fièvre. En effet, l'ibuprofène est déconseillé en cas de varicelle ou de déshydratation.
  • surveillez sa température.
La fièvre et la douleur chez l'enfant : quels médicaments ?

La prise d’antalgiques ou antipyrétiques nécessitent quelques précautions d’emploi.

Si votre enfant a plus de trois mois, donnez-lui du paracétamol ou de l'ibuprofène. La dose doit être adaptée à son poids :

  • pour le paracétamol, un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures ;
  • pour l'ibuprofène, un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en trois ou quatre prises, soit un maximum de 10 mg/kg toutes les huit heures ou 7,5 mg/kg toutes les six heures.
    Soyez vigilant ! Si votre enfant a la varicelle ou s'il est déshydraté (diarrhées et vomissements importants), ne lui donnez pas d'ibuprofène.
  • Si votre enfant a moins de trois mois, donnez-lui uniquement du paracétamol : un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures.
  • Consultez rapidement votre médecin.

L'aspirine ne doit pas être administrée chez l'enfant sans avis médical, en raison du risque de survenue d'une , mais grave, le .

La présentation des médicaments pour enfants

Les présentations pédiatriques (sachets, cuillères mesures, pipettes graduées...) simplifient l'adaptation de la dose du médicament au poids de votre enfant.
La prise de comprimés ou de gélules est strictement contre-indiquée chez l'enfant de moins de 6 ans, car elle expose à un risque de fausse route.
Consultez la notice du médicament et respectez les contre-indications.
Au moindre doute, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Quand consulter ?

Consultez votre médecin si :

  • votre enfant a moins de trois mois et a de la fièvre ;
  • votre enfant de plus de 3 mois a une fièvre de 40 °C et plus ;
  • votre enfant a un comportement normal malgré la fièvre, mais vous êtes inquièt(e).

Consultez rapidement votre médecin si :

  • la fièvre s'accompagne de convulsions ;
  • le comportement de votre enfant change : il est confus, vomit, refuse de boire.
La convulsion fébrile est sans danger pour votre enfant

La convulsion fébrile survient habituellement chez un nourrisson ou un enfant entre trois mois et cinq ans, et le plus souvent dans les premières heures d'une fièvre supérieure ou égale à 38 °C. La rapidité de la montée ou de la baisse de la fièvre constitue un facteur déclenchant habituel. Le plus souvent, il s'agit d'une crise d'une durée de une à trois minutes, ne dépassant pas 15 minutes.

Même si elles sont impressionnantes, les convulsions fébriles ne mettent pas votre enfant en danger et ne laissent pas de séquelles. Il n'y a pas de traitement spécifique et la crise s'arrête d'elle-même.

Lors de la crise :

  • découvrez votre enfant ;
  • couchez-le sur le côté (position latérale de sécurité) ;
  • traitez la fièvre dès que la crise est finie ;
  • consultez rapidement votre médecin afin qu'il examine votre enfant et élimine une cause grave de convulsion fébrile ;

Évitez les récidives lors d'un nouvel épisode fébrile en traitant la fièvre dès son apparition.

    Sources
    • Haute Autorité de santé. Prise en charge de la fièvre chez l'enfant. Fiche mémo. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) : 2016 [consulté le 9 mars 2017]
    • Haut Conseil de la Santé Publique. Survenue de maladies infectieuses dans une collectivité. Conduites à tenir. Site internet : HSCP. Paris ; 2012 [consulté le 9 mars 2017]
    • AboutKidsHealth - The Hospital for sick children. Roséole. Site internet : aboutkidshealth. Toronto (Canada) ; 2014 [consulté le 9 mars 2017]
    • National Health Service (NHS). Roseola. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2016 [consulté le 9 mars 2017]