Les bons réflexes et les cas où il faut consulter

07 décembre 2017
En cas de reflux gastro-œsophagien, il est important de savoir comment réagir (faut-il consulter ou non ? dans quels délais ?) et quels bons gestes adopter pour être soulagé.

Comment réagir en cas de reflux gastro-œsophagien ?

icone_schema_line
  • J’ai des brûlures d’estomac modérées qui remontent derrière le : elles surviennent après les repas, lorsque je suis couché ou dans certaines positions (penché en avant…)
  • Ces symptômes sont intermittents et je parviens à poursuivre mes activités habituelles.

J’applique les conseils pratiques, je prends si besoin des médicaments en automédication et je surveille mon état.

icone_schema_line
  • Malgré les mesures hygiéno-diététiques et le traitement que j’ai pris par moi-même, mes symptômes persistent ou s’aggravent ; ou mes brûlures reviennent dès que j’arrête de prendre le médicament.
  • J’ai plus de 50 ans et les symptômes du RGO sont apparus récemment.
  • Je pense que le est lié à un traitement médicamenteux que je prends.
  • En plus des signes habituels du RGO, j’ai d’autres symptômes : régurgitations douloureuses, toux, traces de sang dans les régurgitations, difficultés à avaler, voix enrouée…
  • Je maigris rapidement.

Je consulte mon médecin traitant dans les jours qui viennent.

icone_schema_line
  • J’ai derrière le des douleurs permanentes, ou qui me donnent l’impression d’être serré par un étau.
  • J’ai de grosses difficultés à avaler.

Je consulte mon médecin traitant dans la journée.

icone_schema_line

Un gastro-œsophagien ne relève pas d'un appel d'urgence.

Conseils pratiques pour soulager le reflux gastro-œsophagien

Vous souffrez d’un gastro-œsophagien (RGO) entraînant des brûlures (pyrosis) et des régurgitations acides occasionnelles (moins d’une fois par semaine) ? De nouvelles habitudes et une alimentation plus légère peuvent réduire vos symptômes. Si ces solutions ne suffisent pas, vous pouvez entreprendre une automédication temporaire, en respectant certaines précautions.

Voici quelques conseils pour diminuer ces symptômes :

  • fractionnez les repas et évitez d’en prendre de trop copieux ;
  • identifiez les aliments qui favorisent vos brûlures (graisses, épices, boissons gazeuses, etc.) afin d’en consommer moins ;
  • ne faites pas d’efforts trop importants après les repas et, notamment, évitez de vous pencher en avant ;
  • ne vous couchez pas immédiatement après le dîner, mais trois heures après ;
  • surélevez la tête de votre lit et dormez sur le dos ;
  • ne portez pas de vêtements serrés à la taille ;
  • si vous fumez, essayez d’arrêter le tabac;
  • limitez votre consommation d’alcool ;
  • en cas de surcharge pondérale, essayez de perdre du poids en adaptant votre alimentation et en pratiquant une activité physique régulière.

Si ces mesures sont insuffisantes et si vos régurgitations et brûlures sont peu fréquentes, vous pouvez prendre vous-même un médicament en vente libre, de façon temporaire. Pour choisir le médicament le plus adapté à votre situation, adressez-vous à votre pharmacien.

Les traitements disponibles peuvent avoir divers effets :

  • les antiacides neutralisent l’acidité dans l’estomac. Ils se prennent au moment où les brûlures se manifestent ;
  • les alginates forment un gel visqueux dans l’estomac, qui empêche le . La prise s’effectue après les repas ;
  • les anti-H2 et les inhibiteurs de la pompe à protons réduisent les sécrétions gastriques acides.

Pour bien utiliser un médicament que vous prenez par vous-même, appliquez les conseils suivants :

  • informez votre pharmacien des problèmes de santé dont vous souffrez et des traitements que vous suivez déjà, le cas échéant ;
  • avant toute prise, lisez bien la notice du médicament, et conservez celui-ci dans sa boîte d’origine ;
  • respectez les contre-indications, la posologie (quantité recommandée selon les cas), l’intervalle de temps nécessaire entre deux prises et la dose quotidienne maximale. Si vous n’appliquez pas ces règles, il y a un risque de surdosage ou de complications.
  • Par ailleurs, si le traitement n’agit pas rapidement et que les troubles persistent, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant. Lors de la consultation, précisez-lui le type de traitement pris (médicament, doses, fréquence des prises).
Sources
  • Société nationale française de gastro-entérologie. Reflux gastro-œsophagien (RGO). Site internet : SNFGE. Paris ; 2014 [consulté le 7 décembre 2017]
  • Watrin A, Ouksel H. Reflux gastro-œsophagien et manifestations respiratoires. EMC - Pneumologie 2014;11(3):1-9 [Article 6-062-B-10]
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Les anti-sécrétoires gastriques chez l'adulte - Recommandations de bonne pratique. Site internet : SFNGE. paris ; 2007 [consulté le 7 décembre 2017]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Liste des indications/pathologies/situations cliniques reconnues comme adaptées à un usage en médication officinale. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 7 décembre 2017]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Liste par spécialité des médicaments de médication officinale. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 7 décembre 2017]