Sommaire : Règles et protections intimes

Protections intimes périodiques : comment les utiliser en toute sécurité ?

Afin d’utiliser en toute sécurité les protections hygiéniques pendant les règles, certains principes d’hygiène doivent être connus et respectés. Le point sur le bon usage des différents moyens de protection.

Respecter les règles d’hygiène liées à l’utilisation des protections intimes

Lavez avant le premier usage les protections intimes lavables (serviettes, coupe menstruelle, protège-slips et culottes). Entre chaque usage, respectez les conditions de lavage et de séchage données par le fabricant.

Pensez à vous laver les mains avant et après le changement de protections intimes.

Au quotidien, faites une toilette intime adaptée.

Si vous utilisez une coupe, nettoyez-la avec du savon sans huile et sans parfum et de l’eau chaude entre chaque usage et rincez-la bien.

Protections intimes : un bon usage indispensable

Pour toutes les protections intimes, bien lire la composition du produit acheté et la notice d’utilisation

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande aux fabricants d’améliorer la qualité des matières premières et de réviser certains procédés de fabrication afin d’éliminer ou de réduire au maximum la présence des substances chimiques.

De plus, elle préconise que tous les fabricants affichent des indications claires relatives à ce risque sur les emballages et les notices d’utilisation des produits de protections intimes internes, en particulier les fabricants de coupes menstruelles, plus récemment arrivées sur le marché.

Protections internes (tampons et coupes) : des précautions supplémentaires

Faites-vous expliquer par vos proches ou un professionnel de santé comment on utilise les protections intimes internes.

Pour éviter la multiplication des bactéries dans le vagin et donc réduire le risque de choc toxique, respectez les recommandations d’utilisation propres à chaque protection, en particulier celles sur le temps de port des tampons et des coupes :

  • changez votre tampon toutes les 4 à 6 heures maximum ;
  • videz votre coupe (cup ou coupelle) toutes les 4 à 6 heures maximum ;
  • privilégiez les serviettes hygiéniques pour la nuit.

Veiller à choisir votre tampon avec un pouvoir absorbant adapté à votre flux menstruel, afin de le changer régulièrement.

Il est également recommandé d’utiliser un tampon ou une coupe menstruelle uniquement pendant les règles.

Si vous avez déjà eu un choc toxique, l’usage des protections internes n’est pas recommandé, parlez-en à votre médecin.

Les recommandations de l’Anses

Les informations suivantes doivent figurer sur les emballages ou sur les notices des protections internes (tampons et coupes menstruelles) :

  • renseignements sur le syndrome de choc toxique et les symptômes qui doivent amener à consulter rapidement un médecin ;
  • indications sur les mesures d’hygiène appropriées (lavage des mains, de la coupe, etc.) ;
  • temps de port maximal de la coupe (6 à 8 heures) et le fait que la coupe doit être portée uniquement pendant les règles et vidée régulièrement (toutes les 4 à 6 h) ;
  • avertissement sur le fait que les femmes ayant déjà eu un syndrome de choc toxique ne doivent pas utiliser de protection intime interne ;
  • recommandation d’utiliser la nuit une protection externe, afin de diminuer le risque de développer un syndrome de choc toxique.

Des difficultés pour acheter des protections hygiéniques ? Des solutions existent

Si vous êtes en difficulté pour acheter des protections, des accès aux protections périodiques à titre gratuit ou à prix symbolique existent.

En clair, pour lutter contre la précarité menstruelle, des protections sont mises à disposition dans les collèges, lycées et universités, mais aussi dans des établissements pénitentiaires, des épiceries sociales, des associations, ainsi que des foyers d’hébergement.

Pour en savoir plus consulter :

  • Ministère des Solidarités et de la santé. Journée mondiale de l’hygiène menstruelle : le Gouvernement est pleinement engagé pour lutter contre la précarité menstruelle. site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2021 [consulté le 2 mars 2022]
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Protections intimes : composition et choc toxique, toutes nos recommandations. Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France) ; 2021 [consulté le 2 mars 2022]
  • Orphanet. Syndrome du choc toxique staphylococcique. Site internet : orphanet. Paris ; 2015 [consulté le 2 mars 2022]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Faudrait pas s’en tamponner : C’est quoi le choc toxique ? Site internet : Inserm. Paris ; 2020 [consulté le 2 mars 2022]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Communiqué – Salle de Presse Inserm. Choc toxique menstruel : respecter les instructions d'usage des tampons pour limiter le risque. Site internet  Inserm. Paris ; 2020 [consulté le 2 mars 2022]  
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires