La survenue de douleurs lors des règles

12 avril 2018
Les douleurs lors des règles sont appelées dysménorrhée. La dysménorrhée primaire apparaît dès les premières règles chez l'adolescente et elle est sans gravité le plus souvent. Elle est secondaire lorsqu'elle survient chez la jeune femme à distance de la puberté. Dans ce dernier cas, une maladie en cause est recherchée.

Qu'est-ce que les règles douloureuses ou dysménorrhée ?

La dysménorrhée est le terme médical donné aux douleurs abdominopelviennes qui précèdent ou accompagnent les règles.

Ces douleurs durent en général un ou deux jours : elles commencent avec les saignements et sont maximales lorsque le saignement est le plus important. Elles peuvent être déjà ressenties un peu avant les règles et parfois se prolonger un peu après elles. Elles sont cycliques et reviennent à chaque menstruation.

Les douleurs menstruelles sont habituellement ressenties dans le bas du ventre, mais peuvent s’étendre au dos et aux cuisses.

Leur intensité est variable : la personne peut ressentir une simple gêne, des douleurs modérées ou intenses à type de crampes, de spasmes dans le bas du ventre.

Les douleurs survenant lors des règles peuvent s'accompagner :

  • d'un syndrome prémenstruel débutant quelques jours avant les règles et associant des céphalées, un gonflement et des douleurs des seins, un ballonnement abdominal, des œdèmes des extrémités, une irritabilité ;
  • de nausées, vomissements ;
  • d'une migraine ;
  • de diarrhée ;
  • de fatigue ;
  • de sensation de malaise.
Règles douloureuses : fréquence et retentissement

50 à 70 % des adolescentes ont des règles douloureuses de façon permanente ou occasionnelle. Puis la fréquence de la dysménorrhée diminue après 18 ans. Les douleurs lors des règles sont la première cause d'absentéisme scolaire de l'adolescente et d'absentéisme professionnel de la femme jeune.

Quelle est la cause d’une dysménorrhée ?

Les douleurs menstruelles (liées aux règles) peuvent :

  • apparaître dès l’adolescence (dysménorrhée primaire) et être en général sans gravité ;
  • survenir plus tard, à l’âge adulte (dysménorrhée secondaire) et être liée à une pathologie.

La dysménorrhée primaire apparait à l'adolescence, dans les mois suivant les premières règles. Elle est très courante et, le plus souvent, sans gravité.

Il s’agit d’un phénomène lié à un excès de sécrétion de par la utérine (endomètre) au moment des règles. Les sont des substances qui provoquent des contractions utérines et facilitent l’expulsion de la utérine. Un excès de provoque une augmentation anormale de la contractilité et du tonus du muscle utérin. Ces contractions anormalement fréquentes privent le muscle utérin d'oxygène (hypoxie) par compression des petits vaisseaux et cette hypoxie provoque les douleurs.

La dysménorrhée primaire est favorisée par la survenue précoce des règles, par l'existence d'antécédents familiaux de dysménorrhée et le fait de ne pas avoir eu de grossesse (nulliparité). Le tabagisme aurait un rôle aggravant.

Dans la majorité des cas, les douleurs menstruelles (lors des règles) s’atténuent ou disparaissent spontanément au bout de quelques années ou à la suite d'une première grossesse.

Si la dysménorrhée s’aggrave et que les douleurs sont de plus en plus fortes au fil du temps, une cause sous-jacente est recherchée :

  • une malformation du vagin ou de l’utérus,
  • une endométriose de l’adolescente.

La dysménorrhée secondaire apparait plus tardivement, chez une femme qui, jusque-là, avait des règles peu ou pas douloureuses. Les douleurs peuvent être accompagnées d’autres symptômes (saignements entre les règles, règles anormalement abondantes, douleurs lors des rapports sexuels, etc.)

Dans ces cas, une cause est toujours recherchée ; il peut s’agir :

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • National Health service. Painful periods (dysmenorrhoea). Site internet : NHS Choices. Londres ; 2017 [consulté le 15 décembre 2017]
  • Fevre A, Burette J, Bonneau S, Derniaux E, Graesslin O. Dysménorrhées. EMC - Gynécologie 2014;9(3):1-10 [Article 161-A-10]
  • Debain L, Sauvanet E, Petit E, Azria E. Dysménorrhée. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2016;11(3):1-5 [Article 1-0457].
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Les dysménorrhées et leur traitement médical. Site internet : CNGOF. Paris ; 2005 [consulté le 15 décembre 2017]