Règles douloureuses : consultation et traitement

17 janvier 2020
En cas de consultation pour règles douloureuses, le médecin examine sa patiente. Il ne demande un bilan complémentaire que s'il suspecte une maladie en cause dans la dysménorrhée. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens calment les symptômes.

La consultation en cas de règles douloureuses

Le médecin traitant ou le gynécologue examine sa patiente. En cas de dysménorrhée chez une jeune fille vierge, l’examen gynécologique n’est pas indispensable.

Le bilan complémentaire est réalisé si une cause expliquant les douleurs lors des règles est suspectée :

  • une échographie abdominopelvienne avec , réalisée éventuellement par voie endovaginale (la sonde de l'échographe est placée dans le vagin) ;
  • une IRM abdominopelvienne.

Le traitement de la dysménorrhée

Le médecin choisit un traitement adapté en fonction :

  • de l’intensité des douleurs menstruelles,
  • de l'âge de la patiente et de la nature de la dysménorrhée : dysménorrhée primaire de l'adolescente ou dysménorrhée secondaire due à une maladie sous-jacente.

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) calment les douleurs menstruelles

Ces médicaments (ibuprofène, flurbiprofène) freinent ou stoppent la fabrication des . Par conséquence, ils diminuent les contractions de l'utérus et donc les douleurs menstruelles.

Pour une efficacité optimale, votre médecin vous donne les conseils suivants :

  • prenez le traitement dès le début des douleurs. Le traitement est plus efficace si vous le prenez le plus tôt possible ;
  • ne prenez pas deux médicaments AINS en même temps ;
  • la durée du traitement est brève : deux à trois jours au maximum suffisent pour être soulagée ;
  • ne dépassez jamais la dose maximale recommandée et prenez la dose minimale efficace.

Ce traitement est contre-indiqué si vous êtes atteinte de certaines maladies (ulcère digestif, maladie grave du cœur, du foie ou des reins) et en cas de varicelle.

Si les AINS ne soulagent pas suffisamment

Si la patiente n'est pas suffisamment soulagée par un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), il existe d'autres solutions pour faire disparaître les douleurs lors des règles :

  • le médecin peut prescrire une contraception hormonale :
    • un contraceptif oral œstroprogestatif. En effet, sous contraceptif, les règles sont plus faibles et les contractions utérines moins fortes. Le contraceptif peut être éventuellement pris en continu pour stopper la survenue des règles ;
    • dans certains cas, un contraceptif oral qui supprime les règles ;
  • enfin, la pose d'un stérilet délivrant de la à l'intérieur de l'utérus permet d'obtenir également de bons résultats.

Le traitement des règles douloureuses si une maladie sous-jacente est détectée

Si le bilan médical complémentaire a diagnostiqué une maladie en cause dans la dysménorrhée (endométriose, fibrome, malformation utérovaginale...), un traitement adapté à cette maladie est mis en route et fait régresser les douleurs menstruelles.

  • National Health service. Period pain. Site internet : NHS. Londres ; 2019 [consulté le 16 janvier 2020]
  • Fevre A, Burette J, Bonneau S, Derniaux E, Graesslin O. Dysménorrhées. EMC - Gynécologie 2014;9(3):1-10 [Article 161-A-10]
  • Debain L, Sauvanet E, Petit E, Azria E. Dysménorrhée. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2016;11(3):1-5 [Article 1-0457]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Les douleurs rythmées par les règles. Site internet : CNGOF. Paris ; 2015 [consulté le 16 janvier 2020]
  • Better Health Channel (BHC). Menstruation-dysmenorrhoea. Site internet : BHC. Victoria (Australie) ; 2018 [consulté le 17 janvier 2020]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Bon usage du paracétamol et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ces médicaments ne pourront plus être présentés en libre accès - Point d'Information du 17-12-2019. Site internet : Ansm. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 17 janvier 2020]