Rectorragie : définition et causes

22 novembre 2017
La rectorragie correspond à l'émission, plus ou moins abondante, de sang rouge par l'anus. La présence de sang rouge dans les selles provient d'une lésion du rectum, de l’anus ou du colon. Les hémorroïdes sont l’une des causes les plus fréquentes.

Qu’est-ce que la rectorragie ?

La est l’émission par l’anus de sang rouge (non digéré), provenant d’une lésion du rectum. Par extension, on parle aussi de "" pour les saignements rouges trouvant leur origine dans la zone anale ou le côlon.

Lorsque l’hémorragie est très importante, le sang rouge présent dans les selles peut également venir d’une partie plus haute du tube digestif (œsophage, estomac, intestin grêle). Cependant, ce cas de figure est beaucoup plus rare.

On peut aussi rejeter par l’anus du sang noir. Appelé "méléna", le sang est digéré, mélangé ou non aux selles et dégage une odeur fétide. Il provient généralement d’une hémorragie en amont de l’angle droit du côlon (situé entre colon ascendant et colon transverse).

Le gros intestin et le rectum

Schéma : gros intestin

Rectorragie : différentes causes possibles

Dans 95 % des cas, la présence de sang rouge dans les selles provient d'un saignement du côlon, du rectum ou de l’anus. Elle peut avoir des origines très diverses.

Les hémorroïdes représentent la cause la plus fréquente de .

Le saignement est alors rouge vif, indolore, parfois assez abondant, et fait suite à la selle. Il éclabousse la cuvette des toilettes ou tache le papier hygiénique, et disparaît au bout de quelques minutes.

La fissure anale est fréquente en cas de troubles du transit intestinal (constipation chronique et plus rarement diarrhée).

Elle provoque des rectorragies minimes (un peu de sang rouge est visible sur le papier toilette). Elles sont associées à une douleur lors de l’émission des selles.

Il s’agit par exemple de la mycose, de l’eczéma de contact ou du psoriasis, provoquant des démangeaisons (prurit anal).

Ces pathologies génèrent des saignements rouges de l'anus provenant des lésions de grattage. De faible abondance, le sang rouge est retrouvé sur le papier d’essuyage.

Les saignements sont souvent dus à la prise répétée de la température rectale et surviennent alors juste après l’utilisation du thermomètre.

D'autres traumatismes peuvent être en cause : traumatisme sexuel, plaie par balle ou arme blanche, accident...

Qu’elles soient bénignes comme les polypes, ou malignes en cas de cancer colorectal, les tumeurs sont responsables de saignement, parfois invisible à l’œil. Le sang peut aussi être mélangé à la selle, associé à des glaires ou apparaître de façon isolée, en dehors de la .

Les tumeurs de l'anus provoquent des saignements répétés, mais de faible importance.

Il s’agit d’une anomalie anatomique acquise du côlon. Elle se caractérise par la présence de diverticules coliques (cavités en cul de sac communiquant avec l’espace au milieu du côlon). Cette maladie est souvent responsable d’une importante.

La présence de sang rouge dans les selles peut être due :

  • d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI), surtout la rectocolite hémorragique, plus rarement la maladie de Crohn ;
  • d'une atteinte infectieuse du rectum par une infection sexuellement transmissible ;
  • d'une diarrhée aiguë infectieuse (gastro-entérite) ;
  • d'une colite ischémique de la personne âgée (la muqueuse  du côlon  ou du rectum est inflammatoire, voire ulcérée : les lésions sont dues à une interruption de vascularisation de la paroi du côlon ou du rectum).

Ces malformations vasculaires situées au niveau du colon, fréquentes surtout chez les personnes âgées, entraînent des lésions qui peuvent saigner abondamment.

Des saignements par l'anus peuvent survenir après certains soins, à savoir :

  • une radiothérapie pelvienne (pour cancer de la prostate, du col utérin, du rectum...) cause une inflammation du rectum (rectite). Elle se traduit par des saignements au moment de la , par une envie plus fréquente et parfois douloureuse d’aller à la selle, des et des brûlures au niveau de l’anus ;
  • la prise de traitements anticoagulants ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) favorisant les saignements du tube digestif ;
  • l’utilisation de pommades ou suppositoires qui irritent la du rectum ;
  • un acte de chirurgie digestive (coloscopie par exemple).
Dépistage du cancer colorectal

L’émission de sang par l’anus passe parfois inaperçue lorsqu'elle est minime ("saignement occulte"). Toutefois, si elle se prolonge dans le temps, elle peut se manifester par divers symptômes : pâleur, fatigue et la découverte lors d’un bilan d’une anémie, etc.

Qu’il soit visible ou non, ce saignement est quelquefois causé par un cancer colorectal. C’est pourquoi, si vous avez entre 50 et 74 ans, il est important de procéder au dépistage du cancer colorectal.

Sources
  • Collégiale des universitaires en hépato-gastro-entérologie (CDU-HGE). Hémorragies digestives - Les fondamentaux de la pathologie digestive. Site internet : Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Paris ; 2014 [consulté le 20 novembre 2017]
  • Société française d’endoscopie digestive (SFED). Recommandations de la SFED :  hémorragie digestive basse aiguë. Site internet : SFED. Paris ; 2010 [consulté le 20 novembre 2017]
  • Pommaret E, Bouchard D. Rectorragies. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2017;12(4):1-6 [Article 1-0970]