Comprendre la rectocolite hémorragique

31 août 2020
La rectocolite hémorragique est une maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI). Elle atteint toujours le rectum et, fréquemment, le côlon de manière plus ou moins étendue. Cette affection est favorisée par des prédispositions génétiques, des facteurs environnementaux et un dysfonctionnement du système immunitaire.

Qu’est-ce que la rectocolite hémorragique ?

La rectocolite hémorragique (ou "RCH") est une inflammation chronique de la intestinale (paroi interne de l’intestin) :

  • toujours présente au niveau du rectum,
  • et qui s'étend, fréquemment, de façon continue sur une partie ou sur la totalié du colon.

Quelle que soit l’extension de l’inflammation, l'anus et l'intestin grêle ne sont jamais atteints par la RCH.

La RCH est une affection qui se caractérise par une alternance de phases d'activité (ou "poussées"), d'intensité et de durée variables, et de phases sans symptôme dites de rémission.

Au moment du diagnostic de RCH :

  • dans environ 50 % des cas, l'atteinte ne concerne que le rectum (rectite) ;
  • dans environ 30 % des cas, il s'agit d'une forme intermédiaire de la RCH avec des lésions étendues jusqu'au colon gauche ;
  • dans 20 % des cas, la RCH est étendue (pancolite) du rectum à la totalité du côlon.

La rectocolite hémorragique fait partie du groupe des pathologies dites "MICI" (maladies inflammatoires chroniques intestinales) comme, par exemple, la maladie de Crohn.

L'appareil digestif

 appareil digestif (2)

La rectocolite hémorragique peut s’accompagner de symptômes inflammatoires non digestifs :

  • rhumatisme articulaire touchant les articulations des membres (chevilles, genoux, poignets...) ou le rachis (spondylarthrite) ;
  • aphtes buccaux ;
  • érythème noueux (boursoufflures de la taille d'une noix, dures, rouges et douloureuses, sur les jambes et les avant-bras) ;
  • uvéite (inflammation de la partie centrale des yeux) ;
  • inflammation des voies biliaires...

Comment expliquer la survenue d'une rectocolite hémorragique ?

Les mécanismes de survenue de la rectocolite hémorragique sont encore mal compris. Ils font intervenir des facteurs génétiques, immunitaires et environnementaux.

  • Une prédisposition génétique : des gènes de prédisposition à la RCH ont été mis en évidence, mais leur présence n'augmente que modestement le risque de survenue de la maladie.
  • Un déséquilibre entre le intestinal et le microbiote intestinal (ou ) : le réagit anormalement contre les bactéries normalement présentes dans le tube digestif. Il s'ensuit une inflammation de la intestinale.
  • Le constat d'une augmentation rapide du nombre de nouveaux cas de RCH dans les pays en cours d'industrialisation conduit à penser que l'environnement a un rôle dans le déclenchement de la maladie. Divers facteurs sont à l'étude :
    • pollution,
    • régime alimentaire,
    • stress psychologique...

Paradoxalement, le tabagisme actif protège de la RCH, alors qu'il est un facteut déclenchant et aggravant pour la maladie de Crohn. L'appendicectomie pratiquée avant l'âge de 20 ans pour appendicite vraie est également un facteur protecteur de la rectocolite hémorragique.

Rectocolite hémorragique : une maladie de plus en plus fréquente

C'est dans les pays industrialisés que la RCH est la plus fréquente. Ainsi, en France, la RCH touche près d'une personne sur 1 000, avec chaque année 5 nouveaux cas pour 100 000 habitants. La fréquence augmente rapidement dans les pays en voie d'industrialisation (Asie, Moyen Orient...)

La rectocolite hémorragique est le plus souvent diagnostiquée chez des sujets jeunes, âgés de 20 à 30 ans. Un second pic de fréquence, plus faible, a lieu entre 50 à 70 ans.

Les hommes sont un peu plus fréquemment atteints.

 

La rectocolite hémorragique chez les enfants et les adolescents

10 à 15 % des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) touchent des enfants. L'âge de début est de 12 à 14 ans en moyenne.

Les MICI débutant chez l'enfant sont majoritairement :

  • des maladies de Crohn (70 %),
  • suivies des RCH (25 %),
  • et d'autres colites inflammatoires non caractéristiques (5%).

    • Haute Autorité de santé (HAS). Rectocolite hémorragique évolutive. Guide-Affection longue durée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 31 août 2020]
    • Haute Autorité de santé (HAS). Rectocolite hémorragique évolutive. Actes et prestations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 31 août 2020]
    • Orphanet. La rectocolite hémorragique. Site internet : Orpha.net. Paris ; 2010 [consulté le 31 août 2020]
    • Meyer A, Treton X. Rectocolite hémorragique. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2017;12(4):1-8 [Article 4-0510]
    • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Site internet : INSERM. Paris ; 2016 [consulté le 31 août 2020]
    • Martinez-Vinson C, Viala J, Jung C, Belarbi N, Berrebi D, Hugot J-P. Maladies inflammatoires chroniques intestinales de l'enfant : maladie de Crohn, rectocolite hémorragique. EMC - Pédiatrie - Maladies infectieuses 2016;11(3):1-10 [Article 4-019-B-10]