Réduire le risque d’infection urinaire

Pour éviter la survenue d’une infection urinaire, il faut adopter les bons gestes qui la préviennent. Si des anomalies de l’appareil urinaire sont diagnostiquées, leur correction est également nécessaire.

Prévenir les infections urinaires basses ou cystites

Voici quelques conseils pratiques pour éviter les infections urinaires et leurs récidives.

Les boissons et l'alimentation

Buvez beaucoup d'eau et de liquides non alcoolisés (volume au moins égal à 1,5 litre par jour) car le flux urinaire diminue la charge bactérienne de la vessie.

Luttez contre la constipation.

Aux toilettes

Urinez dès que vous en ressentez le besoin : ne vous retenez pas.

Lorsque vous urinez, faites le complètement afin d'éviter qu'il persiste un résidu d'urine dans votre vessie, propice à la multiplication d'éventuelles bactéries dans la vessie et donc à la cystite.

Essuyez-vous d'avant en arrière après être allé aux toilettes car, si l'urine est stérile, les selles contiennent de nombreux germes.

La toilette intime et la vie sexuelle

Lors de votre toilette intime, ne prenez pas de douches vaginales.

N'utilisez pas de produits d'hygiène intime parfumés, ni de bains moussants.

Portez des sous-vêtements en coton et évitez les pantalons moulants.

Si l'infection survient après les rapports sexuels, urinez tout de suite après chaque rapport et évitez l'usage des spermicides.

En cas de cystites récidivantes

Des mesures complémentaires à celles citées ci-dessus peuvent être utiles si vous avez des cystites à répétition ou cystites récidivantes (au moins 4 infections urinaires au cours des 12 derniers mois).

Corriger les anomalies des voies urinaires

Si vous avez eu une cystite ou une pyélonéphrite aiguë et si des anomalies des voies urinaires ont été diagnostiquées, le traitement de ces anomalies vous est proposé afin de les corriger et d’éviter les récidives infectieuses :

Surveiller les personnes pouvant avoir une pyélonéphrite à risque de complications

Par ailleurs, les personnes à risque ou les personnes chez lesquelles une pyélonéphrite aiguë est à risque de complications doivent être particulièrement surveillées et une infection urinaire doit être recherchée au moindre doute.

C'est le cas si la pyélonéphrite survient chez :

  • toute personne présentant des anomalies des voies urinaires ( vésico-urétéral, lithiase urinaire, tumeur...) ou venant de subir une intervention sur l’appareil urinaire ;
  • un homme (risque d’infection de la prostate associée ou ) ;
  • une femme enceinte ;
  • un sujet âgé de plus de 75 ans ;
  • un sujet âgé de plus de 65 ans présentant au moins 3 critères de fragilité parmi les suivants :
  • une personne souffrant d' grave (cancer, VIH, greffe rénale, traitement , etc.) ;
  • une personne présentant une maladie rénale chronique avec insuffisance rénale sévère.
  • Haute Autorité de santé. Pyélonéphrite aiguë de la femme. Fiche Mémo. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 6 juillet 2022]
  • Haute Autorité de santé. Choix et durée de l'antibiothérapie : Pyélonéphrite aiguë de la femme. Recommandations de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 6 juillet 2022]
  • E Pilly. ECN 2020. Infections urinaires de l’adulte. Pyélonéphrite aiguë. Éditions Alinéa Plus. Paris
  • Doublet J-D. Pyélonéphrites non compliquées et compliquées de l'adulte : diagnostic et traitement. EMC - Urologie 2016;9(4):1-13 [Article 18-070-A-10]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires