Les symptômes, le diagnostic et l'évolution du psoriasis

27 août 2020
Le psoriasis se caractérise par des plaques inflammatoires, rouges surmontées de lamelles de peau blanche. Ces lésions desquament et peuvent être accompagnées de démangeaisons. Le psoriasis évolue par poussées et a un fort retentissement sur la qualité de vie. Des formes étendues ou accompagnées d'un rhumatisme existent.

Les symptômes du psoriasis

La lésion caractéristique : la plaque de psoriasis

La lésion typique du psoriasis est une plaque inflammatoire rouge, surmontée de squames blanchâtres. Les plaques du psoriasis sont bien délimitées, rondes, ovales ou polylobées, et recouvertes d'épaisses "croûtes" de peau blanche ou squames qui se détachent pour former de grosses pellicules.

En cas de grattage, les plaques sont décapées à vif et deviennent très rouges.

Les plaques de psoriasis peuvent être :

  • le plus souvent, de grande taille mesurant plusieurs centimètres de diamètre. Leur nombre est variable allant d'une à plusieurs plaques, disposées le plus souvent de façon symétrique : c'est le psoriasis en plaques ;
  • plus petites (de la taille d'une pièce de monnaie) : c'est le psoriasis nummulaire ;
  • très petites (quelques millimètres de diamètre) et nombreuses en forme de larmes ou de points : on parle de psoriasis en gouttes.

La personne atteinte ne présente ni fièvre ni fatigue.

Dans 30 à 60 % des cas, ces plaques de psoriais démangent ou sont responsables de sensations de brûlures. Le prurit peut être à l'origine d'une surinfection bactérienne ou par un champignon (mycose cutanée).

Les premières plaques de psoriasis apparaissent le plus souvent chez l'adolescent et le jeune adulte.

La localisation des lésions de psoriasis

Le psoriasis se situe habituellement :

  • sur les zones de frottement : les coudes, la face postérieure des avant-bras, les genoux, les jambes, le bas du dos ;
  • sur le cuir chevelu et son pourtour : les plaques de psoriasis siègent souvent :
    • sur le bord du cuir chevelu (front, derrière les oreilles),
    • dans les sourcils,
    • dans les conduits auditifs,
    • dans la partie haute du cou,
    • sur la totalité du cuir chevelu pour former une atteinte en casque. Les cheveux sont engainés dans les plaques et peuvent tomber ou se casser lors de la et surtout en cas de grattage ;
  • sur la zone entourant le nombril (atteinte très caractéristique du psoriasis).

D'autres localisations du psoriasis sont possibles :

  • les ongles : déformation, perte de transparence, coloration blanche et décollement des ongles, épaississement de la peau sous les ongles ;
  • la paume des mains ou la plante des pieds : la peau est épaissie et se fissure, rendant les activités manuelles et la marche difficiles ;
  • les plis : la pliure du bras, l'arrière du genou, le pli inter-fessier, les plis sous les seins chez la femme, les aisselles...Dans ce cas, ces lésions des plis, assez inhabituelles dans le psoriasis, ne doivent pas être confondues avec une mycose cutanée ;
  • les muqueuses génitales chez la femme ou chez l’homme (atteinte du gland). Le psoriasis se manifeste alors sous forme de plaques rouges responsables de brûlures et de démangeaisons mais parfois indolores. Ces lésions ne desquament pas. Les rapports sexuels peuvent être douloureux et aggravent les lésions.

Localisation du psoriasis

Schéma représentant des lésions de psoriasis au niveau de la zone de frottement du coude

 

Psoriasis chez l'enfant

Chez le nourrisson, le psoriasis est souvent situé sur le siège, au niveau des couches et il peut être confondu avec un érythème fessier.

Chez l'enfant, il s'agit plutôt d'un psoriasis en gouttes. Il survient rapidement, en général, après une angine ou une infection respiratoire.

Le diagnostic du psoriasis

Il est avant tout clinique et repose sur le simple aspect des lésions de psoriasis.

La biopsie cutanée, en vue d'un examen anatomopathologique, est rarement nécessaire mais elle peut être utile pour les formes inhabituelles de psoriasis.

La recherche d’une maladie générale associée (ex diabète, surpoids ou obésité, infection à VIH, anomalies du cholestérol ou des triglycérides sanguins) et un bilan sanguin peuvent être nécessaires pour les formes les plus graves de psoriasis.

L'évolution et les formes plus graves de psoriasis

Évolution du psoriasis par poussées

Il est rare qu'une poussée de psoriasis reste isolée.

Le psoriasis est une maladie chronique avec des phases de poussées en nombre variable, entrecoupées de périodes d'amélioration. Après une poussée, les plaques de psoriasis régressent sans laisser de cicatrices, mais, la plupart du temps, d'autres plaques apparaissent ultérieurement à l'occasion d' un stress, d'un épisode de fatigue, la prise d'un médicament, une agression de la peau (coup de soleil, griffure par exemple) ou d'une maladie associée.

Les lésions cutanées du psoriasis démangent. Le grattage favorise la survenue d'une surinfection bactérienne ou mycosique et l'eczématisation des lésions.

Le retentissement du psoriasis sur la qualité de vie est important en raison de l'impact esthétique, des suintements et des saignements des lésions. L'objectif du traitement est donc de diminuer les poussées, en nombre et en intensité.

Les formes étendues du psoriasis

Le psoriasis érythrodermique

Le psoriasis couvre une grande partie du corps (plus de 90 % de la surface de la peau). Il est formé de lésions rouges et inflammatoires associées à une importante et à des symptômes généraux (fièvre, frissons...) Cette forme peut entraîner des complications (surinfections...) L'hospitalisation est nécessaire.

Le psoriasis pustuleux

Il peut apparaître d'emblée ou survenir dans l'évolution d'un psoriasis. Il peut être déclenché par la prise d'un médicament.

Il est caractérisé par des plaques couvertes de pustules non infectieuses :

  • localisées au niveau des paumes des mains et de plantes des pieds, responsables d'une gêne importante au quotidien,
  • diffuses sur le corps, accompagnées de fièvre et d'une altération de l'état général. L'hospitalisation est nécessaire.

Le psoriasis associé à une infection par le VIH

Il peut s'agir d'un psoriasis classique, pustuleux ou érythro-dermique. Il est plus difficile à traiter car, en présence d'une infection à VIH, les lésions sont moins sensibles au traitement.

Le rhumatisme psoriasique

Dans 20 % des cas de psoriasis, il existe une atteinte articulaire douloureuse. Le rhumatisme psoriasique survient, 3 fois sur 4, plusieurs années après le début du psoriasis cutané. Cependant, dans 10 à 15 % des cas, les symptômes articulaires et cutanées sont simultanés. Enfin, dans 10 % des cas, les douleurs articulaires précèdent l'apparition des lésions cutanées.

L'atteinte articulaire :

  • est isolée (monoarthrite) ou limitée à peu d'articulations (oligo-arthrite),
  • concerne plusieurs articulations ( ).

Le rhumatisme psoriasique touche en particulier les articulations des doigts et des orteils, mais la colonne vertébrale peut également être atteinte (spondylo-arthrite), de même que les articulations du bassin.

Un bilan sanguin et  radiologique oriente le diagnostic.

Le rhumatisme psoriasique évolue par poussées douloureuses et inflammatoires avec des douleurs commençant en fin de nuit. Il peut s'accompagner de déformations articulaires, tout particulièrement au niveau des doigts (doigt en saucisse).

Les différents types de spondylo-arthrite

Les spondylo-arthrites représentent un vaste groupe de rhumatismes inflammatoires. Leurs symptômes peuvent être proches avec atteinte du rachis mais aussi des articulations des membres. Il est parfois difficile de les différencier.

Outre la spondylarthrite ankylosante (50 % des cas), on trouve parmi ces maladies :

  • les rhumatismes liés aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique) ;
  • le rhumatisme lié au psoriasis ;
  • les arthrites réactionnelles :
    • dans la maladie périodique : maladie héréditaire caractérisée par des poussées de fièvre, des douleurs articulaires et des douleurs abdominales pendant 2 à 3 jours,
    • dans le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter qui associe une inflammation articulaire à une atteinte urologique, oculaire et digestive,
    • dans certaines infections digestives à Yersinia (bactérie).

  • Société française de dermatologie. Le psoriasis. Site internet : dermato-info. Paris ; 2020 [consulté le 24 août 2020]
  • Collège national des enseignants de dermatologie. Le psoriasis. ECN  Elsevier Masson 6 ème édition 2014
  • Dadban A. Psoriasis chez l'enfant. EMC - Pédiatrie - Maladies infectieuses 2016;11(4):1-8 [Article 4-113-D-40]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Psoriasis. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 24 août 2020]