Pneumonie : symptômes, diagnostic et évolution

02 octobre 2019
Une personne atteinte de pneumonie présente, en général, une fièvre élevée accompagnée d'une toux, de douleurs thoraciques d'un côté et d'essoufflement. Le diagnostic est confirmé par une radiographie pulmonaire. L'évolution de la pneumonie se fait vers la guérison le plus souvent mais des complications sont possibles.

Les symptômes de la pneumonie

Les symptômes de la pneumonie varient selon la bactérie en cause et l'état de la personne atteinte.

Typiquement, lorsque la pneumonie est due à la bactérie pneumocoque, les symptômes surviennent brutalement et la personne présente :

  • une fièvre d'emblée importante (39 - 40° C) avec des frissons ;
  • une toux sèche ;
  • un essoufflement ;
  • une douleur thoracique intense, d'un seul côté lors de la toux ou de la respiration ;
  • un malaise général.

Mais lorsque d'autres bactéries sont en cause, les symptômes sont souvent moins caractéristiques. Vous devez donc consulter rapidement votre médecin traitant, surtout si vous êtes âgé ou immunodéprimé, dans les cas suivants :

  • vous avez de la fièvre élevée et une toux qui rejette du jaune, vert, de couleur rouille ou teinté de sang ;
  • vous avez une fièvre importante avec des troubles digestifs, des douleurs musculaires ou abdominales ;
  • vous ressentez depuis peu une douleur dans la poitrine qui s'aggrave lorsque vous respirez profondément ;
  • vous avez du mal à respirer ;
  • vous êtes confus ou prostré ;
  • vous avez un rhume, une bronchite ou une autre maladie virale (grippe...) qui s'aggrave au lieu de s'améliorer ;
  • vous avez une maladie chronique, surtout si elle est pulmonaire (BPCO, mucoviscidose...)

Pneumonie du nourrisson et de l'enfant : les symptômes qui doivent amener à consulter rapidement

Consultez rapidement votre médecin traitant ou votre pédiatre si :

  • votre enfant présente des difficultés à respirer ;
  • votre nourrisson ne s'alimente plus ou a des difficultés à boire ;
  • le comportement de votre nourrisson change : il est peu réactif, somnolent ;
  • il présente une hypothermie ou des convulsions (contractions musculaires involontaires saccadées et passagères suivies de décontraction ; elles peuvent être localisées ou généralisées à l'ensemble du corps).

Le diagnostic de la pneumonie

Pour établir le diagnostic de la pneumonie, le médecin interroge le patient sur ce qu'il ressent et sur ses antécédents médicaux.

Il l'examine et ausculte notamment ses poumons à la recherche de bruits anormaux appelés « râles » localisés au niveau d'un seul poumon.

Il peut demander des examens complémentaires comme une prise de sang à la recherche de signes d'infection bactérienne.

Enfin, le diagnostic de pneumonie est confirmé par une radiographie du thorax qui montre la présence d'un foyer infectieux.

L'évolution de la pneumonie

Grâce au traitement antibiotique, la fièvre tombe rapidement, la toux devient grasse et la pneumonie évolue vers la guérison le plus souvent en une quinzaine de jours.

Cependant, des complications sont possibles. Leur présence nécessite d'hospitaliser la personne.

Ces complications peuvent être :

  • une  : le germe responsable se dissémine dans le sang. Il peut alors coloniser d'autres organes ;
  • un abcès du poumon : cavité dans le poumon remplie de pus ;
  • une pleurésie : du liquide apparaît entre les deux feuillets de la . Ce liquide peut devenir purulent ;
  • la décompensation d'une maladie chronique : diabète, insuffisance cardiaque, BPCO...

  • E Pilly. ECN 2018. Infections broncho-pulmonaires communautaires de l’adulte et de l’enfant. UE6 – N°151. Pneumonie aiguë communautaire : p 87-98. Éditions Alinéa Plus. Paris
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Pneumonie. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2019 [consulté le 2 octobre 2019]
  • National Heart Lung and Blood Institute (NHLBI). Pneumonia : What causes pneumonia ? Site internet : NHLBI. Bethesda (USA) ; 2018 [consulté le 2 octobre 2019]
  • Catherinot E, Rivaud E, Bron C, Couderc L-J. Pneumonie aiguë communautaire. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2015;11(2):1-10 [Article 4-0985]