La consultation et le traitement en cas d’énurésie nocturne

29 novembre 2018
Le médecin procède à un examen clinique pour adapter les soins. Dans un premier temps, le traitement de l'énurésie repose sur des mesures hygiéno-diététiques, puis il peut s’appuyer sur la prise de médicaments, voire un accompagnement psychothérapeutique.

L’examen médical en cas de pipi au lit

Votre médecin vous pose de nombreuses questions sur le comportement de votre enfant et recherche des troubles de l’attention et d’hyperactivité, qui peuvent être associés à son énurésie nocturne, une perte d’estime de soi, des troubles du sommeil, d’autres symptômes urinaires, des perturbations dans votre vie familiale et sociale...

Il procède à un examen clinique et, généralement aucun examen complémentaire n’est utile sauf s’il suspecte une maladie sous-jacente telle qu’un diabète de type 1.

Il propose éventuellement à votre enfant de tenir un calendrier des nuits "sèches" et des nuits "mouillées".

Le traitement de l’énurésie nocturne

Après son examen, le médecin met en place le traitement. Votre médecin prescrit le traitement le plus adapté à votre enfant. Il existe différents moyens pour traiter l'énurésie nocturne : les mesures hygiéno-diététiques, et lorsque l'enfant a plus de 6 ans les médicaments et les alarmes.

Énurésie : le traitement hygiéno-diététique

Le médecin explique les mesures à prendre. Suivez les conseils de votre médecin et apportez-lui le calendrier des accidents nocturnes.

Énurésie persistante après l'âge de 6 ans : quels médicaments ?

Les médicaments doivent être utilisés sous contrôle médical.

La

La prise de par voie orale imite l'action de l'hormone antidiurétique et retient donc l'eau dans l'organisme. La est disponible sous forme de lyophilisat qui se dissout spontanément dans la bouche.

Si votre enfant bénéficie de ce traitement, limitez les boissons une heure avant et jusqu'à huit heures après la prise du médicament. Respectez les règles d’usage que votre médecin vous explique.

Les effets indésirables les plus fréquents sont : des maux de tête, nausées, douleurs abdominales. S'ils surviennent, prévenez votre médecin.

La mise en route du traitement est surveillée car si la dose administrée est un peu trop élevée, l’organisme retient beaucoup d’eau et un risque d’intoxication par l’eau est possible : les premiers symptômes sont alors : augmentation importante du poids sur un délai court, fatigue inhabituelle, manque d'appétit avec nausées voire vomissements, maux de tête, agitation ou somnolence... Si ces symptômes apparaissent, parlez-en à votre médecin.

Si le traitement est efficace, il est installé à dose minimale pour 3 mois (voire 6 mois) puis arrêté progressivement afin d’apprécier la capacité naturelle de l’enfant à se contrôler. Un nouvel traitement est possible si l’énurésie reprend.

L’oxybutynine en second recours

L’oxybutynine est parfois prescrite en cas d’échec de la chez les enfants ayant une vessie de petite capacité et hyperactive. L’oxybutyrine est un médicament anti-cholinergique qui permet le relâchement des muscles de la vessie et donc augmente sa capacité. Des effets indésirables sécheresse de la bouche, sont possibles : maux de tête, constipation ou diarrhée. Ils disparaissent en quelques jours. S’ils persistent, parlez-en à votre médecin.

Le traitement de l'énurésie par les alarmes

Il s’agit d’une méthode dite « de conditionnement » qui utilise la conduction électrique de l’urine.

Le procédé est simple et sans risque. Une alarme sonore, constituée d’un circuit électrique ouvert. Un capteur d’humidité (bandelette de tisusu) placé dans le slip de l'enfant est relié à un boitier. Si l'enfant fait pipi au lit, les premières gouttes d’urine ferment le circuit électrique et la sonnerie retentit. L’enfant doit alors couper la sonnerie, aller uriner aux toilettes et réinstaller l’appareil pour le restant de la nuit.

Ce traitement peut être difficilement accepté par l'enfant et sa famille en raison de la contrainte temporaire d’un à plusieurs réveils nocturnes pendant plusieurs semaines. Les alarmes ne doivent donc être proposées qu'aux familles motivées.

Le traitement par alarme, en association avec les mesures hygiéno-diététiques, permet, selon les études, d’obtenir au moins 14 jours sans nuits mouillées, en 16 semaines de traitement, dans 75 à 80 % des cas selon l'importance de l'énurésie.

Ce traitement par alarmes n'est pas remboursé par l'Assurance Maladie.

La en cas d'énurésie

La est utilisée si votre enfant souffre des conséquences du "pipi au lit" au quotidien , présente une perte d'estime de soi ou présente des troubles associés de l’attention et d’hyperactivité.

Sources
  • Aubert D, Berard E, Blanc JP, Lenoir G, Liard F, Lottmann H. Énurésie nocturne primaire isolée : diagnostic et prise en charge. Recommandations par consensus formalisé d'experts. Prog Urol. 2010;20(5):343-9.
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Utilisation de la desmopressine (Minirin®) dans l'énurésie nocturne isolée chez l'enfant. Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2006 [consulté le 29 novembre 2018]
  • Lottmann H,  Alova I. Énurésie de l'enfant. EMC Elsevier Masson. Pédiatrie - Maladies infectieuses. 2016;11(3):1-11