Qu’est-ce qu’un piercing et quelles zones du corps peut-on percer ?

29 septembre 2021
Le piercing est une pratique fréquente, notamment chez les jeunes qui sont de plus en plus nombreux à en porter. Qu’est-ce qu’est un piercing ? Quels sont les matériaux utilisés ? Quelles parties du corps peut-on se faire percer ? Retrouvez ici toutes les réponses.

Qu’est-ce qu’un piercing ?

Le piercing consiste à perforer un point précis de la peau afin d’y poser un bijou qui, généralement, se visse ou se clippe. Le piercing peut avoir des formes et des tailles variables (anneaux, boule, pointe, courbes, barres droites, tunnels, étriers, etc.). C’est une pratique très fréquente, en particulier chez les jeunes qui sont de plus en plus nombreux à en porter.

Les matériaux qui constituent les piercings sont habituellement l’acier chirurgical, le niobium ou le titane. Depuis 2001, les bijoux constitués d’alliages avec plus de 0,05 % de nickel, très allergisant, sont interdits en Europe. D’autres matériaux non métalliques sont disponibles tels que le téflon, le tygon ou le poly-méthacrylate de méthyle.

Quelles parties du corps peut-on percer ?

Toutes les parties de la peau peuvent être percées. Le plus souvent, le piercing est réalisé dans les zones suivantes : visage, corps et organes génitaux.

Piercings sur le visage

Les piercings du visage peuvent être réalisés au niveau :

  • de l’oreille : lobe de l’oreille ou hélix (partie cartilagineuse du pavillon de l’oreille) ;
  • de la narine ;
  • de la racine du nez ;
  • de l’arcade sourcilière ;
  • de la lèvre ;
  • de la langue ;
  • de la joue ;
  • du menton.

Piercing sur le corps et les organes génitaux

Les piercings du corps et des organes génitaux peuvent être réalisés sur :

  • le nombril ;
  • le mamelon ;
  • le pénis, le scrotum et l’orifice de l’urètre chez l’homme ;
  • les petites et grandes lèvres du sexe féminin ;
  • le clitoris chez la femme.

  • Ministère des Solidarités et de la santé. Tatouage et piercing. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2021[consulté le 17 septembre 2021]
  • Civatte J, Bazex J. « Piercings » et tatouages : la fréquence des complications justifie une réglementation. Bull. Acad. Natle Méd. 2007;191(9) : 1819-1838
  • Madrid C, Ödman –Jacques M, Yersin B, Carron P-N. Complications liées aux piercings. Revue médicale suisse. Sexologie clinique. 2014;422
  • Lachapelle, J.-M. Dermatoses de l’ombilic. La pratique du piercing. Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. Édition Elsevier Masson 2017
  • Lung B. Endocardite infectieuse. Piercing et tatouage. Cardiologie et maladies vasculaires. Édition Elsevier Masson 2020
  • Kluger N. Piercings génitaux : épidémiologie, aspects socioculturels, sexualité et complications. La Presse Médicale. 2011;41(1):21-31
  • Kibadi, K. Deuxième piercing auriculaire à but esthétique et apparition de cicatrices pathologiques chez les négroïdes : à propos de 172 observations dans une zone endémique de chéloïdes. Annales de chirurgie plastique esthétique, 2021;66(1):42-51
  • Service public. Piercing : quelles sont les règles ? Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre). Site internet : Service public. Paris ; 2021 [consulté le 17 septembre 2021]
  • Ministère de l'Intérieur. Piercing : quelles sont les règles ? Site internet : Ministère de l'intérieur. Paris ; 2021 [consulté le 17 septembre 2021]