Quels sont les risques du piercing ?

20 septembre 2021
Le plus souvent, les piercings sont sans danger. Le respect des règles de réalisation et des soins apportés après le piercing garantissent une bonne évolution du piercing. Cependant, des complications peuvent survenir. Le point sur les complications possibles selon la zone percée.

Les complications possibles, quel que soit le type du piercing et sa localisation

Les complications infectieuses

Les principales complications sont infectieuses. Il peut s’agir :

  • d’une infection par inoculation d’un germe lors du geste de piercing (matériel ou désinfectant contaminé), survenant si les règles de réalisation du piercing ne sont pas respectées ;
  • d’une contamination secondaire par erreur lors des soins locaux, par fréquentation trop précoce (en phase de cicatrisation) des piscines ou par manipulation intempestive de l’objet.

L’infection est le plus souvent due à une bactérie. Généralement, la bactérie en cause est un , un ou un pseudomonas (impliqué notamment dans les infections du pavillon de l’oreille).

La gravité de ces infections tient dans la dissémination du germe dans le sang et les tissus avoisinants avec des risques :

  • d’infection de l’os (ostéomyélite) ;
  • d’infection de la paroi interne du cœur (endocardite), plus fréquente en cas de piercing de la langue ;
  • d’atteinte des reins ;
  • des tissus cutanés (érysipèle) ;
  • des tissus plus en profondeur comme une mastite (infection du sein)…

Les infections virales après piercing sont plus rares. Les hépatites virales (hépatite B, mais aussi hépatite C et hépatite D) ont été identifiées dans le cadre de la pratique du piercing. La transmission survient lors du geste si le matériel utilisé est contaminé, mal nettoyé et/ou mal stérilisé. En revanche, l’infection par le VIH est moins évidente et il n’existe à ce jour qu’un cas de contamination par piercing considéré comme plausible.

Afin de se prémunir d’une éventuelle infection virale, il est conseillé de vous faire vacciner contre l’hépatite B avant de vous faire percer.

Les complications d’origine non infectieuses aiguës

Les complications non infectieuses aiguës peuvent être :

  • la douleur due au geste du perceur. Elle est variable selon les individus et la zone anatomique. Dans certains cas, il est possible de faire un malaise vagal ;
  • les saignements au moment du piercing ;
  • les hématomes autour de la zone percée ;
  • les réactions allergiques de contact ou irritatives, par exemple au désinfectant utilisé ou au nickel ;
  • des eczémas de contact dus à l’un des constituants de l’objet utilisé pour le piercing ;
  • de façon plus retardée, des cicatrices hypertrophiques ou des cicatrices chéloïdes (lire l’encadré « Qu’est-ce qu’une cicatrice hypertrophique et chéloïde ? »).
Qu’est-ce qu’une cicatrice hypertrophique ou chéloïde ?

Les cicatrices hypertrophiques apparaissent dans les semaines qui suivent la cicatrisation. Elles restent localisées aux limites de la plaie initiale et peuvent partiellement régresser dans les 18 premiers mois suivant la pose du piercing.

Les cicatrices chéloïdes apparaissent plus tard. Elles débordent la cicatrice sans possibilité de régression spontanée. On les observe essentiellement au niveau du tronc (torse) mais aussi sur le cou et aux oreilles (lobes, sillons pré et rétro-auriculaires). Elles sont plus fréquentes chez les patients à la peau foncée ou qui ont des antécédents de cicatrices hypertrophiques.

En savoir plus sur la cicatrisation de la peau, les conseils et les traitements.

Piercing et examens de radiologie : risques et précautions à prendre

Piercing et examens radiologiques utilisant les rayons X

Le piercing est radio-opaque (c’est-à-dire qu’il est visible à la radiographie en raison de sa résistance à la pénétration des rayons X) et peut entraîner des artéfacts radiologiques – une modification artificielle de l'image -, lors de la réalisation d’une radiographie, d’un scanner ou d’une scintigraphie, pouvant gêner l’interprétation.

Piercing et imagerie par résonance magnétique (IRM)

Les piercings peuvent contenir des métaux supraconducteurs pouvant entraîner de légères brûlures lors de l'examen IRM.

Il est donc vivement conseillé d'enlever les piercings avant tout examen de radiologie.

Quelles sont les complications possibles selon la zone percée ?

Piercing du lobe et du cartilage de l’oreille

Le pavillon de l’oreille est peu vascularisé et par conséquent cicatrise difficilement après un piercing. Le risque infectieux est donc augmenté. Ce risque est encore plus grand si le piercing est réalisé au pistolet dont l’utilisation entraîne des lésions du cartilage.

Les complications se caractérisent par une infection du tissu couvrant le cartilage du pavillon de l'oreille (périchondrite), voire une infection du cartilage (chondrite) : le pavillon de l’oreille devient chaud, enflé et douloureux avec abcès et déformation séquellaire en « chou-fleur » du pavillon. Les symptômes peuvent être retardés dans les 2 à 4 semaines après la pose du piercing.

Les autres complications peuvent être :

  • un enchâssement du piercing dans les tissus avec impossibilité de retrait ;
  • des déchirures traumatiques du lobe sont possibles (lobe bifide coupé en 2) ;
  • des cicatrices chéloïdes (lire l’encadré « Qu’est-ce qu’une cicatrice hypertrophique ou chéloïde ? »).

Piercing du nez

Le piercing du nez peut être inhalé ou dégluti par maladresse. Dans les cas de piercing des ailes du nez, les complications sont similaires à celles de l’oreille. Il s’agit essentiellement d’un risque d’infection. Lorsque le piercing est posé au niveau de la cloison nasale alors que le bijou devrait être posé dans la partie molle située en dessous du cartilage de la cloison, les risques de complication sont :

  • l’infection ;
  • la perforation de la cloison nasale (perforation septale) ;
  • la nécrose de la cloison nasale ;
  • l’hémorragie.

Piercing sur la langue, les lèvres et les joues

Les piercings sont le plus souvent placés sur la langue, en position médiane, en avant du frein de la langue, mais ils peuvent être placés sur les lèvres ou sur les joues, voire plus rarement sur la (uvule).

Voilà les complications aiguës possibles :

  • œdème de langue important et transitoire, sensibilité de la langue, ulcération avec écoulement (ces complications peuvent être responsables de difficultés à parler et à s’alimenter en cas de piercing de langue) ;
  • infections ;
  • hématomes ;
  • saignement prolongé ;
  • cicatrisation retardée en cas de piercing de lèvres ;
  • inhalation ou déglutition du bijou.

Voilà les complications chroniques possibles :

  • érosion de l’émail des dents, douleurs dentaires, fêlures et fractures dentaires dues à l’interposition du piercing entre la langue et les dents. Ce phénomène peut être volontaire (la personne « joue » avec le bijou en le faisant passer sur les dents) ou non (le piercing traumatise les dents lors de l’alimentation ou la parole) ;
  • gingivites plutôt en cas de piercing de lèvres. Le déchaussement gingival est fréquent et la taille ainsi que le poids du bijou jouent un rôle important. Le risque est accru si le bijou est grand et lourd. La tension induite par le piercing sur la gencive est à l’origine de récessions gingivales (les gencives se rétractent), mais aussi de pertes osseuses, pouvant nécessiter l’extraction des incisives chez de jeunes adultes. Ces complications sont d’autant plus fréquentes que le piercing est ancien (plus de 2 ans) ;
  • augmentation de la salivation en raison de la présence du corps étranger et mauvaise haleine. Une hygiène rigoureuse de la bouche et un contrôle régulier chez le dentiste sont donc préconisés lors de port de piercings oraux et péri-oraux ;
  • perforation et déchirure tissulaire, en particulier au niveau de la langue (langue bifide séparée en 2…) ;
  • gêne permanente à la mastication et à la déglutition, à l’élocution (zozotement) ;
  • trouble du sens du goût, avec l’apparition d’un goût métallique (dysgueusie) ;
  • enchâssement du piercing dans la ;
  • rupture du piercing.
Piercings oraux et anesthésie

Les médecins anesthésistes notent systématiquement la présence de piercings lors de la consultation préopératoire. Les piercings oraux et nasaux sont retirés avant toute anesthésie, même régionale – dans l’hypothèse où une anesthésie générale en urgence serait nécessaire – pour minimiser le risque d’inhalation du piercing, de saignements...

Piercing des mamelons

Voilà les complications possibles liées à un piercing au mamelon :

  • suintements du mamelon, conséquence d’un retard de cicatrisation du piercing favorisé par les frottements fréquents ;
  • infection de la zone percée, infection de la glande mammaire (mastite infectieuse) ;
  • infection de prothèse mammaire ;
  • élargissement du mamelon ;
  • écoulement de lait par les mamelons probablement liés à la stimulation du mamelon par manipulation de l’objet et du mamelon (hyperprolactinémie).
Piercing, grossesse et allaitement, quelles précautions ?

Le piercing est à éviter au cours de la grossesse. En cas d’allaitement du nourrisson, le piercing en métal des mamelons est à retirer avant chaque allaitement et la zone percée est nettoyée. En effet, le nouveau-né peut se blesser avec le piercing pendant la tétée ou l’inhaler. Par ailleurs, lors de l’allaitement, du lait peut s’échapper par l’orifice du piercing.

Piercings génitaux

Chez la femme, les piercings génitaux peuvent perturber la contraception "barrière" mécanique (préservatif, diaphragme).

Chez l’homme, de nombreuses complications ont été rapportées selon le type de piercing posé :

  • irritation par friction ;
  • prépuce rétracté (paraphimosis) ;
  • persistance involontaire d’une érection (priapisme) ;
  • infection des organes génitaux ;
  • rupture ou rétrécissement de l’orifice de l’urètre.

Plus rarement, une perte du piercing après un rapport sexuel ou un traumatisme des voies génitales du partenaire (saignement post-coïtal…) peuvent également survenir.

Piercing du nombril (ombilic)

Même en cas de technique adéquate, des complications immédiates et tardives sont observées :

  • infections ;
  • saignements ;
  • allergies aux matériaux et aux antiseptiques ;
  • cicatrices inesthétiques ;
  • tumeur vasculaire, inflammatoire, bénigne, d'évolution chronique saignant très facilement, indolore, succédant à une plaie (botriomycome) impliquant le retrait du piercing ;
  • chez les personnes en surpoids ou au cours d’une grossesse, il est possible d’assister à un emprisonnement du piercing dans les tissus.

Votre état de santé vous permet-il d’avoir un piercing ?

Certaines personnes sont plus exposées aux complications d’où l’importance de parler à votre médecin traitant de votre désir de procéder à la pose d’un piercing. Les personnes les plus exposées aux complications sont celles qui souffrent de :

  • Ministère des Solidarités et de la santé. Tatouage et piercing. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2021[consulté le 17 septembre 2021]
  • Civatte J, Bazex J. « Piercings » et tatouages : la fréquence des complications justifie une réglementation. Bull. Acad. Natle Méd. 2007;191(9) : 1819-1838
  • Madrid C, Ödman –Jacques M, Yersin B, Carron P-N. Complications liées aux piercings. Revue médicale suisse. Sexologie clinique. 2014;422
  • Lachapelle, J.-M. Dermatoses de l’ombilic. La pratique du piercing. Dermatologie et infections sexuellement transmissibles. Édition Elsevier Masson 2017
  • Lung B. Endocardite infectieuse. Piercing et tatouage. Cardiologie et maladies vasculaires. Édition Elsevier Masson 2020
  • Kluger N. Piercings génitaux : épidémiologie, aspects socioculturels, sexualité et complications. La Presse Médicale. 2011;41(1):21-31
  • Kibadi, K. Deuxième piercing auriculaire à but esthétique et apparition de cicatrices pathologiques chez les négroïdes : à propos de 172 observations dans une zone endémique de chéloïdes. Annales de chirurgie plastique esthétique, 2021;66(1):42-51
  • Service public. Piercing : quelles sont les règles ? Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre). Site internet : Service public. Paris ; 2021 [consulté le 17 septembre 2021]
  • Ministère de l'Intérieur. Piercing : quelles sont les règles ? Site internet : Ministère de l'intérieur. Paris ; 2021 [consulté le 17 septembre 2021]