Phénomène de Raynaud : définition, symptômes et causes

27 juillet 2018
Le phénomène de Raynaud est un arrêt temporaire de la circulation du sang, essentiellement au niveau des doigts. Durant les crises, ceux-ci deviennent blancs et insensibles, voire bleus et gonflés, avant de reprendre leur aspect normal.

Qu’est-ce que le phénomène de Raynaud ?

Le phénomène de Raynaud est un trouble réversible de la circulation sanguine au niveau des extrémités (principalement doigts, plus rarement orteils et parfois nez et oreilles).

Il se manifeste par crises, déclenchées le plus souvent par une exposition au froid qui provoque un resserrement (vasoconstriction) des vaisseaux sanguins. Cela cause un arrêt anormal, brutal et passager de la circulation artérielle.

D’autres facteurs peuvent aussi être à l’origine des crises, à savoir :

  • un changement de température ;
  • l’exposition à l’humidité ;
  • les émotions ;
  • le stress.

Par ailleurs, il existe des facteurs favorisants (et parfois aussi déclenchants) :

  • le tabac, qui peut entraîner une vasoconstriction (réduction du calibre des vaisseaux sanguins par contraction de leurs parois) ;
  • les boissons caféinées (café, thé, boisson au cola).
Le phénomène de Raynaud est fréquent

Le phénomène de Raynaud touche 8 à 10 % des femmes et 3 à 5 % des hommes.

Quels sont les symptômes du phénomène de Raynaud ?

Tous les doigts ne sont pas nécessairement concernés par les crises : le phénomène de Raynaud peut se limiter à un doigt, voire à une phalange. Par la suite, si les manifestations vasculaires s’étendent, cette affection touche plusieurs doigts, parfois le nez, les oreilles, les orteils voire la langue.

La crise comporte habituellement trois phases.

Phase ischémique ou "syncopale"

Les doigts sont blancs, froids et perdent leur sensibilité, d’où une impression de "doigts morts". Cela dure quelques minutes, parfois davantage. Dans certains cas, la crise se limite à cette première phase, et la circulation sanguine redevient normale à l’issue de cet épisode.

Phase dite "asphyxique"

Les doigts deviennent bleus et la personne ressent des picotements, le plus souvent douloureux, appelés "dysesthésies".

Phase de récupération

Les doigts se recolorent et deviennent tuméfiés, rouges et douloureux, avant de reprendre leur aspect normal.

Les causes du phénomène de Raynaud

La maladie de Raynaud : des symptômes gênants mais sans gravité

Dans 80 % des cas, le phénomène de Raynaud est dit "", c’est-à-dire de cause inconnue : on l’appelle alors "maladie de Raynaud".

Elle apparaît le plus souvent à l’adolescence ou chez une femme jeune en bonne santé.

Après une exposition au froid ou une émotion, elle atteint les doigts des deux mains (le pouce étant rarement touché) puis éventuellement les orteils, le nez et les oreilles. Entre les crises, les doigts présentent un aspect normal, sans ulcérations ni cicatrices.

Cette maladie n’est pas grave mais a un retentissement sur la qualité de vie.

Les phénomènes de Raynaud liés à une maladie

Chez les autres personnes concernées par le phénomène de Raynaud, celui-ci est "secondaire", c’est-à-dire lié à une autre pathologie ou à une cause identifiée.

La prise de médicaments engendrant un phénomène de Raynaud est toujours recherchée car l'arrêt du médicament incriminé (lorsque cela est possible) supprime les symptômes. D'autres maladies auto-immunes ou artérielles peuvent être en cause. Enfin, il existe des phénomènes de Raynaud d'origine professionnelle dus à des vibrations de la main et du bras ou à des chocs répétés sur la main et le poignet.

Certains médicaments entraînent l’apparition d’un phénomène de Raynaud :

  • les produits vasoconstricteurs peuvent être à l’origine des crises : les bêtabloquants, les dérivés de l’ergot de seigle (champignon parasite des céréales, utilisé comme médicament) ;
  • l’interféron ;
  • les imipraminiques (antidépresseurs) ;
  • les contraceptifs ...

Dans ce cas, les symptômes sont bilatéraux (des deux côtés du corps) et régressent souvent à l’arrêt du traitement.

Ces maladies peuvent provoquer un phénomène de Raynaud, souvent plus grave et laissant des séquelles (présence de petites ulcérations de la peau des extrémités des doigts).

Le phénomène de Raynaud peut ainsi être présent dans :

  • la sclérodermie essentiellement ( touchant surtout les femmes, caractérisée par un durcissement progressif de la peau et parfois des ) ;
  • le lupus systémique ou le lupus érythémateux disséminé;
  • la dermatomyosite (inflammation de certains muscles et zones de la peau) ;
  • le syndrome de Goujerot-Sjörgren (responsable d’une sécheresse des yeux, de la bouche et des muqueuses gynécologiques) ;
  • la polyarthrite rhumatoïde.

Le phénomène de Raynaud est parfois dû à des maladies des artères comme :

  • le syndrome de Buerger (inflammation de certaines artères qui empêche la circulation normale du sang dans les pieds et les mains) ;
  • la maladie de Horton (autre maladie artérielle inflammatoire) ;
  • l’athérome (ou "athérosclérose") ;
  • la compression de l’artère qui irrigue le bras, lors de son passage au-dessus de la clavicule.

Les personnes utilisant la paume de leur main comme outil de travail ou de loisir (ouvriers métallurgistes, maçons, carreleurs, couvreurs, menuisiers ; joueurs de base-ball, volley-ball, karaté ou pelote basque) peuvent présenter un phénomène de Raynaud. En effet, à terme, ces activités peuvent entraîner la formation d’un , avec un risque d'embolie (obstruction par un caillot sanguin) dans les artères des doigts.

Un phénomène de Raynaud peut aussi toucher des travailleurs utilisant des outils vibrants : tronçonneuse, marteau-piqueur, perforatrice pneumatique, etc.

Le cannabis, la cocaïne ou le LSD engendrent parfois un phénomène de Raynaud.

Sources
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Syndrome des vibrations. La main et le bras en danger. Site internet : INRS. Paris ; 2015 [consulté le 31 mai 2018]
  • Collège Français des Enseignants en Rhumatologie (COFER). Phénomène de Raynaud. Site internet : Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport (UNF3S). Paris ; 2012 [consulté le 31 mai 2018]
  • Piérard-Franchimont C, Piérard G E, Hermanns-Lê T. La vignette diagnostique de l’étudiant – Le phénomène de Raynaud. Rev Med Liège 2012; 67(12):655-659
  • National Institute of Arthritis and Musculoskeletal ans Skin Diseases (NIAMS). Questions and Answers about Raynaud's Phenomenon. Site internet : NIAMS. Bethesda (États-Unis) ; 2016 [consulté le 31 mai 2018]