Les traitements médicaux de la surdité

22 mars 2017
Un examen clinique et un bilan complémentaire sont indispensables pour mesurer la perte auditive. S'il est possible, le traitement médical ou chirurgical de la cause est envisagé. En cas de surdité importante, l'appareillage voire la pose d'un implant cochléaire, facilitent la communication.

L'examen et le bilan de perte auditive

S'il suspecte une surdité, votre médecin traitant vous oriente vers un médecin ORL (Oto-rhino-laryngologiste).

Ce dernier procède alors à un examen clinique.

Des examens complémentaires spécialisés sont indispensables :

  • pour quantifier la perte d’acuité auditive : audiométrie, mesure des potentiels évoqués auditifs (analyse objective électrique de l'audition)...
  • pour en rechercher la cause : scanner, IRM...

Le traitement de la surdité

En fonction de l'origine de votre perte d'audition :

  • votre médecin vous propose un traitement qui peut, dans certains cas, corriger, ralentir, voire stopper, la progression des symptômes ;
  • le traitement de la surdité peut être médical (ablation d'un bouchon de cérumen, prescription de médicaments vasodilatateurs...) ou chirurgical (pose de drains trans-tympaniques, chirurgie du et des osselets de la caisse du ...) ;
  • si la perte auditive est permanente, un support auditif peut être envisagé : appareillage par prothèses auditives ou pose d'un implant cochléaire (appareil électronique inséré dans l'oreille interne relié à un microphone posé derrière le pavillon de l'oreille).
Le remboursement des prothèses auditives par l'Assurance Maladie

Vous avez une baisse de l'audition ? Sachez que vos prothèses auditives et leurs accessoires prescrits par votre médecin sont remboursés selon le tarif de base de l'Assurance Maladie. La prise en charge dépend de votre âge, de vos handicaps et des prothèses choisies.

La vie au quotidien pour les personnes malentendantes

Des aides techniques permettent d’améliorer la communication au quotidien :

  • les flashes lumineux permettent d'être avertis (porte d'entrée, avertisseur de sonnerie, d'alarme...) ;
  • les réveils vibrants ou lumineux ;
  • les sous-titrages permettent de suivre la télévision ou les films (au cinéma ou sur DVD) ;
  • la boucle magnétique facilite la réception des appareils auditifs ;
  • le surtitrage équipe certaines salles de spectacle ;
  • différents moyens de communication écrite ou vidéo (sms, courriels...) remplacent le téléphone ;
  • des visioguides ou visiophones sont proposés pour des visites guidées sous-titrées ou en langue des signes ;
  • un sous-titrage des émissions ou films ou leur traduction simultanée en langage des signes.

Des séances de rééducation orthophonique sont indispensables pour les enfants qui ont des troubles du langage dus à leur surdité. Elles peuvent être utiles pour apprendre à lire sur les lèvres.

L'apprentissage de la langue des signes est proposé en cas de surdité sévère ou profonde.

Vous êtes parents d'un enfant sourd ou malentendant ? Vous avez perdu l'audition ? Si vous avez besoin d'avoir de l'aide concernant vos droits et les démarches à accomplir, différentes structures et professionnels sont là pour vous accompagner dans ce parcours.

Pour trouver des conseils vous aidant à vivre à domicile avec votre handicap auditif, consultez le portail national d'information pour les personnes âgées et leurs proches.

Pour vous informer, consultez surdinfo, le site du centre national d'information sur la surdité.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Évaluation des appareils électroniques correcteurs de surdité. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 29 mars 2016]
  • Schlegel-Wagner C, Linder T. Nouveaux développements dans le traitement de la surdité. Forum Med Suisse. 2008;8:33-8.
  • Société française de pédiatrie (SFP). Dépistage des troubles de l'audition chez l'enfant. Site internet : SFP. Paris ; 2009 [consulté le 29 mars 2016]
  • Collège français d'ORL. Évaluation clinique et fonctionnelle d'un handicap sensoriel : la surdité. Site internet : ORL France. Paris ; 2014 [consulté le 29 mars 2016]