Prévenir les parasitoses intestinales

17 août 2017
Pour éviter la contamination par des parasites intestinaux et lutter contre leur propagation, il faut adopter de bonnes habitudes d’hygiène. Soyez particulièrement vigilant si vous voyagez dans un pays à climat chaud et humide.

De bonnes habitudes au quotidien pour prévenir les parasitoses intestinales

Quelques gestes simples permettent d'éviter d'être contaminé par des parasites intestinaux et de réduire la diffusion des parasitoses digestives (oxyurose, giardiase, ascaridiose, tænia...), notamment au sein des familles et des collectivités :

  • lavez-vous les mains à l'eau et au savon fréquemment, en particulier avant et après chaque contact avec votre enfant atteint d’une parasitose ;
  • apprenez à vos enfants comment se laver les mains correctement ;
  • coupez souvent les ongles de votre enfant pour qu’ils restent courts ;
  • n'échangez pas les biberons, sucettes et couverts au sein de votre famille, et nettoyez-les tout de suite après utilisation ;
  • changez quotidiennement de sous-vêtements ;
  • lavez régulièrement la literie, les jouets des enfants et les pièces d’habitation, après les avoir dépoussiérées ;
  • pendant la journée, ouvrez les stores ou les rideaux des chambres à coucher. Cela contribue à lutter contre les oxyures, qui sont sensibles à la lumière ;
  • cuisez bien la viande (pour éviter le tænia) et, de manière générale, observez une bonne hygiène alimentaire ;
  • faites en sorte de ne pas avaler l’eau des piscines, lacs ou ruisseaux ;
  • si vous avez un animal domestique, administrez-lui régulièrement le traitement antiparasitaire préventif que votre vétérinaire a prescrit.

© Inpes

Les bons réflexes si vous partez dans une zone chaude et humide

Dans les pays tropicaux ou sub-tropicaux, veillez particulièrement à l’hygiène alimentaire pour prévenir les parasitoses digestives (giardiase, amibiase, oxyurose, ascaridiose, tænia).

  • Lavez-vous souvent les mains, en particulier avant les repas et avant toute manipulation d’aliments, et après être passé aux toilettes. Munissez-vous d’un gel ou d’une solution hydro-alcoolique, utile si jamais vous ne pouviez pas disposer de savon et d’eau propre.
  • Ne consommez que de l’eau en bouteille décapsulée devant vous, ou rendue potable par ébullition (1 minute à gros bouillons) ou par filtration (filtre portatif) et désinfection. Demandez conseil à votre pharmacien sur les produits désinfectants à utiliser.
  • Évitez de consommer des glaçons, des crèmes glacées et des sorbets.
  • Buvez du lait pasteurisé ou bouilli.
  • Pelez les fruits vous-même.
  • Évitez les crudités, les coquillages, les plats réchauffés et les jus de fruits frais préparés de façon artisanale.
  • Cuisez bien les œufs, les viandes, les poissons et les crustacés.

En promenade, prenez aussi les précautions suivantes pour éviter les parasitoses transmises par voie orale, mais aussi par voie cutanée (ankylostomiase).

  • Ne marchez pas et ne vous baignez pas dans les eaux douces.
  • Ne buvez pas l'eau douce des lacs, des rivières, des étangs, des marigots.
  • Ne marchez pas pieds nus sur les plages et ne vous allongez pas à même le sable, utilisez des draps de bain.
  • Portez des chaussures fermées lorsque vous vous déplacez sur des sols boueux ou humides.
  • Ne laissez pas votre enfant jouer dans la terre.
Sources
  • Haut Conseil de la santé publique. Conduite à tenir en cas de maladies transmissibles dans une collectivité d'enfants. Site internet : HCSP. Paris ; 2012 [consulté le 17 août 2017]
  • Recommandations sanitaires pour les voyageurs,  BEH Hors-série, 6 juin 2017. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2017 [consulté le 17 août 2017]