Comprendre les parasitoses intestinales

17 août 2017
Les parasitoses intestinales sont des maladies dues à la présence d’un parasite dans le tube digestif. Les mesures d’hygiène individuelle et collective limitent leur propagation. Certaines d’entre elles sont encore très fréquentes en France.

Qu'est-ce qu'une parasitose intestinale ?

Très fréquentes dans le monde, les parasitoses intestinales sont des affections dues à la présence de parasites dans l’intestin. Ces petits organismes s’abritent dans le corps d’un autre être vivant, pour s’y nourrir et s’y reproduire. Il en existe deux types :

  • certains, appelés "protozoaires", sont formés d’une seule cellule, comme la giardia ou l’amibe ;
  • les autres sont des vers comme l’oxyure, l’ascaris, l’ankylostome ou le tænia, aussi appelé "ver solitaire".

Comment est-on contaminé par un parasite intestinal ?

Les modes de contamination varient selon le type de parasites :

  • les giardias, amibes, oxyures, tænias et ascaris entrent dans l’organisme par voie digestive, souvent sous la forme d’œufs ou de larves. La contamination a lieu par ingestion d’eau ou de nourriture souillée, ou par le fait de porter à la bouche ses mains sales (par exemple, après être allé aux toilettes) ;
  • d’autres parasites, comme par exemple l’ankylostome, pénètrent dans le corps par la peau. On est alors contaminé en marchant pieds nus dans de l’eau douce souillée, dans les pays chauds et humides.

Les mesures d’hygiène individuelle et collective (lavage régulier des mains, utilisation d’égouts, assainissement de l’eau, etc.) limitent la propagation des parasitoses digestives. Les pays en développement sont plus exposés à ces maladies. En effet :

  • la consommation d’eau contaminée non potable y est plus fréquente que dans les autres pays ;
  • les installations sanitaires y sont moins répandues ;
  • les excréments humains y sont parfois employés comme engrais.

Enfin, il faut savoir qu’une parasitose intestinale n’entraîne pas systématiquement de symptômes.

Quelles sont les parasitoses intestinales les plus fréquentes en France ?

Les parasitoses intestinales les plus fréquemment observées chez les enfants en France Métropolitaine comprennent :

D’autres parasitoses sont possibles chez les enfants qui ont vécu dans des pays en développement ou qui y ont séjourné pour des raisons touristiques. On peut citer à titre d'exemple :

  • l'ascaridiose ;
  • l’amibiase : causée par une amibe, l’amibiase est une parasitose caractéristique des pays tropicaux. Rare en Europe, elle touche parfois le sud de l’Espagne ou de l’Italie. En France, seules des catégories de populations bien précises peuvent être contaminées : les personnes rentrant d’un voyage dans une zone tropicale et les personnes en contact avec un patient contaminé (ex. : personnels soignants).
    Dans sa forme la plus répandue, l’amibiase cause des douleurs abdominales violentes et une diarrhée importante avec des pertes de sang et de glaires, sans fièvre ;
  • le tænia ou ver solitaire : en consommant de la viande bovine ou porcine peu ou mal cuite, on peut être atteint par le tænia. En effet, l’embryon de ce ver se loge dans les muscles des bœufs et des porcs, formant un petit kyste que l’homme peut avaler avec la viande. Si celle-ci n’est pas assez cuite, l’embryon, resté vivant, se développe dans le tube digestif, où il devient un ver composé de plusieurs segments ou anneaux. Rejetés avec les selles, les derniers anneaux du tænia libèrent des embryons dans l’environnement, entamant un nouveau cycle de contamination.
    Une cuisson correcte de la viande évite de contracter le tænia. En France les contrôles vétérinaires limitent la contamination.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Feldman M. Parasites intestinaux. Site internet : aboutkidshealth. Toronto (Canada) ; 2010 [consulté le 17 août 2017]
  • Association française des enseignants de parasitologie et mycologie. Parasitoses digestives. Site internet : campus de parasitologie, mycologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2016 [consulté le 17 août 2017]
  • Aubry P. Parasitoses digestives dues à des nématodes. Site internet : Médecine tropicale. Saint-Denis de la Réunion (France) ; 2015 [consulté le 17 août 2017]