Les bons réflexes et les cas où il faut consulter

01 août 2018
Si vous pensez que votre enfant a une otite, il est nécessaire de consulter votre médecin ou votre pédiatre. Pendant toute la durée de l’otite, vous pouvez soulager votre enfant par des mesures simples. Certaines situations imposent un avis médical rapide.

Conseils en cas d'otite moyenne aiguë

Si votre enfant présente des signes d'otite, prenez rendez-vous chez votre médecin. En attendant la consultation et pendant toute la durée de l'otite, suivez ces conseils pour soulager votre enfant.

En cas de fièvre et de douleurs

Les bons gestes

Ne vous inquiétez pas si la température de votre enfant dépasse 38 °C mais reste inférieure à 39 °C. La fièvre est une réaction naturelle de l'organisme pour l'aider à lutter contre les microbes.

Voici les gestes simples à toujours adopter en cas de fièvre car ils contribuent à limiter la montée de la température et à maintenir une bonne hydratation de l'enfant.:

  • mettez votre enfant dans une pièce fraîche et aérée (entre 18 et 20 °C) et évitez les pièces surchauffées ;
  • ne le couvrez pas trop ; enlevez-lui des épaisseurs de vêtements pour permettre à la chaleur de s’échapper et abaisser sa température corporelle. Ne le déshabillez pas complètement, car il pourrait alors avoir trop froid et commencer à grelotter ;
  • donnez-lui souvent de l'eau fraîche ou une boisson qu'il aime pour qu'il boive avec plaisir. Ne le limitez pas dans la prise des boissons et pensez à lui proposer souvent à boire même s'il ne vous le demande pas. A fortiori, si votre enfant est trop petit pour manifester sa soif, pensez à lui donner souvent à boire. C'est capital pour éviter la déshydratation ;
  • il n'est pas conseillé de lui donner un bain à 2 °C en dessous de sa température, car votre enfant peut se mettre à frissonner et se sentir mal, en raison d'une baisse rapide de sa température. Ce qui va à l'encontre de votre objectif qui est d'améliorer son confort.

Les médicaments

Il n'est pas toujours nécessaire de donner un médicament si la température ne dépasse pas 38,5 °C. Utilisez un médicament, ce qui améliorera le confort de votre enfant, dans les cas suivants :

  • la fièvre persiste plus de deux jours ;
  • elle dépasse 38,5 °C ;
  • votre enfant a moins de trois mois ;
  • votre enfant supporte mal la fièvre : il est irritable, il mange moins, il ne fait plus ses activités habituelles... ;
  • votre enfant a des douleurs associées (otalgies) ;
  • votre enfant souffre d'un problème de santé particulier.

La prise d’antalgiques ou antipyrétiques nécessitent quelques précautions d’emploi :

Si votre enfant a plus de trois mois, donnez-lui du paracétamol ou, en cas de contre-indication au paracétamol, de l'ibuprofène. Soyez vigilant ! Si votre enfant a la varicelle ou s'il est déshydraté (diarrhées et vomissements importants), ne lui donnez pas d'ibuprofène. La dose doit être adaptée à son poids :

  • pour le paracétamol, un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures ;
  • pour l'ibuprofène, un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en trois ou quatre prises, soit un maximum de 10 mg/kg toutes les huit heures ou 7,5 mg/kg toutes les six heures.

Si votre enfant a plus de 6 mois, vous pouvez utiliser, à la place de l'ibuprofène, un autre anti-inflammatoire non stéroïdien : le kétoprofène. La dose doit être adaptée à son poids : un maximum de 2 mg par kilo et par jour à répartir en quatre prises, soit un maximum de 0,5 mg par kilo toutes les six heures.

Si votre enfant a moins de trois mois, donnez-lui uniquement du paracétamol : un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures. Consultez rapidement votre médecin.

L'aspirine ne doit pas être administrée chez l'enfant sans avis médical, en raison du risque de survenue d'une , mais grave, le .

En cas de nez qui coule ou de nez bouché

Si le nez de votre enfant coule ou s’il est bouché, voici quelques gestes simples pour le soulager :

  • utilisez des mouchoirs jetables, du sérum physiologique ou des solutés dérivés de l'eau de mer, en dosettes à usage unique ;
  • n'utilisez pas trop souvent le mouche-bébé qui peut être irritant ;
  • n'utilisez pas les pulvérisateurs nasaux contenant des produits vasoconstricteurs avant l'âge de 15 ans ;
  • n'utilisez que des pulvérisateurs nasaux adaptés à l'âge de votre enfant. Au moindre doute, demandez conseil à votre pharmacien ;
  • lavez le nez de votre enfant s'il est trop petit pour savoir se moucher ;
  • évitez d’utiliser un climatiseur qui déshumidifie l'air et assèche les muqueuses nasales.

Les médicaments vasoconstricteurs utilisés dans le rhume sont contre-indiqués chez les enfants de moins de 15 ans. Pour en savoir plus, consultez le document d’information (PDF, 62.98 Ko) de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

D’autres mesures permettent de limiter l’inconfort et prévenir d’éventuelles complications de l'otite

  • évitez de l'exposer à la fumée de cigarette. Le tabagisme passif aggrave les infections ORL (oto-rhino-laryngologiques) ;
  • ne mouillez pas son oreille si le est perforé, et tant que dure la perforation ;
  • gardez votre enfant à votre domicile, hors de la collectivité qu'il fréquente pendant la phase aiguë de l'otite (l'éviction n'est pas obligatoire) ;
  • évitez les voyages en avion pendant la phase aiguë de son otite.

Quand consulter en cas d'otite moyenne aiguë ?

Si votre enfant présente des symptômes évoquant une otite, prenez rendez-vous chez votre médecin ou votre pédiatre.

Vous devez consulter immédiatement votre médecin si :

  • votre enfant a moins de trois mois et il a de la fièvre ;
  • votre enfant a une fièvre de 40 °C et plus ;
  • votre enfant somnole, présente une gêne respiratoire, des maux de tête violents, des vomissements, des pleurs inexpliqués ou des tâches violacées sur sa peau, même en l'absence de fièvre ;
  • votre enfant a des diarrhées importantes ou des vomissements qui peuvent entraîner sa déshydratation.

Vous devez consulter à nouveau votre médecin si :

  • les symptômes de l'otite (fièvre, douleurs...) persistent au-delà de deux à trois jours (avec ou sans traitement antibiotique) ;
  • les symptômes reprennent dans les quatre jours qui suivent la fin des antibiotiques. Dans ces cas d'aggravation, votre médecin peut vous orienter vers un médecin ORL (Oto-Rhino-Laryngologie) ;
  • une toux associée persiste, sans amélioration au-delà de dix jours.
Sources
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Décongestionnants de la sphère ORL, renfermant un vasoconstricteur, administrés par voie orale ou nasale. Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2011 [consulté le 15 février 2018]
  • Haute Autorité de santé. Pris en charge de la fièvre chez l'enfant. Fiche mémo. Site internet : HAS. Saint-Denis La  Plaine (France) ; 2016 [consulté le 15 février 2018]
  • Collège Français d'ORL et de Chirurgie Cervico-faciale. Otites infectieuses de l’adulte et de l'enfant. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 15 février 2018]
  • Mimouni-Benabu O, Nicollas R, Farinetti A, Roman S, Triglia J-M. Otites moyennes aiguës. EMC - Pédiatrie - Maladies infectieuses 2015;10(1):1-9 [Article 4-061-A-50]
  • Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d’enfants ou d’adultes. Site internet : HCSP. Paris ; 2013 [consulté le 15 février 2018]