Le traitement de l’otite externe

14 novembre 2019
Le traitement de l’otite externe consiste en l’application de gouttes auriculaires antibiotiques, si elle est d’origine bactérienne ou antifongiques, si elle d’origine mycosique. Un traitement par voie générale n’est prescrit qu’en cas d’otite externe compliquée.

Le traitement de l’otite externe aiguë non compliquée

Le traitement de l’otite externe aiguë non compliquée est local. Il repose sur l’application de gouttes dans les oreilles. Le traitement diffère selon le germe en cause. Après vous avoir demandé si vous aviez d’éventuelles allergies à certains médicaments, le médecin vous prescrira des gouttes auriculaires :

  • antibiotiques pour une otite externe aiguë d’origine bactérienne ;
  • antifongiques si elle est d’origine mycosique.

Concernant les antibiotiques, si votre est normal (bien fermé), votre médecin traitant prescrira en première intention, des gouttes auriculaires contenant un aminoside. Si ce traitement est inefficace, le médecin optera, en deuxième intention, pour des gouttes auriculaires à base de fluoroquinolone. C’est ce dernier traitement qui vous sera prescrit d’emblée si votre médecin remarque une perforation du lors de l’otoscopie.

La durée du traitement est habituellement de 7 à 10 jours avec une fréquence de 2 à 4 instillations par jour (à bien respecter). Votre médecin vous informe de la manière dont les gouttes doivent être administrées.

Lors de l’examen clinique, et afin d’améliorer l’efficacité du traitement, votre médecin procède à un nettoyage du conduit auditif externe. Si le conduit est rétréci ou obstrué, l’introduction des gouttes peut être facilitée par la mise en place d’un tampon auriculaire expansible. Il permet la bonne pénétration des gouttes et le maintien d’une concentration en antibiotiques élevée localement.

Le traitement de la douleur fait appel aux antalgiques de type paracétamol. L’utilisation des AINS à visée antalgique (et particulièrement l’ibuprofène et le kétoprofène) doit être évitée en raison de la survenue possible de complications infectieuses graves. Dans ces cas, l’utilisation du paracétamol doit être privilégiée pour lutter contre la douleur (AINS).

Le médecin vous donne aussi des conseils sur l’hygiène des conduits externes pour éviter les récidives.

Il traite également les maladies sous-jacentes :

Le traitement de l’otite externe compliquée

L’antibiothérapie ou traitement par antibiotiques par voie générale est réservée aux cas graves d’otite externe. Lors :

  • d’infection du pavillon de l’oreille (périchondrite) ;
  • d’otite nécrosante.

L’examen clinique post-traitement de l’otite externe

À la fin de votre traitement, il est nécessaire de consulter afin que votre médecin s’assure par l’otoscopie de la guérison de l’otite externe mais aussi de l’absence :

  • de mycose résistante du conduit auditif ;
  • d’anomalie du conduit auditif externe (eczéma de contact, tuméfaction, etc.) ;
  • de perforation du tympan ;
  • de pathologie d’oreille moyenne comme une otite moyenne aiguë.

  • Collège Français d'ORL et de Chirurgie Cervico-faciale. Otites infectieuses de l’adulte et de l’enfant. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 18 juillet 2019]
  • Martin C. Traitement des otites externes bactériennes non compliquées (OEBNC) par les gouttes auriculaires. Référentiel. Site internet : Société française d’oto-rhino-laryngologie (SFORL). Paris ; 2017 [consulté le 18 juillet 2019]
  • Bizindavyi F, Guyot JP, Kos MI. Otites externes : une maladie auto-infligée ? Rev Med Suisse 2007;3
  • Maladies infectieuses et tropicales – Préparation ECN – Tous les items d’infectiologies. UE6 N° 147 : Otites infectieuses de l’adulte et de l’enfant. 5e éd. Paris. Alinéa Plus, 2018.
  • Haute autorité de Santé (HAS). Anti-infectieux associés à un corticoïde en gouttes auriculaires : antibio synalar (néomycine, polymixine B, fluocinolone). ORL - Mise au point. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 18 juillet 2019]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et complications infectieuses - Point d'information du 18 avril 2019. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 20 mai 2019]