Nodule thyroïdien : cas où il faut consulter et examens réalisés

22 mars 2017
Si vous présentez un nodule au niveau du cou, un bilan médical est nécessaire. Des examens complémentaires permettent de préciser la nature du nodule et le fonctionnement de la thyroïde.

Quand consulter en cas de nodule de la thyroïde ?

Un rendez-vous médical est nécessaire :

  • si vous palpez une tuméfaction (gonflement ou grosseur inhabituels) au niveau de votre cou, qu’elle soit douloureuse ou non ;
  • si un nodule de la thyroïde est découvert lors d’un examen pour un autre motif;
  • si vous présentez des signes d’hyperthyroïdie (production excessive d’hormones thyroïdiennes).

Lors de la consultation, le médecin vous pose des questions sur :

  • vos éventuels antécédents familiaux de maladies de la thyroïde ;
  • vos antécédents personnels (exposition à des irradiations, carence en iode, autres affections, etc.) ;
  • vos symptômes (signes d’hyperthyroïdie : palpitations, troubles de l’humeur et/ou du sommeil, diarrhée, amaigrissement, difficultés à parler ou autres problèmes liés à la voix, etc.)

Ensuite, votre médecin procède à un examen clinique complet, il palpe la thyroïde pour identifier les caractéristiques du nodule et recherche des adénopathies (ganglions) au niveau du cou.

Le bilan prescrit en cas de nodule thyroïdien

Suite à la découverte d’un nodule, deux examens sont pratiqués de manière quasi systématique.

Elle permet de repérer une éventuelle anomalie de fonctionnement de la thyroïde. Pour cela, on effectue un dosage sanguin de la thyréostimuline (TSH), produite par l’hypophyse et qui a pour fonction de réguler la production d’hormones thyroïdiennes. Un taux de TSH anormalement bas indique ainsi une hyperthyroïdie.

Si le dosage de la TSH est anormal, ou si le médecin suspecte un cancer médullaire de la thyroïde, il prescrit un bilan sanguin plus complet. Celui-ci consiste à doser des anticorps et d’autres hormones (T4 libre fabriquée par la thyroïde, calcitonine facilitant la fixation du calcium sur les os).

Elle permet de décrire la thyroïde et le nodule (localisation, taille, contenu liquidien ou non, etc.) et de préciser s’il existe un seul ou plusieurs nodules. Le médecin recherche aussi un éventuel risque de cancer, à partir de plusieurs critères du nodule : présence ou non de (petits dépôts de calcium), limites régulières ou irrégulières, importance de la vascularisation, etc.

Les ganglions lymphatiques situés à proximité de la thyroïde sont également examinés.

Les éventuels examens complémentaires en cas de nodule de la thyroïde

Selon le type de nodule diagnostiqué suite à l’échographie, le bilan médical peut être complété.

Si le médecin suspecte la présence d’un cancer, il prescrit une cytoponction (prélèvement de cellules du nodule à l’aide d’une aiguille très fine, afin de les analyser). Cet examen simple est réalisé avec ou sans anesthésie locale. Parfois, il est couplé avec une échographie, qui permet au praticien de mieux se repérer pour prélever l’échantillon. Si les résultats ne sont pas concluants, ou si le nodule surveillé évolue, il peut être nécessaire de répéter l’examen.

À l’inverse, si le nodule est de petite taille et sans signe suspect de cancer, aucun autre examen n’est pratiqué. Toutefois, le médecin met en place une surveillance médicale régulière, dont il définit la fréquence selon les caractéristiques du nodule. Ce suivi repose sur une palpation et/ou une échographie et/ou un dosage de la TSH, pour vérifier que le nodule n’augmente pas de volume ou se transforme.

Si vous devez effectuer une cytoponction, sachez qu’il existe un risque d’hémorragie pendant l’examen, en cas de prise d’anticoagulants ou d’antiagrégants (ex. : aspirine). Aussi, si vous suivez ce type de traitement, parlez-en à votre médecin traitant et à l’équipe médicale qui va réaliser l’intervention.

Le médecin peut prescrire une . Cet examen consiste à administrer un produit radioactif inoffensif qui se fixe sur la thyroïde et émet des radiations, enregistrées par une caméra spécifique. La permet ainsi :

  • d’obtenir une image du fonctionnement de la thyroïde ;
  • de détecter les nodules sécrétant des hormones thyroïdiennes.

Parfois, la est aussi prescrite parce qu’il est difficile de procéder à une cytoponction.

Selon les cas, le médecin peut préconiser :

  • soit une du liquide contenu dans le kyste, qui sera analysé ;
  • soit une simple surveillance.
Sources
  • Institut National du Cancer (INCa). Les nodules bénins de la thyroïde. Site internet : Cancer Info. Boulogne-Billancourt (France) ; 2013 [consulté le 5 mars 2015]
  • La Presse Médicale. Recommandations de la Société française d’endocrinologie pour la prise en charge des nodules thyroïdiens. Site internet : Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins Libéraux des Pays de la Loire. Saint-Sébastien-sur-Loire (France) ; 2011 [consulté le 5 mars 2015]
  • Collège des Enseignants d'Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM). Nodule thyroïdien. Site internet : Campus numérique de l’UNF3S. Lille (France) ; 2011 [consulté le 5 mars 2015]
  • Revue Médicale de Liège. Nodules de la thyroïde. Site internet : Revue Médicale de Liège. Liège (Belgique) ; 2006 [consulté le 5 mars 2015]