Les bons réflexes en cas de mycose cutanée

22 août 2017
En cas de mycose cutanée modérée, un traitement local appliqué soi-même peut permettre d’éviter la propagation de l’infection. Néanmoins, dans certains cas, un avis médical est recommandé.

Ce que vous pouvez faire si l'atteinte est modérée

Lorsque la mycose cutanée est modérée (une à deux lésions isolées), soignez-vous rapidement pour éviter que l'infection ne s'étende ou ne contamine vos proches :

  • Appliquez un médicament à usage local, disponible sans ordonnance. Demandez conseil à votre pharmacien pour choisir la forme adaptée :
    • à votre situation : grossesse, état de santé particulier, traitement en cours,
    • à vos lésions : crèmes, émulsions, lotions ou solutions pour les peaux sèches ; poudres et gels sur les lésions suintantes.
Comment bien utiliser un à usage local

Lavez-vous les mains avant et après application du produit sur les parties atteintes et leur périphérie avec un savon à neutre et séchez bien la peau.

Respectez la posologie, les modalités d'application et la durée du traitement conseillée.

Attention : les antifongiques à usage local ne sont pas efficaces pour la mycose de l'ongle ou la mycose du cuir chevelu.

Ce que vous ne devez pas faire en cas de mycose cutanée

N'utilisez pas de traitement local si :

  • vous avez des doutes sur la nature de l'infection ;
  • les lésions sont anciennes ou très étendues ;
  • la plante du pied ou les ongles sont atteints ;
  • la peau des pieds est humide et dégage une mauvaise odeur ;
  • les symptômes persistent ou s'aggravent sous traitement ;
  • vous êtes diabétique ou vous avez une maladie neurologique ;
  • votre enfant a moins de 12 ans ;
  • les lésions sont macérées (l' se détache après un contact prolongé avec l'humidité).

Ne continuez pas le traitement local sans avis médical :

  • si les lésions s'aggravent ou si d'autres lésions surviennent lors du traitement ;
  • au-delà de la durée préconisée, même si vous pensez ne pas être guéri.

Ne reprenez pas de vous-même un traitement sur ordonnance que l'on vous a précédemment prescrit.

Ne grattez pas les lésions de la mycose cutanée. Si vous les grattez, l'infection peut atteindre d'autres zones de votre corps.

Même si vous constatez une amélioration, continuez le traitement jusqu'à la fin de la durée conseillée. Un arrêt prématuré ou des applications irrégulières du traitement local peuvent entraîner des échecs ou des rechutes.

Quand devez-vous consulter en cas de mycose cutanée ?

En présence de mycose cutanée, vous devez consulter un médecin :

  • si vous avez une mycose des ongles (onychomycose) ;
  • si vous avez (ou si votre enfant) a une mycose du cuir chevelu ;
  • si vous n'êtes pas sûr de la nature de vos lésions ;
  • en l'absence d'amélioration une semaine après l'application de votre traitement local ;
  • si une gêne, une douleur locale ou des démangeaisons perturbent votre qualité de vie ;
  • si de nouvelles lésions apparaissent sur une autre zone ;
  • si votre mycose est au stade de lésions ouvertes (plaies, suintements...) qui peuvent se surinfecter ;
  • si vous êtes diabétique atteint de troubles circulatoires ;
  • si vous souffrez d'un déficit immunitaire ;
  • si vous suivez un traitement par corticoïdes ;
  • si la personne atteinte est un enfant de moins de 12 ans.
Sources
  • Association française des enseignants de parasitologie et mycologie. Candidoses. Site internet : Campus de parasitologie et de mycologie de l'Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 9 juin 2015]
  • Association française des enseignants de parasitologie et mycologie. Dermatophytoses. Site internet : Campus de parasitologie et de mycologie de l'Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 9 juin 2015]
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Médicaments en accès direct. Liste des médicaments de médication officinale en allopathie, homéopathie et à base de plantes. Site internet : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Saint-Denis (France) ; 2015 [consulté le 9 juin 2015]