Mycose de la peau : que faire ?

En cas de mycose cutanée peu étendue, un traitement local appliqué soi-même peut permettre de guérir. Néanmoins, dans certains cas, un avis médical est indispensable.

Ce que vous pouvez faire si la mycose de la peau est peu étendue

Lorsque la mycose cutanée est modérée, peu étendue (une à deux lésions isolées, pied d'athlète sans atteinte des ongles, mycose d'un pli...), soignez-vous rapidement pour éviter que l'infection ne s'étende ou ne contamine vos proches.

Appliquez un médicament à usage local, disponible sans ordonnance.

Demandez conseil à votre pharmacien pour choisir la forme adaptée :

  • à votre situation : grossesse, état de santé particulier, traitement en cours ;
  • à vos lésions :
    • crèmes, émulsions, lotions ou solutions pour les peaux sèches ;
    • poudres et gels sur les lésions suintantes.

Continuez le traitement jusqu'à la fin de la durée conseillée par votre pharmacien, même si vous constatez une amélioration avant la fin du traitement. Un arrêt prématuré ou des applications irrégulières du traitement local peuvent entraîner des échecs ou des rechutes.

Comment bien utiliser un antifongique à usage local ?

Lavez-vous les mains avant et après application de l' sur les parties atteintes et leur périphérie avec un savon à pH neutre et séchez bien la peau.

Respectez la posologie, les modalités d'application et la durée du traitement conseillée pour votre mycose cutanée.

Attention : les antifongiques à usage local ne sont pas suffisants pour la mycose du cuir chevelu (teigne) et en général pour la mycose de l'ongle (onychomycose).

Ce que vous ne devez pas faire en cas de mycose cutanée

N'utilisez pas de traitement local si :

  • vous avez des doutes sur la nature de l'infection ;
  • les lésions sont anciennes ou très étendues ;
  • la plante du pied ou les ongles sont atteints par la mycose ;
  • les lésions de la mycose cutanée se compliquent :
    • la peau des pieds est humide et dégage une mauvaise odeur ;
    • les lésions de mycose de la peau sont macérées (l'épiderme se détache après un contact prolongé avec l'humidité) ;
    • les symptômes persistent ou s'aggravent sous traitement ;
  • vous êtes diabétique ou vous avez une maladie neurologique ou une artérite des membres inférieurs ;
  • votre enfant de moins de 12 ans a une mycose.

Ne continuez pas le traitement local sans avis médical :

  • si les lésions s'aggravent ou si d'autres lésions surviennent lors du traitement ;
  • au-delà de la durée préconisée, même si vous pensez ne pas être guéri.

Ne reprenez pas de vous-même un traitement sur ordonnance que l'on vous a précédemment prescrit.

Ne grattez pas les lésions de la mycose cutanée. Si vous les grattez, la mycose peut atteindre d'autres zones de votre corps ou se surinfecter.

Mycose des mamelons ou candidose mammaire : pas de violet de gentiane

Ne vous soignez pas en automédication.

N’utilisez jamais de violet de gentiane en cas de candidose mammaire sans avoir consulté votre médecin au préalable.

N’essayez pas de vous procurer de violet de gentiane sans prescription médicale et/ou en dehors d’une pharmacie car cette substance présente un risque pour votre nourrisson.

L'avis d'un médecin ou d'une sage-femme est nécessaire. Si le diagnostic de candidose mammaire est confirmé, un médicament adapté pour vous et pour votre enfant s’il est aussi contaminé (présence d'un muguet de la bouche) vous est prescrit. En effet il est important que votre enfant soit traité en même temps que vous si besoin.

Quand devez-vous consulter en cas de mycose cutanée ?

En présence d'une mycose cutanée, vous devez consulter un médecin dans les certains cas.

Votre enfant de moins de 12 ans présente une mycose.

Vous n'êtes pas sûr de la nature de vos lésions.

Vous allaitez et vos mamelons sont douloureux, vous démengent : il s'agit peut-être d'une candidose mammaire.

Vous ou votre enfant, vous avez une mycose :

  • des ongles (onychomycose) ;
  • du cuir chevelu (teigne) ;

La mycose a une évolution compliquée :

  • les lésions de mycose ne s'améliorent pas une semaine après l'application de votre traitement local ;
  • une gêne, une douleur locale ou des démangeaisons de la peau perturbent votre qualité de vie ;
  • de nouvelles lésions de mycose apparaissent sur une autre zone ;
  • votre mycose de la peau est au stade de lésions ouvertes (plaies, suintements...) qui peuvent se surinfecter ;

Votre état de santé général nécessite une surveillance :

  • Collège des enseignants de dermatologie de France. Infections cutanéo-muqueuses bactériennes et mycosiques. ECN 2018. 6e édition Elsevier Masson
  • Drillon S, Frouin E, Letscher-Bru V, Donato L. Mycoses de l'enfant. EMC - Pédiatrie - Maladies infectieuses 2011:1-23 [Article 4-313-A-10]
  • Feuilhade de Chauvin M. Dermatomycoses. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2011:1-10 [Article 2-0740]
  • Société française de dermatologie. Les mycoses cutanées. Site internet : Dermato-Info. Paris ; 2019 [consulté le 19 juin 2023]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Liste des indications/pathologies/situations cliniques reconnues comme adaptées à un usage en médication officinale. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2020 [consulté le 19 juin 2023]
  • National Health service (NHS). Ringworm. Site internet : NHS choices. Londres ; 2020 [consulté le 19 juin 2023]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Candidose mammaire et allaitement : éviter le violet de gentiane. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2022 [consulté le 19 juin 2023]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.