Prévenir les IST

13 juillet 2018
La prévention des infections sexuellement transmissibles est primordiale. Elle passe principalement par l’adoption du préservatif pour éviter la transmission des germes par voie sexuelle. Pour prévenir les infections par le virus VHB (hépatite B) et le papillomavirus, la vaccination est recommandée.

Prévenez les infections sexuellement transmissibles en vous protégeant

Voici quelques conseils importants pour vous protéger et protéger vos partenaires de façon efficace du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles :

  • utilisez un préservatif lors de chaque rapport sexuel et avec chaque partenaire tant que vous n’avez pas la certitude qu’il n’est pas porteur d’une IST ;
  • faites-vous dépister des IST comme le VIH, de manière régulière si vous avez plusieurs partenaires et à chaque fois que vous souhaitez arrêter le préservatif avec un nouveau partenaire régulier ;
  • si vous êtes traité pour IST, prenez le traitement prescrit par votre médecin jusqu'au bout et prévenez votre ou vos partenaires(s) afin qu'il(s) ou qu'elle(s) puissent également se faire dépister et traiter le cas échéant ;
  • faites vacciner votre enfant contre l'hépatite B et l'infection à :
    • La vaccination contre l'hépatite B est obligatoire pour les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018 et recommandée pour ceux nés avant cette date.chez le nourrisson pour l'hépatite B ou entre 11 et 15 ans, si elle n'a pas été faite dans l'enfance ;
    • La vaccination contre le est recommandée. Elle se déroule en deux injections espacées de six mois pour les jeunes filles de 11 à 14 ans révolus. Pour les jeunes filles de 15 à 19 ans révolus, trois injections sont nécessaires selon le schéma suivant : 0,1 et 6 mois. La vaccination contre le humain (HPV) permet de prévenir les infections par les virus les plus fréquents responsables de 70 % des cas de cancers du col de l'utérus.
      Attention : la vaccination ne protège ni contre tous les cancers du col de l'utérus, ni contre toutes les lésions précancéreuses. Donc, même vaccinées, les jeunes femmes doivent se faire dépister en réalisant des frottis du col de l'utérus : un premier frottis à l’âge de 25 ans, puis deux frottis à un an d’intervalle sont recommandés. Si les résultats sont normaux, un frottis tous les trois ans suffit.
Les méthodes contraceptives qui protègent des IST

Seules deux méthodes contraceptives protègent des IST : le préservatif masculin et le préservatif féminin.

Pilule contraceptive, implant, patch, anneau contraceptif, stérilet, spermicides : aucun d'entre eux n'évite de contracter une IST. C'est pourquoi, quand vous utilisez une de ces méthodes, vous devez l'associer au préservatif, qu'il soit masculin ou féminin.

Informez-vous sur les IST

Vous trouverez des informations sur les infections sexuellement transmissibles (IST), et la sexualité en général, dans différentes structures, notamment :

  • les Centres Régionaux d'Information et de Prévention du Sida (CRIPS),
  • les Bureaux d'Information Jeunesse (BIJ),
  • les Espace Santé Jeunes,
  • les établissements d’information, de consultation et de conseil familial (EICCF).
Sources
  • Lert F, Pialoux G. Prévention et réduction des risques dans les groupes à haut risque vis-à-vis du VIH et des IST. Rapport mission RDRs. Site internet : Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales. Paris ; 2010 [consulté le 18 mai 2018]
  • Ministère des solidarités et de la santé. Informer sur le VIH/Sida et les autres infections sexuellement transmissibles (IST). Site internet : la site santé du Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2017 [consulté le 18 mai 2018]
  • Santé publique France - Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Les infections sexuellement transmissibles. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2016 [consulté le 18 mai 2018]
  • Ministère des solidarités et de la santé. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018. Site internet : Le site santé du Ministère des solidarités et de la santé. Paris (France) ; 2018 [consulté le 18 mai 2018]