Dépister les IST

14 novembre 2019
Le recours au dépistage des infections sexuellement transmissibles permet un diagnostic précoce, une meilleure prise en charge et une diminution du risque de transmission. Il est important d’y recourir.

IST : quand et comment se faire dépister ?

Les IST se transmettent très facilement. Il n’y a pas toujours de signes visibles et il ne faut attendre d’avoir des symptômes pour agir. Pour savoir si l'on est ou non atteint d'une infection sexuellement transmissible, il est important de se faire dépister. Votre médecin généraliste ou votre gynécologue peuvent vous conseiller et vous prescrire un test de dépistage des IST, au besoin.

Il existe des circonstances dans lesquelles le dépistage des IST est recommandé (par exemple, en cas de prise de risque après un rapport sexuel non protégé avec un nouveau partenaire), voire obligatoire (dépistage de la syphilis en début de grossesse...).

Si vous avez un doute sur une éventuelle contamination parce que vous avez été dans une situation à risque, n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant ou adressez-vous à un centre de dépistage.

Selon les IST, différents types d’examens peuvent permettre le dépistage et le diagnostic :

  • examen clinique des organes génitaux ;
  • prélèvement local ou analyse d'urines avec mise en culture ;
  • prise de sang.

Les tests de dépistage rapide du VIH

Le TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique) permet d’avoir un résultat en 30 minutes maximum. Ce test de dépistage du VIH est totalement fiable trois mois après une prise de risque VIH.

Les autotests de dépistage de l'infection par le VIH sont des TROD utilisables par toute personne souhaitant se dépister seule à domicile. Le prélèvement et l'interprétation sont effectués par l'intéressé.

IST : où se faire dépister ?

Le dépistage du VIH et des IST est possible dans différents lieux.

Les laboratoires publics ou privés

Prélèvement locaux et prises de sang de dépistage peuvent être effectués en laboratoire.

Les centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CEGIDD)

Les CeGIDD regroupent les centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG) et les centres d'information, de dépistage, de diagnostic des IST (CIDDIST).

Ils proposent un dépistage gratuit du VIH, mais aussi des hépatites (tel que l'le dépistage de l'hépatite B) et parfois des autres IST.

Pour connaître le centre de dépistage le plus proche, appelez Sida Info Service au 0 800 840 800 (appel confidentiel, anonyme et gratuit). Trouvez la liste des CDAG sur le site de Sida Info Service.

Les centres de planification et d'éducation familiale (CPEF)

Plus connus pour les questions de contraception, certains CPEF proposent également un dépistage gratuit des IST. La liste des centres est disponible sur le site IVG.gouv .

Les centres de PMI (protection maternelle et infantile)

Les PMI peuvent également proposer un dépistage gratuit du virus du sida, des hépatites et parfois des autres IST.

Les associations de lutte contre le sida

Les associations de lutte contre le sida proposent la réalisation gratuite de TROD.

Les PASS (permanence d'accès aux soins de santé pour personnes en situation de précarité)

Les PASS (permanence d'accès aux soins de santé) offrent un accès aux soins aux personnes les plus démunies, sans couverture médicale.

  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Infections sexuellement transmissibles. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2019 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Santé publique France. Infections sexuellement transmissibles (IST) : préservatif et dépistage, seuls remparts contre leur recrudescence. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2018 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Santé publique France. Infections sexuellement transmissibles (IST). Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2019 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Société française de dermatologie. Les condylomes. Site internet : dermato info. Paris ; 2017 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Infections sexuellement transmissibles (IST). Site internet : Université Médicale Virtuelle Francophone ; 2016 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Société Française de Dermatologie. Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement Transmissibles. Guidelines 2016. Site internet : Société Française de Dermatologie. Paris ; 2016 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Collège national des enseignants de dermatologie. Infections à herpès virus de l’enfant et de l’adulte immunocompétents : herpès cutané et muqueux. Site internet : Campus de dermatologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Collège national des enseignants de dermatologie. Infections à herpès virus de l’enfant et de l’adulte immunocompétents : herpès cutané et muqueux. Site internet : Campus de dermatologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Dépistage et prise en charge de l'infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2010 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Évaluation a priori du dépistage de la syphilis en France. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 12 septembre 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). VIH : pour éradiquer l’épidémie, le dépistage doit être renforcé. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 12 septembre 2019]