Les bons réflexes et la consultation pour mononucléose infectieuse

11 mai 2017
Il est important d'adopter les bons gestes pour lutter contre la fatigue, les maux de gorge et la fièvre dus à la mononucléose infectieuse. Une consultation médicale parfois urgente est nécessaire.

Bien réagir face à la mononucléose infectieuse

La mononucléose infectieuse étant provoquée par un virus, il n’existe pas de traitement spécifique pour cette affection.

Voici toutefois quelques conseils à suivre si vous (ou votre enfant) êtes atteint de mononucléose infectieuse :

  • reposez-vous ;
  • prenez fréquemment des boissons fraîches pour lutter contre la déshydratation liée à la fièvre ;
  • mangez des aliments froids (ex. : glaces) et faciles à avaler ;
  • évitez les aliments épicés ou acides... si vous remarquez qu’ils accentuent vos douleurs à la gorge ;
  • contre la fièvre et les douleurs, prenez du paracétamol, de l’ibuprofène ou du kétoprofène ;
  • humidifiez l’air de la chambre et maintenez la température de la pièce entre 18 et 20 °C. En effet, un air trop sec et trop chaud peut accentuer le mal de gorge ;
  • supprimez temporairement les exercices physiques. Abstenez-vous en particulier de soulever des objets et ne pratiquez aucun sport de compétition ou de contact avant d’être complètement rétabli. Ces efforts pourraient entraîner des lésions de la qui peut être plus sensible durant la maladie. N’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin traitant à ce sujet ;
  • évitez les contacts directs avec les personnes proches de vous (baisers, partage de verre ou de brosse à dents...) pour prévenir la transmission de la maladie.
Les précautions à prendre si vous vous soignez sans ordonnance

Vous devez respecter :

  • la posologie (quantité prescrite ou recommandée) ;
  • un intervalle de temps suffisant entre deux prises ;
  • la dose maximale quotidienne.

Le non-respect de ces règles peut entraîner des complications, notamment un risque de surdosage.

Pour les mêmes raisons et sauf avis médical contraire, évitez d'associer ou d'alterner des antalgiques de composition différente.

Si l'antalgique n'est pas efficace rapidement et que la douleur persiste, consultez votre médecin traitant. N'oubliez pas de lui préciser le type de traitement pris (médicament, dose, fréquence).

Les situations nécessitant une consultation

Si vous (ou votre enfant) êtes ou pensez être atteint de mononucléose infectieuse, il faut consulter d’urgence dans les cas suivants :

  • vous respirez difficilement ou ne parvenez plus à avaler ;
  • vous ressentez une violente douleur au ventre du côté gauche, sous les côtes (là où se trouve la ) ;
  • vous avez une raideur et des douleurs de la nuque ;
  • vous êtes déshydraté.

En outre, consultez votre médecin traitant si :

  • certains signes vous inquiètent (ex. : difficultés à avaler, fièvre très élevée) ;
  • votre enfant souffrant de mononucléose infectieuse n’arrive pas à boire suffisamment ;
  • vous êtes immunodéprimé ;
  • d’autres symptômes apparaissent : jaunisse, faiblesse des membres etc. ;
  • après deux semaines, votre état ne s’est pas amélioré ou s’est aggravé.
Sources
  • Karrer U, Nadal D. Virus d'Epstein-Barr et mononucléose infectieuse. Forum Med Suisse. 2014;14(11):226-232
  • Société française d'hématologie. Orientation diagnostique devant un syndrome mononucléosique. Site internet : Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2010 [consulté le 3 février 2017]
  • National Health Service (NHS). Glandular fever. Site internet : NHS choices. Londres ; 2015 [consulté le 3 février 2017]
  • Hôpital pour enfant de Toronto. Mononucléose infectieuse. Site internet : aboutkidshealth. Toronto (Canada) ; 2015 [consulté le 3 février 2017]
  • Collège National des Pédiatres Universitaires. Mononucléose infectieuse. Site internet : Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 3 février 2017]
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Douleur de l’adulte. Site internet : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Saint-Denis (France) ; 2011 [consulté le 3 février 2017]