Les bons réflexes et la consultation en cas de migraine

10 novembre 2017
Pour diminuer la douleur liée à la migraine, vous pouvez adopter quelques gestes simples et prendre des antalgiques ou des anti-inflammatoires. Pour éviter les récidives, supprimez les facteurs qui déclenchent les crises et favorisez une bonne hygiène de vie.

Les bons gestes en cas de migraine

Dès que vous ressentez les symptômes d’un épisode migraineux, vous pouvez effectuer certains gestes pour atténuer leur intensité :

  • allongez-vous dans une pièce calme et sombre ;
  • mettez un linge froid sur votre front ;
  • buvez de l’eau pour éviter de vous déshydrater, surtout en cas de vomissements.

Les traitements de la migraine à prendre soi-même

Afin de soulager la douleur, vous pouvez utiliser l’un des deux types de médicaments suivants :

  • du paracétamol : il n’a pas d’action sur les signes annonciateurs de la crise ou "aura" et a une efficacité très modérée sur la douleur ;
  • un anti-inflammatoire non stéroïdien ou "AINS" (ibuprofène, kétoprofène). Ces médicaments ne doivent pas être associés entre eux, ni à l’aspirine.

Pour une meilleure efficacité, prenez un médicament le plus tôt possible, idéalement dès le début de la crise.

Des règles à respecter en cas d’automédication

Si vous entreprenez un traitement médicamenteux sans prescription médicale, appliquez les conseils suivants :

  • ne dépassez pas la dose maximale quotidienne autorisée ;
  • suivez bien la posologie (quantité et fréquence de prise recommandées par la notice) et l’intervalle minimum à respecter entre deux prises. Un surdosage pourrait avoir des effets néfastes sur votre santé (toxicité) et entraîner une accoutumance au produit ;
  • pour les mêmes raisons, sauf avis médical contraire, évitez d'associer ou d'alterner des antalgiques de compositions différentes;
  • n’utilisez pas un médicament si vous présentez l’une des contre-indications précisées dans la notice.

Quels médicaments chez l’enfant ?

Si votre enfant souffre de migraine, vous pouvez lui donner soit du paracétamol, soit de l'ibuprofène. La dose doit impérativement être adaptée à son poids :

  • pour le paracétamol, un maximum de 60 mg par kilo et par jour à répartir en 4 ou 6 prises, soit 15 mg/kg toutes les 6 heures ou 10 mg/kg toutes les 4 heures ;
  • pour l'ibuprofène, un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour à répartir en 3 ou 4 prises, soit 10 mg/kg toutes les 8 heures ou 7,5 mg/kg toutes les 6 heures.

Pour doser plus facilement ces médicaments, utilisez leurs présentations pédiatriques (sachets, cuillères-mesures, pipettes graduées, etc.)

La prise de comprimés ou de gélules est strictement contre-indiquée chez les enfants de moins de six ans, car elle expose à un risque de fausse route.

Des contre-indications à respecter scrupuleusement chez l’enfant

Ne donnez pas d’ibuprofène à votre enfant dans les cas suivants :

De même, l'aspirine ne doit pas être administrée à un enfant sans avis médical. Cela engendre en effet un risque de survenue d'une mais grave, le .

Dans tous les cas, lisez bien la notice avant de faire prendre un médicament à votre enfant.

Comment prévenir les crises de migraine ?

Vous pouvez diminuer la fréquence des crises de migraine en supprimant les facteurs que vous avez identifiés comme déclenchants et en adoptant une bonne hygiène de vie. Pour cela, appliquez les conseils suivants :

  • évitez les sources de stress et essayez de vous relaxer ;
  • veillez à ce que votre sommeil soit régulier et suffisant ;
  • faites régulièrement de l’exercice ;
  • essayez d’arrêter de fumer ;
  • évitez les lieux bruyants ;
  • ayez une alimentation équilibrée, régulière et évitez l'alcool s'il est un facteur déclenchant ;
  • diminuez la consommation des produits qui, chez vous, des migraines (chocolat, aliments contenant du glutamate...)

Quand consulter ?

Si vous souffrez de migraine, consultez votre médecin traitant dans les cas suivants :

  • vous n'êtes pas sûr qu'il s'agisse d'une migraine ;
  • vous êtes enceinte ;
  • votre migraine perturbe votre vie sociale et professionnelle ;
  • vous prenez une contraception hormonale ;
  • vous suivez un traitement incompatible avec les antalgiques ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ;
  • vous devez utiliser des médicaments contre la douleur plus de trois jours par semaine ;
  • votre traitement en automédication n’est plus efficace, ou bien vos crises deviennent plus fréquentes et/ou plus intenses. Dans ce cas, précisez au médecin le produit employé, le dosage et la fréquence des prises ;
  • vous présentez des effets secondaires au traitement que vous avez entrepris par vous-même.
Certains maux de tête demandent une consultation en urgence

Une migraine ne nécessite pas d’avis médical immédiat. En revanche, certaines douleurs de la tête doivent vous alerter car elles sont révélatrices d’une situation médicale d’urgence.

Sources
  • Collège des enseignants de neurologie (CEN). Migraine, névralgie du trijumeau et algies de la face. Site internet : CEN. Paris ; 2014 [consulté le 9 novembre 2017]
  • National Health service (NHS). Migraine. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 9 novembre 2017]
  • Campellone JV. Managing migraines at home. Site internet : MedlinePlus. Bethesda (USA) ; 2016 [consulté le 9 novembre 2017]