Ménopause : symptômes et diagnostic

28 juin 2018
La ménopause est la période de la vie d'une femme marquée par l'arrêt de l'ovulation et la disparition des règles. Une phase de périménopause la précède. Bouffées de chaleur, fatigue, irritabilité, troubles du sommeil... font partie des multiples symptômes qui apparaissent à la ménopause.

Qu’est-ce que la ménopause ?

La ménopause est la période de la vie d'une femme où les règles () s'arrêtent définitivement. Elle intervient généralement entre 45 et 55 ans et en général aux alentours de 50 ans.

La ménopause est un phénomène naturel. Elle survient lorsque les arrêtent leur sécrétion hormonale (œstrogènes et ) et la formation d'un chaque mois. On dit que la ménopause est véritablement "installée" lorsque les règles sont absentes depuis une année.

Les problèmes potentiels liés à la ménopause sont de deux types :

Comment expliquer la survenue de la ménopause ?

À sa naissance, chaque bébé-fille naît avec un stock limité de follicules ovariens. Pendant sa période dite "d'activité génitale" de la puberté à la ménopause, chaque femme présente des cycles menstruels au cours desquels la fécondation est possible.

Le cycle menstruel est composé de 2 phases séparées par l’ovulation :

  • La phase folliculaire prépare à l’ovulation. Au cours de cette phase, l’hormone folliculo-stimulante (FSH), fabriquée par l’hypophyse, stimule les follicules ovariens pour qu’ils produisent un mature. Elle favorise également la sécrétion par les follicules des œstrogènes qui agissent sur l’épaississement de la utérine et la consistance de la .
  • L’ovulation est provoquée par une augmentation du taux d’hormone lutéinisante (pic de LH), sous l’action des œstrogènes, entraînant la rupture du follicule et la libération de l’ovule mature.
  • La phase lutéale est la période située entre l’ovulation et l’apparition des règles. Après l’ovulation, le follicule transformé en corps jaune produit de la qui contribue à renforcer la utérine en vue de la .
  • Si l’ovule n’est pas fécondé, le corps jaune s' et le taux de diminue brutalement dans un contexte de faible production d'œtrogènes. En conséquence, la couche superficielle de la utérine se détache et est éliminée. Ce sont les règles qui signent le début du cycle suivant. 

Cet enchaînement de cycles a lieu jusqu’à la fin de la réserve de follicules. Lorsqu'il n'y a plus de follicules ovariens, donc plus d', les productions hormonales de , puis d'œstrogènes s'arrêtent. C'est le début de la ménopause.

© Blausen Medical

Avant la ménopause : la périménopause

La ménopause s'installe progressivement après une période charnière : la périménopause qui peut durer de deux à quatre ans.

La périménopause se manifeste par :

  • une alternance de cycles courts et longs : les règles sont irrégulières ;
  • un syndrome prémenstruel (avant les règles) : les seins sont tendus et l'humeur est irritable ;
  • les premières bouffées de chaleur et sueurs nocturnes.

Ces symtômes surviennent, en général, vers l'âge de 47 ans et sont dus à une carence en hormone , l'une des principales hormones féminines. La sécrétion d'œstrogènes est préservée.

Les symptômes lors de la ménopause

La ménopause s’accompagne fréquemment de troubles dits climatériques (symptômes qui accompagnent les modifications hormonales associées à l’arrêt de la fonction ovarienne) dont l’intensité varie selon les femmes. Ces symptômes sont dus à la carence hormonale en œstrogènes et en . Ils ne sont pas systématiques et certaines femmes y échappent complètement.

Ces troubles climatériques sont :

  • des bouffées de chaleur ou bouffées vasomotrices (présentes chez huit femmes sur dix). Ces manifestations se traduisent par une brusque sensation de chaleur de tout le corps, suivie d'une rougeur surtout de la face et du cou, de sueurs et de frissons.
    Brèves, les bouffées de chaleur durent rarement plus de quelques minutes. Elles peuvent être occasionnelles ou survenir plusieurs fois par heure.
    Elles se manifestent surtout la nuit et perturbent le sommeil. Elles apparaissent également la journée : elles sont alors favorisées par la chaleur ambiante, la prise d'un repas, l'alcool, l'exercice et l'émotion ;
  • des sueurs nocturnes isolées sans bouffées de chaleur ;
  • des symptômes génitaux avec une sécheresse vulvovaginale, une dyspareunie (douleurs lors des rapports sexuels), une diminution de la (baisse du désir sexuel) ;
  • des irritations ou infections urinaires plus fréquentes ;
  • des maux de tête, une fatigue, des insomnies, une irritabilité, de l'anxiété ;
  • des douleurs articulaires, diffuses et changeantes, plus marquées le matin et diminuant après le dérouillage matinal.

Certains troubles climatériques comme les bouffées de chaleur, sueurs, fatigue... peuvent être transitoires, mais persistent parfois au cours de la ménopause. D'autres sont durables comme la sécheresse vaginale, les troubles urinaires.

Le diagnostic de la ménopause

Le diagnostic de la ménopause repose sur l'absence de règles depuis 12 mois chez une femme d'environ 50 ans. Aucun test n'est, a priori, nécessaire dans ce cas.

En cas de doute, le médecin peut recourir au « test à la progestérone ». Cela consiste à prescrire cette hormone 10 jours par mois, pendant trois mois d'affilée. S'il s'agit d'une ménopause, les règles ne réapparaissent pas.

Les dosages hormonaux sont le plus souvent inutiles car la prise en compte de l'âge et des symptômes cliniques suffisent.

Qu'appelle-ton ménopause précoce ?

On parle de ménopause précoce lorsque celle-ci survient avant l’âge de 40 ans. Celle-ci peut être naturelle ou provoquée par un traitement (ablation des , chimiothérapie, radiothérapie, par exemple).

Une fois la ménopause installée, des problèmes de santé peuvent apparaitre

Des soucis de santé peuvent s'installer progressivement lors de la ménopause. Un suivi médical permet de les détecter rapidement et de les prendre en charge.

Ces problèmes de santé peuvent être :

  • une sécheresse vaginale responsable de :
    • troubles sexuels : douleurs lors de rapports sexuels (dyspareunie) et baisse de la (désir sexuel),
    • vaginite "non infectieuse" ;
  • des troubles génito-urinaires : fuites urinaires et cystites aiguës à répétition, prolapsus génito-urinaire ;
  • une tendance au surpoids avec diminution de la masse musculaire et augmentation des tissus graisseux avec modification de la répartition des graisses qui s'accumulent essentiellement sur le ventre (et beaucoup moins sur les cuisses et les fesses) ;
  • une perte de la souplesse de la peau qui devient également plus sèche ;
  • une ostéoporose : le risque augmente après la ménopause. La perte osseuse s’accélère en raison de la diminution de la capacité du corps à produire du tissu osseux. Il en découle une augmentation du risque de fracture du poignet, de fracture du col du fémur ou de tassement vertébral. L'ostéoporose atteint une femme ménopausée sur quatre ;
  • des problèmes cardiovasculaires. Le risque cardiovasculaire augmente : en effet, la protection naturelle par les hormones disparaît et certains facteurs comme le tabac ou le surpoids accentuent ce risque.
Pourquoi prend-on du poids à la période de la ménopause ?

Entre 42 et 50 ans, la prise de poids moyenne est de 0,8 kg par an et même 1,5 kg pour 20 % des femmes.

Sont en cause :

  • la chute des œstrogènes ;
  • la baisse du , avec la diminution de la masse musculaire et de la dépense énergétique ;
  • parfois, de nouvelles habitudes alimentaires.
Sources
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Ménopause. Améliorer la sécurité d’utilisation des traitements hormonaux. Site internet : Inserm. Paris ; 2017 [consulté le 15 mars 2018]
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Ménopause. Site internet : Université médicale francophone virtuelle. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 15 mars 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Intérêt des dosages hormonaux de FSH et LH chez les femmes à partir de 45 ans. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2005 [consulté le 15 mars 2018]
  • Groupe d'Etude sur la Ménopause et le vieillissement hormonal. La ménopause. Site internet : GEMVi. Toulouse (France) : 2017 [consulté le 15 mars 2018]