Le traitement du mélanome cutané

02 mars 2020
Le traitement du mélanome est choisi en concertation par une équipe médicale pluridisciplinaire (dermatologue, oncologue, chirurgien...) en lien avec le médecin traitant et en accord avec le patient. Il est adapté à chaque cas. Il est essentiellement chirurgical.

Mélanome : la chirurgie est essentielle

L'ablation du mélanome

La chirurgie vise à guérir le mélanome, lorsqu'il est localisé, en ôtant la tumeur.

La première exérèse (ablation de la tumeur) effectuée pour établir le diagnostic n'est pas toujours suffisante. 

Une  intervention chirurgicale complémentaire retirant une zone plus large peut être nécessaire. Cette reprise d'exérèse est décidée en fonction de l’épaisseur de la lésion et des facteurs pronostiques. Elle est réalisée afin de s’assurer que toutes les cellules cancéreuses ont bien été retirées. Cette marge de sécurité est d'autant plus grande que le mélanome est épais. Cette pratique limite le risque de récidive. Si la zone enlevée est importante, la plaie ne peut pas être simplement suturée ; une greffe cutanée est nécessaire.

La chirurgie des ganglions lymphatiques

Dans certains cas, un ou plusieurs (au plus 3 en général) ganglions situés dans la zone de drainage lymphatique de la tumeur sont également enlevés. C'est l'exérèse du ganglion sentinelle. Cela permet de savoir, grâce à l'examen anatomopathologique, si le ou les ganglions contiennent ou non des cellules cancéreuses.

Parfois, l'ablation des ganglions lymphatiques est plus étendue : c'est le curage ganglionnaire. Une anesthésie générale est nécessaire.

En cas d'envahissement des ganglions par des cellules cancéreuses, un traitement complémentaire à la chirurgie est mis en place.

La surveillance après chirurgie

Après la chirurgie du mélanome, une surveillance est nécessaire car des complications, le plus souvent temporaires, sont possibles. Il s'agit de complications :

  • locales au niveau de la cicatrice : douleurs, hématome, saignement, infection, retard à la cicatrisation, cicatrice inesthétique pouvant nécessiter une reprise chirurgicale,
  • générales : survenue d'une phlébite, écoulement ou rétention de lymphe au niveau de la zone opérée en cas d'ablation de ganglions lymphatiques.

Vidéo : L'exérèse d'une lésion atypique de la peau

© Société Française de Dermatologie

Le traitement du mélanome par les médicaments

Lorsqu'il existe des métastases du mélanome, en complément de la chirurgie du mélanome, l'équipe médicale pluridisciplinaire propose un traitement complémentaire :

  • une thérapie ciblée : ces médicaments ciblent précisément certaines molécules, qui ont un rôle important dans le développement de ces cellules. Ils sont administrés en comprimés et des contrôles médicaux permettent de s'assurer de leur efficacité ;
  • une immunothérapie faisant appel le plus souvent aux anticorps monoclonaux. L’anticorps monoclonal se fixe sur une molécule présente sur la surface de la cellule cancéreuse, et permet l'élimination de la cellule par le . Ce traitement est administré par voie intra-veineuse en hospitalisation de jour, toutes les 2 à 3 semaines ;
  • plus rarement une chimiothérapie faisant appel à des médicaments de chimiothérapie classique bloquant la division des cellules cancéreuses.

Ces traitements ont des effets secondaires. Ils sont variables selon les médicaments utilisés, les dosages et les personnes. Ils sont expliqués par le médecin qui prend en charge son patient et sont systématiquement évalués. Le traitement est adapté si besoin.

Le traitement du mélanome par la radiothérapie

La radiothérapie est plus rarement utilisée, le plus souvent pour traiter une localisation à distance du mélanome ().

Comment se fait le choix d'un traitement ?

De même qu'il n'y a pas un cancer, mais de multiples cancers aux caractéristiques différentes, il existe, pour chaque patient, de nombreux critères à prendre en compte afin d'orienter le choix du traitement.

Ces critères sont médicaux : type de cancer, organe atteint, stade d'évolution, éléments biologiques.... Ils sont aussi individuels : âge de la personne malade, état général, y compris sur le plan psychologique, statut socioprofessionnel, etc.

  • Institut national du cancer (INCa). Mélanome de la peau. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2016 [consulté le 11 février 2020]
  • Société française de dermatologie. Les mélanomes - Cancers de la peau. Site internet : dermato-info.fr. Paris ; 2020 [consulté le 11 février 2020]
  • Société française de dermatologie et Institut national du cancer. Recommandations et référentiels 2017 - Patients atteints de mélanome de stade IIIinopérable ou de stade IV. Site internet : INCa. Boulogne Billancourt (France) ; 2017 [consulté le 11 février 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique - Mélanome cutané. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 11 février 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations sur le mélanome cutané. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 11 février 2020]