Mégalérythème épidémique (cinquième maladie ou infection à parvovirus) : définition et fréquence

La cinquième maladie ou mégalérythème épidémique est causée par un virus (le parvovirus humain B19) et se traduit par une éruption sur la peau. C’est une maladie bénigne en général, sauf chez certaines personnes plus fragiles, atteintes de certaines formes d’anémie ou immunodéprimées, ainsi que chez les femmes enceintes.

Mégalérythème épidémique ou cinquième maladie ou infection à parvovirus : définition et fréquence

La cinquième maladie ou mégalérythème épidémique est une maladie caractérisée par la survenue d'une éruption cutanée. Elle est causée par un virus strictement humain appelé parvovirus humain B19.

La contamination par le virus n’est pas toujours responsable de symptômes. Lorsque les symptômes sont présents, ils se traduisent par un syndrome pseudogrippal, suivi d’une éruption cutanée marbrée ou constituée de papules rouges en relief sur le corps et une rougeur au niveau des joues.

La personne, une fois guérie, est immunisée contre cette maladie.

Les enfants âgés de 5 à 15 ans sont particulièrement touchés, mais le virus peut infecter des enfants plus jeunes ou des adultes.

C’est une maladie bénigne en général, sauf chez certaines personnes plus fragiles, atteintes de certaines formes d’anémie ou immunodéprimées, ainsi que chez les femmes enceintes.

Pourquoi cette infection est-elle surnommée cinquième maladie ?

Le mégalérythème épidémique est considéré comme la cinquième dans la liste des infections virales qui provoquent fréquemment une éruption cutanée chez l’enfant.

Les quatre premières maladies sont la rougeole, la scarlatine, la rubéole et le syndrome de la peau ébouillantée (décollement en lambeau de la peau dû à une infection par une bactérie, le ).
La roséole est considérée comme la sixième maladie.

On appelle aussi parfois le mégalérythème épidémique le « syndrome des joues giflées » en raison de l’éruption boursoufflée et marquée qu’il provoque au niveau des joues.

Cinquième maladie : chiffres-clés 2024

L’année 2024 est marquée en France par une épidémie d’infections à parvovirus B19. Elle a débuté en mai 2023 et affecte les personnes de tous âges et en particulier les enfants. Cette augmentation du nombre d'infections par le parvovirus B19 a été également signalée par d’autres pays européens dont le Danemark, l'Irlande, les Pays-Bas et la Norvège.

Les raisons de cette épidémie ne sont pas clairement établies, mais comme pour d’autres infections, elle pourrait être liée à la levée des mesures sanitaires (notamment confinement et mesures barrières) qui a suivi la de Covid-19.

Le nombre de décès liés à une infection à parvovirus B19, même s’il reste très faible, est en augmentation. Il était en moyenne de 1,8 décès par an pendant la période 2015-2019, en majorité chez les personnes âgées de 15 ans ou plus (78 %). Ce nombre moyen a doublé sur la période 2020-2023 (3,5 décès par an). Depuis janvier 2024, 5 décès sont survenus chez des enfants âgés de moins d’un an en dehors d’un contexte d’ ou de comorbidité.

Transmission et contagion du parvovirus B19

La personne est contagieuse durant la période d’ qui dure de 4 à 21 jours ainsi que pendant la première phase de la cinquième maladie, phase durant laquelle elle présente seulement des symptômes semblables à ceux d’un rhume ou d’une grippe. Elle cesse d’être contagieuse quand l’éruption apparaît.

La maladie se transmet par des gouttelettes de sécrétion en suspension dans l’air lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou postillonne, ou par contact avec des objets souillés par ces sécrétions ou les mains d’une personne infectée.

Le virus peut également être transmis par le sang :

  • au cours d’une transfusion faite grâce à un don de sang ;
  • lors de la grossesse, de la mère au fœtus, par  passage à travers le .
  • Grangé G., Maintrot Mantelet L. Infections fœtales. Guide pratique de l’échographie obstétricale et gynécologique. Chapitre 24:255-26. 3e édition 2021 Elsevier Masson
  • Schnuriger A., Barjat T., Romain A-S., Pillet S. EMC Parvovirus B19. Pédiatrie - Maladies infectieuses. Elsevier Masson 2023;43(4):1-13
  • Santé publique France. Épidémie d’infections à parvovirus. Bulletin du 22 avril 2024. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2024 [consulté le 8 juillet 2024]
  • Société canadienne de pédiatrie. La cinquième maladie (érythème infectieux). Site internet : soins de nos enfants. Ottawa (Canada) ; 2023 [consulté le 8 juillet 2024]
  • National Health service. Slapped cheek syndrome. Site internet : NHS. Londres ; 2024 [consulté le 8 juillet 2024]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.