Une prévention essentielle face aux risques liés à l’amiante

16 mars 2017
Prévenir les problèmes de santé dus à l’amiante passe par la réduction des risques liés à ce matériau et par le dépistage précoce d’éventuelles maladies. Cette détection est effectuée dans le cadre du suivi post-professionnel proposé aux personnes exposées à l’amiante durant leur travail.

Éviter l’exposition à l’amiante pour se protéger

Que ce soit dans la sphère professionnelle ou privée, il faut éviter au maximum d’être exposé à de l’amiante.

Il est parfois possible de réduire les risques sanitaires liés à l’amiante grâce à des mesures professionnelles, à la fois collectives et individuelles.

En milieu professionnel, la réglementation précise les modalités assurant :

  • la protection des travailleurs contre les risques d’exposition à l’amiante ;
  • les conditions du contrôle du respect de la valeur limite ;
  • les modalités de mesurage des empoussièrements.

Il fixe, en outre, les règles techniques, les moyens de prévention collective et les types d’équipements individuels nécessaires à la protection des travailleurs contre ces expositions.

Pour en savoir plus, informez-vous auprès de votre entreprise et de votre médecin du travail.

Avant d’envisager des travaux ou du bricolage impliquant un perçage de murs ou de sols dans des logements susceptibles de contenir de l’amiante, il convient de faire procéder à un repérage spécifique.

En cas de présence de matériaux ou produits contenant de l’amiante, il vous est fortement déconseillé d'intervenir sur ces matériaux.

Il convient également que vous informiez les professionnels amenés à intervenir (plombiers-chauffagistes par exemple) de la présence de matériaux ou produits contenant de l’amiante afin qu’ils prennent les mesures qui s’imposent pour éviter leur exposition et la dissémination des fibres dans de le logement.

Surveiller l’apparition d’éventuelles affections

Si vous avez été exposé à l’amiante dans le cadre de votre travail, vous pouvez bénéficier d’une surveillance médicale spécifique : c’est le suivi post-professionnel. Cette démarche préventive permet de dépister plus précocement une éventuelle maladie due à l’inhalation d’amiante. Elle est assurée par votre médecin traitant (généraliste ou spécialiste) après cessation de l'exposition.

Dans ce cadre, un scanner thoracique vous sera proposé si vous avez été exposé à l’amiante de manière active :

  • pendant une durée minimale cumulée d’un an ;
  • si le début de votre exposition date au minimum de vingt à trente ans ;
  • selon l’intensité de votre exposition.

Si les résultats de cet examen sont normaux, il est néanmoins recommandé de le répéter tous les cinq à dix ans. Par ailleurs, si des symptômes respiratoires apparaissent entre deux scanners, consultez votre médecin traitant (la consultation médicale sera prise en charge au titre du suivi post-professionnel).

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Exposition environnementale à l’amiante : état des données et conduite à tenir. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2008 [consulté le 18 novembre 2015]
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Amiante. Site internet : INRS. Paris ; 2014 [consulté le 17 novembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Suivi post-professionnel après exposition à l’amiante, Rapport d’orientation de la commission d’audition. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2010 [consulté le 18 novembre 2015]
  • Décret n° 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d'exposition à l'amiante
  • Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Les politiques publiques de gestion du risque amiante. Site internet : sante.gouv. Paris ; 2014 [consulté le 18 novembre 2015]