Faire reconnaitre une maladie due à l’amiante comme maladie professionnelle

18 janvier 2019
Dans les pays industrialisés, les activités professionnelles sont la source principale d’exposition à l'amiante. Sous certaines conditions, les maladies dues à l'amiante après exposition professionnelle peuvent être reconnues comme maladie professionnelle.

Maladie due à l'amiante : une possible reconnaissance en maladie professionnelle

Vous avez été exposé à l’amiante dans le cadre de votre travail et vous souffrez d’une maladie de la ou des poumons ?

Vous pouvez peut-être la faire reconnaître comme maladie professionnelle (due à l'exposition plus ou moins prolongée à un risque dans le cadre du travail). L’amiante est responsable chaque année de 3 à 4 000 maladies reconnues comme étant liées au travail. Il s’agit de la deuxième cause de maladies professionnelles.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les tableaux 30 et 30 bis des maladies professionnelles indemnisables, sur le site de l’Institut national de Recherche et de Sécurité (INRS).

Chacun d’eux précise les conditions à remplir pour une reconnaissance de votre affection :

  • délai de prise en charge,
  • durée d'exposition au risque,
  • liste des travaux effectués par le patient.

Consultez votre médecin traitant ; il vous accompagne dans votre démarche de reconnaissance de votre maladie professionnelle.

Amiante : une possible indemnisation si la maladie est reconnue

Les personnes souffrant d’une maladie professionnelle liée à l’amiante, et reconnue comme telle, peuvent bénéficier d'une allocation de cessation anticipée d'activité.

Plus largement, toute personne subissant les effets de l'amiante peut obtenir une indemnité pour son préjudice auprès du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante.

Les risques d’inhalation de poussières d’amiante

Ils concernent avant tout les salariés des secteurs suivants :

  • retrait d’amiante (ou "désamiantage") ;
  • démolition, réhabilitation, entretien de bâtiments (plombiers, électriciens, chauffagistes, peintres, etc.) ;
  • traitement des déchets amiantés ;
  • interventions sur des terrains contenant de l’amiante à l’état naturel (risque concernant aussi les populations de ces sites).

  • Haute Autorité de santé (HAS). Exposition environnementale à l’amiante : état des données et conduite à tenir. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2008 [consulté le 18 janvier 2019]
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Amiante : ce qu'il faut retenie. Site internet : INRS. Paris ; 2018 [consulté le 18 janvier 2019]
  • Santé publique France - Institut national de veille sanitaire. Impact sanitaire de l'exposition à l'amiante. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2013 [consulté le 18 janvier 2019]
  • Amiante : la surveillance des expositions et de l'impact sur la population reste nécessaire. Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n°3-4 du 20 janvier 2015
  • Haute Autorité de santé (HAS). Suivi post-professionnel après exposition à l’amiante, Rapport d’orientation de la commission d’audition. Site internet : HAS. La Plaine-Saint Denis (France) ; 2010 [consulté le 18 janvier 2019]