Comprendre la maladie des gencives

16 avril 2018
La maladie des gencives (gingivite, parodontite) est une infection bactérienne qui peut abîmer les tissus supportant les dents. La plaque dentaire en est la principale responsable. La maladie des gencives débute par des signes discrets, comme des saignements au brossage ou une sensibilité au toucher des gencives.

Qu'est-ce que la maladie des gencives ?

La maladie des gencives (ou parodontopathie ou maladie parodontale) est une infection bactérienne responsable d'une inflammation des tissus de soutien de la dent. Elle se traduit par une gingivite puis une parodontite. Elle est due à l’accumulation de bactéries entre les dents et à leur jonction avec la gencive. Les bactéries au contact des aliments forment un enduit appelé plaque dentaire.

Quels sont les soutiens des dents ?

Les dents sont implantées dans le maxillaire (mâchoire supérieure) et la mandibule (mâchoire inférieure). Elles sont soutenues par le parodonte qui est constitué de 4 éléments :

  • l' , reposant sur les os des maxillaires, qui entoure et soutient la dent ;
  • le ligament alvéolo-dentaire (appelé desmodonte), attache entre la racine de la dent et l'. Il joue un rôle d’amortisseur ;
  • la gencive, fine et riche en vaisseaux sanguins, qui recouvre l' ;
  • le cément qui recouvre les racines des dents et leur permet de s'attacher au ligament alvéolo-dentaire.

Au début de la maladie, l’inflammation n’affecte que les gencives : c’est le stade de la gingivite. Si le processus se propage au ligament et à l' qui soutiennent et entourent la dent, il est alors appelé parodontite. Gingivites et parodontites interviennent pour 30 à 40 % dans les causes d'extraction dentaire ou de perte de dents.

Maladie des gencives : qui est concerné ?

La maladie des gencives très répandue chez l’adulte s’accentue avec l’âge. Cependant les enfants et les adolescents sont aussi affectés par les maladies parodontales. Dans la tranche d'âge des 15-19 ans, de nombreux jeunes présentent des saignements au brossage des dents en raison d'une hygiène bucco-dentaire insuffisante pour maintenir un parodonte sain.

Dent en coupe

Schéma : dent

Les causes de la maladie des gencives : gingivite et parodontite

La plaque dentaire est la cause principale de la maladie des gencives.

La plaque dentaire est un enduit formé de protéines salivaires, de déchets alimentaires (sucre et acides) et de bactéries. Cet enduit collant de couleur blanche se dépose à la surface des dents et des gencives. Les bactéries se multiplient et provoquent la densification de la plaque dentaire qui, en se calcifiant, constitue le tartre. Celui-ci adhère à la surface des dents et peut, à la longue, entraîner une infection chronique.

La plaque dentaire est favorisée par une hygiène bucco-dentaire insuffisante. Elle peut facilement être éliminée grâce à un brossage régulier des dents au minimum deux fois par jour.

D’autres facteurs augmentent le risque de développer une gingivite :

  • Le tabagisme : la consommation de tabac agit sur les pathologies dentaires en supprimant la réponse immunitaire aux infections et en favorisant la dégénérescence du parodonte. En cas de parodontite, la perte osseuse est plus importante chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.
    La fumée de cigarette contribue à la destruction du parodonte en diminuant l'apport en oxygène et en au niveau de la cavité buccale ainsi que la vascularisation des gencives.
    L’augmentation de la température favorise la contamination bactérienne.
    La nicotine se dépose sur la surface radiculaire des dents réduisant la capacité d'adhésion des tissus de soutien de la dent. Elle aggrave l'inflammation parodontale (gingivite).
  • Le diabète : le diabète est un facteur de risque reconnu des parodontopathies et inversement, la maladie des gencives participe au déséquilibre insulinique.
    L’hyperglycémie favorise la croissance des bactéries de la plaque dentaire qui détruisent le tissu conjonctif des gencives.
    Parallélement, l’inflammation chronique de la maladie des gencives induit une insulino-résistance qui contribue à l'.
  • La diminution des défenses de l’organisme : une fragilisation du dans certaines pathologies (traitements immuno-suppresseurs, cancers, infection par le VIH…), des périodes de fatigue ou de stress favorisent le développement des bactéries à l’origine de gingivites.
  • Certains médicaments : la prise de certains médicaments (chimiothérapies anticancéreuses par exemple) en provoquant une sécheresse de la bouche peut entrainer le développement d’une maladie des gencives.
  • Les changements hormonaux, chez les femmes, à la puberté, au cours de la grossesse ou à la ménopause.
    Lors de la grossesse, l’élévation du taux de induit une vasodilatation générale, avec pour conséquence une susceptibilité accrue des muqueuses de la bouche aux agressions bactériennes. Ceci favorise l’apparition de gingivites et le développement de parodontopathies. L’infection parodontale est alors un facteur de risque d’accouchement prématuré ou de bébés de petit poids.
  • La consommation d’alcool ou de drogue : l’alcool augmente le risque de parodontopathie. Associé au tabac, ce risque est aggravé. La consommation de canabis provoque des gingivites.

De manière plus occasionnelle, la maladie des gencives peut aussi avoir pour origine :

  • L’hérédité : dans quelques cas, il existe une prédisposition génétique à la maladie des gencives.
  • Le déficit en vitamine C ou en calcium : il intervient sur la minéralisation osseuse en accélérant la résorption osseuse non compensée par le remodelage osseux.
  • Des facteurs locaux : des obturations coronaires ou des couronnes prothétiques dentaires mal adaptées, des malpositions dentaires ou des blessures de la gencive, dues à un brossage trop vigoureux, par exemple peuvent provoquer des gingivites.

L’avis d’un chirurgien-dentiste ou d’un médecin est recommandé pour établir un diagnostic et rechercher la cause d’une maladie des gencives.

Les symptômes : la gingivite et la parodontite

Les symptômes de la maladie des gencives évoluent en deux phases.

Premier stade : la gingivite

Dans la majorité des cas, la maladie des gencives se développe lentement, et souvent sans douleur au début. Ce premier stade inflammatoire est la gingivite. Cependant, certains symptômes discrets peuvent être révélateurs :

  • un saignement des gencives, même léger, se produisant à l’occasion du brossage des dents ;
  • un changement de couleur : les gencives peuvent apparaître rouges ;
  • un gonflement des gencives ;
  • une sensibilité des gencives au toucher ;
  • une mauvaise haleine persistante.

Si vous présentez au moins un de ces symptômes, il est recommandé de consulter un chirurgien-dentiste, un parodontologiste (chirurgien-dentiste spécialisé dans les maladies des tissus de soutien des dents) ou un . En effet, au stade de la gingivite, la maladie est réversible. En revanche, si elle n’est pas traitée, elle peut s’aggraver.

Second stade : la paradontite

Au second stade, appelé parodontite, tous les tissus de soutien de la dent sont atteints. L’os de soutien des dents commence à se détériorer. Dans la majorité des cas, la parodontite évolue de manière chronique sur plusieurs années.
D’autres symptômes apparaissent progressivement :

  • les dents se déchaussent : la partie visible des dents semble s’allonger,
  • les dents deviennent hypersensibles en raison du dénudement des racines
  • les dents deviennent mobiles en perdant leur attache sur le ligament alvéolodentaire
  • des espaces qui n’existaient pas entre les dents apparaissent ;
  • des abcès peuvent se former au niveau des gencives.

L’inflammation plus ou moins visible des gencives provoque des saignements des gencives spontanés ou provoqués d’importance variable. La perte d'attache du ligament alvéolodentaire sur la dent et la destruction de l’os alvéolaire entraînent la formation de poches parodontales le long des racines des dents. La perte osseuse peut-être horizontale (la destruction de l’os alvéolaire s’effectue de manière relativement uniforme autour des dents) ou verticale (la destruction osseuse non homogène entraîne la création de poches parodontales profondes plus ou moins localisées). Selon la gravité des lésions, la parodontite est classée de superficielle à sévère.

Sans traitement, la parodontite peut aboutir à la perte des dents :

  • par dégradation de l’os qui les soutient ;
  • par une propagation de l’infection aux dents nécessitant leur extraction.

Par ailleurs, la parodontite non traitée peut avoir aussi des répercussions sur l’état de santé général. Un mauvais état bucco-dentaire peut être à l’origine de complications infectieuses locales ou à distance notamment dans le cadre de parodontopathies sévères. Elle accroît les risques :

  • d’un mauvais contrôle de la glycémie pour les personnes atteintes de diabète ;
  • d'abcès parodontaux ;
  • d’infections cardio-vasculaires, pulmonaires ou d’autres parties du corps.
Parodontite chez les jeunes

La parodontite peut se déclarer de manière précoce chez des sujets jeunes, on parle alors de parodontite agressive dont l'évolution est rapide.

Sources
  • Ministère des solidarités et de la santé. Santé bucco-dentaire. Site internet : Ministère des solidarités et de la santé. Santé bucco-dentaire. Paris ; 2015 [consulté le 30 janvier 2018]
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Parodontopathies : diagnostic et traitements. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2002 [consulté le 30 janvier 2018]
  • Santé Canada. Affections gingivales. Site internet : Santé Canada. Ottawa ; 2007 [consulté le 30 janvier 2018]
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Santé bucco-dentaire. Rapport sur la santé bucco-dentaire dans le monde. Site internet : OMS Genève (Suisse) ; 2003 [consulté le 30 janvier 2018]
  • Association suisse pour la prévention du tabagisme. Tabagisme et santé buccale : influence du tabagisme sur le parodonte. Site internet : AT. Berne (Suisse ) ; 2018 [consulté le 22 janvier 2018]
  • Offenbacher S, Boggess K.A, Murtha A.P, Jared H.L, Lieff S, McKaig R.G, et al. Progressive periodontal disease and risk of very preterm delivery. Obstet Gynecol. 2006;107:29-36
  • Académie de chirurgie dentaire. Diabète de type II et parodontopathies. Site internet : ANCD. Paris ; 2007 [consulté le 22 janvier 2018]
  • Académie de chirurgie dentaire. Tabagisme et maladie parodontale. Site internet : ANCD. Paris ; 2003 [consulté le 22 janvier 2018]