La consultation et le traitement de la maladie des gencives

01 février 2018
En présence de symptômes de maladie des gencives, l'avis d'un chirurgien-dentiste ou d’un stomatologue est nécessaire. Au stade de gingivite, une bonne hygiène bucco-dentaire, un détartrage et la suppression des facteurs locaux sont les principales actions à entreprendre. Au stade de parodontite, la chirurgie parodontale peut être nécessaire.

La consultation en cas de problèmes de gencives

En cas de problèmes de gencives (saignements, douleurs, gonflement, sensibilité anormale...), une consultation auprès d'un chirurgien-dentiste ou un médecin est indispensable.

Au cours de la consultation, le praticien :

  • analyse les symptômes à l’origine de la consultation (saignement au brossage, sensibilité dentaire…) ;
  • recherche les facteurs de risque de la maladie des gencives (maladie chronique, prise de médicament, tabagisme…) ;
  • pratique un examen clinique approfondi de l'état de la gencive (inflammation, saignement au sondage, localisation des lésions, existence de plaque dentaire ou de tartre…), des dents (caries non traitées, malpositions dentaires, dents mobiles, couronnes inadaptées…) ;
  • recherche la présence de poches parodontales et, le cas échéant, les évalue en en mesurant la profondeur, afin de déterminer la nature et la gravité de la pathologie ;
  • réalise un bilan radiographique complet afin d’évaluer la perte osseuse autour de chaque dent et la présence éventuelle de foyers infectieux. Cet examen peut également être réalisé chez un radiologue ;
  • demande, dans certains cas, des prélèvements ou des tests bactériologiques pour rechercher les germes en cause.

A l'issue de ce bilan parodontal, si une maladie des gencives est diagnostiquée, un plan de traitement est établi.

Dans tous les cas, même si la maladie des gencives est à un stade superficiel, il est conseillé de se faire suivre régulièrement pour en prévenir le développement ou la progression.

Le choix du traitement

Il existe des méthodes d'évaluation du besoin de soins et de la nature des traitements à mettre en œuvre basées sur des scores établis à partir de l’état de la gencive, de la présence de tartre, de la mesure de la profondeur des poches à l’aide de sondes graduées et du saignement éventuel au sondage des dents ou des secteurs dentaires les plus atteints.

Le traitement : rétablir la bonne santé des gencives

Pour soigner la maladie des gencives, quelle qu’en soit la gravité, il faut assainir les tissus infectés et maintenir les gencives en bon état de santé. Le traitement peut être effectué par :

  • un chirurgien-dentiste omnipraticien,
  • un chirurgien-dentiste spécialisé en parodontologie,
  • un médecin .

Le plan de traitement varie selon le stade de la maladie des gencives mais, dans tous les cas, l'hygiène bucco-dentaire doit être irréprochable.

L'hygiène bucco-dentaire dans tous les cas et la réduction des facteurs aggravants

L'éducation à l'hygiène bucco-dentaire est une étape essentielle du traitement de la maladie des gencives ou maladie parodontale. Le chirurgien-dentiste (ou le ) enseigne la meilleure technique de brossage dentaire et conseille sur le choix du matériel d’hygiène bucco-dentaire adapté spécifiquement aux besoins de chacun.

Par ailleurs, la suppression des facteurs aggravants est indispensable : arrêt du tabac notamment.

Détartrage et surfaçage radiculaire

  • Le détartrage permet de retirer la plaque dentaire et le tartre accumulés sur les dents au-dessus des gencives et dans les espaces interdentaires. Il est généralement réalisé à l’aide d’instruments à , suivi d’un polissage des dents et peut être réalisé en une seule séance.
  • Le surfaçage radiculaire est un détartrage approfondi permettant de supprimer le tartre situé sous la gencive afin de faciliter le réattachement de la gencive sur les racines dentaires. Selon l’étendue des lésions, le surfaçage radiculaire est réalisé sous anesthésie locale à l’aide de curettes manuelles ou d’instruments à en une ou plusieurs séances (la bouche peut être divisée en 6 ou 4 segments).

Le praticien peut prescrire en complément des bains de bouche antiseptiques. En cas de risque infectieux (, maladie chronique, maladie des , port d'une prothèse articulaire, etc.), le chirurgien-dentiste peut prescrire des antibiotiques lors des soins dentaires.

Par ailleurs, les facteurs locaux susceptibles de favoriser la rétention de la plaque dentaire comme les obturations coronaires ou les prothèses dentaires mal adaptées sont corrigés.

Chirurgie parodontale

Dans certains cas plus avancés de maladie des gencives, un traitement chirurgical peut être nécessaire. Le traitement varie selon l’importance des lésions (profondeur des poches) et l’état général de la personne.

  • Le lambeau d’assainissement parodontal permet d’accéder aux racines dentaires afin de les détartrer et supprimer les lésions inflammatoires .
  • La régénération tissulaire guidée : après assainissement des zones infectées grâce à un lambeau d’accès, une membrane résorbable ou non contenant un substitut osseux est fixée sur les zones atteintes afin de faciliter la régénération de l’os détruit et le réattachement de la gencive.
  • Le comblement osseux est indiqué dans le cas de lésions profondes ou touchant les espaces interradiculaires. Il est réalisé à partir d’un greffon osseux après assainissement des tissus lésés.
  • Des greffes de gencives sont parfois indiquées. Elles ont pour rôle de protéger les parties dénudées et sensibles des racines des dents. Elles peuvent également répondre à une motivation esthétique.

Traitement  selon les situations individuelles

  • La personne est diabétique

En raison de la susceptibilité importante aux infections des personnes diabétiques et de l’importance de la santé bucco-dentaire dans l’équilibre du diabète, un suivi régulier chez le chirurgien-dentiste, une ou deux fois par an, est nécessaire pour prévenir ces affections.

Un traitement chirurgical n’est réalisé qu’après concertation entre le chirurgien-dentiste et le médecin traitant ou le diabétologue. Une antibiothérapie préventive peut être nécessaire.

  • La personne a une maladie cardio-vasculaire

Un bon état bucco-dentaire, notamment parodontal, est indispensable chez ces personnes.

La chirurgie parodontale n’est pas recommandée dans le cas de parodontites sévères chez les personnes atteintes de cardiopathie avec risque d’endocardite infectieuse (infection de la paroi interne du cœur). Tout acte dentaire n’est réalisé qu’en lien avec le médecin traitant ou le cardiologue. Une antibiothérapie préventive est généralement nécessaire. Chez les patients sous anti-coagulants ou anti-agrégants plaquettaires, une modification du traitement peut être nécessaire.

  • La femme est enceinte

Tous les soins dentaires peuvent être réalisés pendant la grossesse, il n’y a pas lieu de différer les soins s’ils s’avèrent nécessaires. À compter du 4ème mois de grossesse et jusqu’au 12ème jour après l’accouchement, la future maman peut bénéficier d’un examen de prévention bucco-dentaire totalement pris en charge par l’assurance maladie. Au cours de cet examen, des conseils personnalisés sur sa santé bucco-dentaire et celle de son futur enfant lui seront donnés.

Soins des gencives : quel remboursement ?

À l’exclusion du détartrage et des examens radiologiques pris en charge par l'Assurance Maladie selon le tarif en vigueur, les autres traitements ne font pas l’objet de remboursement par l’Assurance Maladie obligatoire et leur tarif est libre.
Votre praticien vous informe du montant de ses honoraires au moyen d’un devis écrit, y compris pour la réalisation du bilan parodontal. En fonction de votre contrat, votre complémentaire santé peut prendre en charge tout ou partie du traitement.
Renseignez-vous préalablement auprès de votre organisme.

Sources
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Parodontopathies : diagnostic et traitements. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2002 [consulté le 30 janvier 2018]
  • Santé Canada. Affections gingivales. Site internet : Santé Canada. Ottawa ; 2007 [consulté le 30 janvier 2018]
  • National Health service (NHS). Gum disease. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 30 janvier 2018]
  • Jaoui L. Classification des maladies parodontales : propositions thérapeutiques. Le fil dentaire. 2008;31:26-29
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Maladies Parodontales : Thérapeutiques et prévention. Site internet : INSERM. Paris ; 1999 [consulté le 22 janvier 2018]